La citoyenneté numérique est un concept qui a émergé dans le discours politique et la littérature académique pour désigner les normes d'un comportement approprié et responsable en matière d'utilisation de la technologie (Ribble et al., 2004). Ce terme complexe regroupe une gamme de synonymes ou de concepts étroitement liés, dont «Global Citizenship» (Parker & Frailon, 2016, UNESCO, 2015), «Compétence mondiale» (OCDE, 2016b), «Competence numérique» (Ferrari, 2013; Vuorikari , Punie, Carretero Gomez et Van den Brande, 2016), «Alphabétisation numérique» (Centre canadien d'alphabétisation numérique et médiatique, 2016) et «Alphabétisation aux médias de l'information» (Frau-Meigs & Hibbard, 2016, UNESCO, 2013).

Aux fins de ce projet, la définition de la citoyenneté numérique intègre les trois éléments clés de l'engagement numérique, de la responsabilité numérique et de la participation numérique résultant de l'analyse critique et de l'utilisation compétente de la technologie numérique qui sous-tendent une notion de citoyenneté fondée sur le respect de l'être humain, les droits et la culture démocratique. En conséquence, ce qui suit a été adopté comme une définition fonctionnelle pour guider le projet:

 On peut dire que la citoyenneté numérique fait référence à l'engagement compétent et positif avec les technologies numériques (créer, travailler, partager, socialiser, enquêter, jouer, communiquer et apprendre); à la participation active et de manière responsable (valeurs, compétences, attitudes, connaissances) dans les communautés (locales, nationales, mondiales) à tous les niveaux (politiques, économiques, sociales, culturelles et interculturelles); aux implications dans un double processus d'apprentissage tout au long de la vie (dans des contextes formels, informels et non formels) et la défense continuelle de la dignité humaine  

Le schéma 1 présente un modèle conceptuel de l'éducation à la citoyenneté numérique, résumant ses fondements, ses piliers et sa portée

Schema 1: Modèle conceptuel de l'éducation à la citoyenneté numérique


La base du modèle, qui est illustrée sur le schéma 2 ci-dessous, repose sur les 20 compétences nécessaires à une culture de la démocratie, que l’on désigne souvent sous le terme de « papillon » (schéma 2). Les 20 compétences s’organisent autour de quatre grands domaines : valeurs, attitudes, aptitudes, et connaissance et compréhension critique. Ces domaines ont été pris en compte dans l’analyse des projets documentés dans la consultation sur les bonnes pratiques, plus précisément pour évaluer les objectifs des projets qui étaient étudiés.

Shcéma 2: le papillon de l'ECN


10 domaines numériques

Ceux-ci sont appliqués dans dix domaines numériques clés, dérivés d'une revue de la littérature, qui sert de cadre croisé au modèle de modèle numérique de citoyenneté.

Piliers

Enfin, un examen de la pratique dans le domaine de la citoyenneté numérique identifie cinq facteurs ou piliers essentiels qui façonnent ou déterminent les résultats, quel que soit le contexte dans lequel les projets ont été menés.

Ces piliers soutiennent l’ensemble de la structure du modèle de développement de la citoyenneté numérique. Les bonnes pratiques dans ce domaine sont, dans une large mesure, façonnées par les politiques et ne peuvent être analysées et finalement reproduites qu’en appliquant avec succès une méthode de suivi et d’évaluation (méthode S&E). Entre ces deux piliers latéraux, les acteurs – des enseignants et apprenants aux responsables de l’élaboration des contenus et des politiques – et les ressources et infrastructures disponibles jouent un rôle majeur dans le degré de réussite atteint. Cela étant, les stratégies efficaces sont au centre des pratiques de mise en œuvre qui permettront aux apprenants de tous âges de développer leur plein potentiel en tant que citoyens actifs dans les démocraties d’aujourd’hui et de demain.