Les relations avec les Etats non-membres, qui couvrent tous les continents, permettent au Conseil de l’Europe d’étendre la portée de son action et de son rayonnement.

A présent, plus de 90 Etats non-membres sont parties à des traités du Conseil de l’Europe ou participants à d’autres instruments du Conseil de l'Europe, tels que la Commission de Venise, le GRECO, le Groupe Pompidou ou encore le Centre européen pour l'interdépendance et la solidarité mondiales (Centre Nord-Sud).

Un certain nombre d’Etats non-membres ont également des relations bilatérales institutionnalisées avec le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, l’Assemblée parlementaire et/ou le Congrès. 

Le statut d’observateur est le seul statut ouvert, au niveau du Comité des Ministres, aux Etats non-membres qui ne peuvent pas devenir membres de l’organisation. Les relations et les contacts avec les Etats observateurs indiquent qu’ils couvrent la quasi-totalité des domaines d’activités du Conseil de l’Europe.

Les relations avec les bénéficiaires de la Politique du Conseil de l’Europe à l’égard des régions voisines ont également été formalisées, dans une certaine mesure, dans le but de développer un espace juridique commun basé sur les valeurs et instruments du Conseil de l’Europe.