Culture, patrimoine et diversité

 

Centres interculturels : promouvoir la diversité dans l’espace public & sécurité urbaine

 

Jude BloomfieldDans un document pour le programme des Cités interculturelles, Jude Bloomfield s’intéresse aux stratégies sécuritaires qui engagent les collectivités à traiter le problème de manière transversale. Elle examine les partenariats et initiatives qui, en milieu urbain, ont contribué à dissiper la peur et la méfiance à l’égard des immigrés et des minorités ethniques. Elle identifie le rôle des centres interculturels pour promouvoir les expériences positives d’interactions entre la population locale et les immigrés, qui renforcent un sentiment partagé de bien-être, de sécurité et d’appartenance à la ville.

 

Le fait qu’il existe un centre interculturel et une politique de sécurité urbaine est un indicateur de la qualité de l’espace public dans la ville, selon l’Index des Cités interculturelles [1]. L’étude analyse l’impact des centres interculturels dans les quartiers pour diversifier les espaces publics et redéfinir la sécurité en termes interculturels d’inclusion et de convivialité.

 

L’étude se penche sur trois « cas d’école » en matière de politique de sécurité urbaine à plus ou moins grande échelle mise en œuvre par différente instances :

1. Pacte pour une cohabitation conviviale dans le quartier de la gare de la municipalité de Reggio d’Emilie ;

2. Politiques d’intégration du GCAL (groupe communautaire d’Alta lisboa) et partenariat du Groupe de sécurité avec la police municipale d'Alta de Lisboa, nord de Lisbonne ;

3. Projet Second Wave Youth Arts’Centre’s SWAGGA avec la police de Lewisham, sud-est de Londres.

 

Le document évalue la contribution des centres interculturels, notamment le Mondinsieme en Reggio et le Centro Interculturacidade de Lisbonne, pour améliorer la sécurité urbaine en créant des espaces publics inclusifs et conviviaux.

 

The Effectiveness of Intercultural Centres in creating Convivial, Diverse Public Spaces and Enhancing Community Safety - Rapport de recherche pour le Conseil de l'Europe & la Commission européenne, Jude Bloomfield