Le programme des Cités interculturelles est fondé sur le concept que la diversité culturelle est un avantage plutôt qu’un poids pour les villes si elle est bien gérée. Le programme utilise une approche ascendante. Il développe une orientation et des standards pour la gestion de la diversité culturelle en coopération avec, et basés sur une expérience concrète de l’administration des villes.  

L’évaluation 2014 (la Direction de l’Audit interne du Conseil de l’Europe a réalisé une évaluation du programme des cités interculturelles en 2014) a noté que les villes utilisaient les outils mis à disposition des cités interculturelles et les trouvaient utiles. Elles ont acquis des connaissances, des techniques et des bonnes pratiques pour la gestion de la diversité culturelle grâce au guide des Cités interculturelles et à des échanges avec d’autres villes membres du réseau. Le Programme des cités interculturelles a impulsé la création de réseaux et le développement de la coopération entre les villes partageant la même vision, et a conduit parfois à des projets interculturels joints. Certaines villes ont développé des stratégies interculturelles sur la base du guide des Cités interculturelles tandis que d’autres avaient déjà des stratégies propres avant de rejoindre le réseau.

Les villes partenaires des cités interculturelles ont constaté que l’approche de valorisation de la diversité promue par le programme des cités interculturelles a contribué à une évolution considérable au niveau local. Elles ont observé une amélioration de la cohésion sociale, en particulier pour ce qui concerne les relations de voisinages, une meilleure ouverture et tolérance parmi la population urbaine à l’égard des migrants et/ou des minorités et une baisse de l’intensité des conflits (vois le schéma ci-dessous).

Effets positifs des initiatives/projets/politiques interculturels au niveau local dans le domaine de la cohésion sociale.

Source : étude en ligne réalisée parmi les coordinateurs des villes membres du réseau

Des changements ont également été recensés dans trois domaines que l’évaluation a choisi d’étudier de manière plus approfondie. Dans le domaine de l’éducation, le changement le plus important est que les enseignants et les responsables scolaires sont devenus plus réceptifs et la communication et l’apprentissage réciproque  a été amélioré parmi les enfants de différents milieux. Dans le domaine de la culture, des arts et du sport, les changements les plus fréquemment observés sont l’augmentation de la participation des migrants et des minorités dans des activités artistiques et culturelles et par conséquent dans les échanges formels et informels entre les groupes de population de différentes origines culturelles.  Dans le domaine de la participation politique locale, des changements (même s’ils ont été moins fréquemment observés) apparaissent principalement sous la forme d’une sensibilité culturelle accrue des dirigeants politiques locaux et une meilleure capacité commune à résoudre les problèmes.

Médias sociaux Médias sociaux