Focus
Ces trente dernières années, le Groupe Pompidou a élaboré des outils qui ont permis aux décideurs et aux responsables politiques de mettre en œuvre des politiques efficaces de lutte contre l’abus et le trafic de drogues et contre les effets négatifs qui en découlent pour la société.

Les réponses politiques à la drogue et aux problèmes qui en découlent ne peuvent reposer uniquement sur les preuves scientifiques et la fermeté : elles doivent aussi prendre en compte les influences culturelles, les structures de la société et l’opinion publique. A ce titre, le Groupe Pompidou offre un espace unique de dialogue ouvert, au-delà de toutes contraintes idéologiques et politiques.
Les principales réalisations du Groupe Pompidou
Le Groupe Pompidou est à l’origine des concepts d’observation transnationale des phénomènes d’abus de drogues et de développement d’indicateurs, qui ont été repris par l’Union européenne pour créer l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT). Il a également conçu des méthodes de mesure efficaces de la consommation d’alcool, de tabac et de drogue. Le projet européen d’enquête en milieu scolaire sur l’alcool et les autres drogues (ESPAD), qui est maintenant devenu un programme indépendant, constitue la principale source de données sur les tendances de la toxicomanie pour les gouvernements de 51 pays et continue de s’exporter particulièrement bien hors d’Europe.

Le contrôle du trafic de drogue dans l’aviation générale par la coopération entre les douanes et les services répressifs est devenu possible grâce à la création du Groupe Aéroports au sein du Groupe Pompidou. Ce groupe communique régulièrement aux Etats membres les informations les plus récentes sur le mode opératoire des trafiquants de drogue dans l’aviation civile et sur les mesures techniques nécessaires pour neutraliser ces derniers.

Le Groupe Pompidou propose à ses Etats membres des concepts de politiques de prévention ayant un impact avéré, à l’image de ceux contenus dans le « manuel de Prévention » destiné aux professionnels et aux responsables politiques. La formation en milieu scolaire sur le développement de compétences individuelles (life-skills training), conçue par le Groupe Pompidou et mise en œuvre dans plusieurs Etats membres avec son aide, est aujourd’hui dispensée couramment en Europe.

Le Groupe Pompidou est en outre parvenu à faire participer efficacement la société civile à la lutte contre la toxicomanie et à l’atténuation des répercussions sanitaires et sociales qui y sont associées. Le Forum européen consultatif et le Prix européen de la prévention ont permis d’impliquer des jeunes, en particulier issus de groupes à risques, dans une prévention active auprès de leurs pairs.

Les politiques ciblées de traitement visant la réinsertion des toxicomanes dans la société ont été le fruit de l’approche intégrée adoptée par le Groupe Pompidou qui lie la politique, la pratique et la recherche. Parmi les développements dans les Etats membres que l’on peut attribuer au Groupe Pompidou, figurent : le traitement de la toxicomanie comme alternative à l’emprisonnement, les normes en matière de traitement pour les jeunes et les femmes toxicomanes, les traitements de la dépendance e n prison, les principes et les lignes directrices en faveur d’une réduction des contaminations par le VIH/sida liées à la toxicomanie.

Par ailleurs, le Groupe Pompidou a été le premier organe à élaborer et à promouvoir des politiques pour intervenir efficacement contre les actes de délinquance liées à la drogue sur la voie publique. La forte diminution du nombre de ces actes en Europe depuis quinze ans peut lui être attribué en grande partie. Il a de cette façon contribué à sauver des vies et à améliorer la sécurité et la santé publique.

Le Groupe Pompidou est le seul organe à traiter des questions éthiques et de droits de l’homme liées aux politiques de lutte contre les drogues. Cette approche a été définie par l'Organe International de Contrôle des Stupéfiants (OICS) des Nations Unies comme l’un des principaux facteurs de progrès en matière de politiques de drogues. Les recommandations du Groupe Pompidou aux Etats membres pour la conduite de tests de dépistage doivent contribuer à éviter que les éventuels programmes nationaux de dépistage ne portent atteinte aux droits individuels.

Grâce au réseau MedNET, la coopération dans la région méditerranéenne a permis de mesurer pour la première fois l’ampleur du problème de drogue et de toxicomanie en Algérie, au Maroc et au Liban. Les études réalisées sur la population serviront à concevoir des stratégies de lutte antidrogue fondées sur la réduction des risques. Ces politiques ont été encouragées par la formation du personnel médical par le Groupe Pompidou au traitement de la toxicomanie, y compris au traitement de substitution aux opiacés, en tenant compte du droit à la santé des toxicomanes.

Les réponses politiques à la drogue et aux problèmes qui en découlent ne peuvent reposer uniquement sur les preuves scientifiques et la fermeté : elles doivent aussi prendre en compte les influences culturelles, les structures de la société et l’opinion publique. A ce titre, le Groupe Pompidou offre un espace unique de dialogue ouvert, au-delà de toutes contraintes idéologiques et politiques. C’est ce qui a permis le développement de nombreuses politiques efficaces basées sur l’obtention de résultats concrets en faveur de la réduction de la consommation de drogue.

A l’avenir, le Groupe Pompidou continuera de favoriser la participation de la société civile, source de valeur ajoutée, en associant les groupes cibles à la lutte contre la toxicomanie, participation essentielle pour assurer le succès des politiques visant à réduire la demande.

Le Groupe Pompidou ne doit cesser de chercher les moyens de mieux lier les politiques à la recherche et à la pratique, afin de proposer aux gouvernements des solutions qui reposent sur les données scientifiques et sur l’expérience intersectorielle des professionnels. Grâce à cette approche, les gouvernements seront plus à même de surmonter les obstacles à la mise en œuvre de leurs politiques et de renforcer l’impact de ces dernières tout en utilisant les ressources plus efficacement.

Placer les droits de l’homme au cœur de la lutte contre la drogue doit également contribuer à donner une impulsion aux politiques de drogues. Dans la continuité de son action, fondée sur les progrès réalisés dans le cadre de l’UNGASS, le programme mondial d’évaluation des Nations Unies sur les drogues, le Groupe Pompidou se penchera plus particulièrement sur les points suivants afin de pouvoir proposer des conseils et des instruments aux gouvernements :

les droits de l’homme et les aspects éthiques liés aux vaccins contre la dépendance à la cocaïne
les droits de l’homme comme facteur clé d’un meilleur équilibre entre répression et prévention
les aspects éthiques de l’utilisation des conclusions des neurosciences pour influer sur le comportement
la valeur ajoutée et le rôle crucial joué par les droits de l’homme dans les traitements contre la toxiomanie et la réinsertion
Page d'accueil
Agenda
Septembre

8-12: Athènes
Séminaire de qualification. Formation pour managers 2014

11-12: Kiev
Conférence internationale: réduire la demande de drogues - l'amélioration de la vie humaine à Kiev

15: Budapest
Traitement de la toxicomanie dans les prisons

22: Rome
Conférence sur ‘l’abus par les femmes de médicaments délivrés sous ordonnances‘

24-26: Strasbourg
Conférence annuelle sur les précurseurs. Palais de l'Europe

29-30: Istanbul
Atelier régional pour l'Europe du Sud-Est

 
suite Agenda 2014
Publications & Documents


suite Nos publications (ISBN)
suite Nos documents (P-PG/)
Thématiques
suite Nos dossiers
suite Jeunesse