Culture, patrimoine et diversité

 

Réseau italien de Cités interculturelles – Maximiser l’avantage des minorités !

 

Les 27 et 28 janvier 2011, le réseau italien de "Cités interculturelles" s'est réuni à Turin, en Italie.

 

Ce réseau fonctionne sous les auspices et avec le soutien du programme "Cités interculturelles", action conjointe du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne. Cette plate-forme nationale est actuellement composée de 10 villes: Reggio Emilia, Turin, Bari, Lodi, Gênes, Fermo, Senigallia, Savigniano sul Rubicone, Pompéi et Campi Bisenzio.

 

Les deux réseaux - national et international - des cités interculturelles permettent un échange de bonnes pratiques entre un grand nombre de parties prenantes locales et internationales. Par exemple les écoles, les services municipaux, les citoyens, les organisations non gouvernementales et les organismes gouvernementaux contribuent à l'élaboration et la mise en œuvre de stratégies interculturelles pour s'adapter à la spécificité démographique, historique et politique de la ville.

 

L'échange qui a eu lieu à Turin en janvier entre les 10 villes italiennes était axé sur l'intégration des groupes minoritaires, une médiation pacifique et la résolution des conflits, ainsi que l’assurance d’un permis de séjour pour la seconde génération de migrants à leur majorité. Reggio Emilia a fait part de sa politique sur la participation des mères des enfants de migrants dans les écoles, et Porto et Lodi sur la lutte contre le racisme.

 

La prochaine rencontre du réseau national des Cités interculturelles se tiendra les 18 et 19 mars et mettra l'accent sur l'expérience des migrants chinois à Campi Bisenzio dans les années 1990. A l’occasion de ce forum, des échanges auront lieu sur un large éventail de politiques d'intégration, y compris le droit aux soins de santé pour les groupes minoritaires, ainsi que sur l'accroissement de la participation politique, le droit de vote et la citoyenneté dans la gouvernance locale.

 

Thomas Pavan-Woolfe