DROGUES EN PRISONS
L’objectif principal du Programme «Drogues en prison» est l’amélioration de la santé des détenus en respectant les droits de l’homme. Les prisons sont un environnement à haut risque aussi bien pour les détenus que pour le personnel. En particulier es consommateurs de drogues par injection sont exposés à plusieurs risques pour la santé : abcès infectieux des sites d’injection et la propagation de maladies transmises par le sang, comme l’hépatite C ou le VIH. Limiter la diffusion de maladies transmissibles en prison profite ainsi aussi bien aux détenus qu’à la société dans son ensemble et réduit les charges pesant sur le système de santé du pays. Le programme vise à développer des stratégies de traitement de la toxicomanie et de réinsertion sociale des détenus consommateurs de drogues dans le but de réduire les risques de rechute et de récidive. La promotion de soins continus doit soutenir les efforts de traitement de la toxicomanie et garantir des soins prolongés pour les personnes entrant et sortant de prison. Le programme comprend un important volet de coopération entre les pays impliqués et vise à étendre de meilleures pratiques à travers toute l’Europe.
 
Activités
• Sensibilisation aux droits de l’homme et aux besoins en santé publique dans les
  prisons

• Formation du personnel pénitentiaire au traitement de la toxicomanie, à la
  réduction des risques et à la réhabilitation

• Mise en œuvre pour les détenus d’activités participatives de prévention des stupéfiants

• Diffusion d’exemples de bonnes pratiques en Europe et la facilitation de collaborations régionales
 
Nouvelles
Soutenir les réformes pénitentiaires en Ukraine

Les experts du Groupe Pompidou sur la santé publique et les politiques antidrogues ont contribué au succès de la conférence sur le thème des « Soins de santé derrière les barreaux », qui a eu lieu à Kiev les 9 et 10 juillet derniers. Co-présidant cette conférence importante, le Groupe Pompidou avait rassemblé le plus grand panel possible d’experts afin d’aider le système pénitentiaire ukrainien à lutter contre les risques liés à la consommation de drogues et les maladies transmises par le sang, telles que le VIH et l’hépatite C. Le professeur Heino Stöver (Allemagne), le docteur Jörg Pont (Autriche) ainsi que les docteurs Andrej Kastelic et Nusa Segrec (Slovénie) ont fourni un vaste éventail de connaissances et ont donné des présentations sur des sujets tels que « Les normes de soins internationales en prison et l’éthique médicale » et « Les services de traitement des toxicomanes en milieu carcéral ». Plus de 150 spécialistes sur la question des soins en prison ont participé à la conférence, organisée par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, et soutenue par USAID, l’Organisation mondiale de la santé et UNAIDS.


Participation des ministres géorgiens au lancement du projet à Tbilissi

M. Aleksandre Tabatadze, ministre adjoint de la justice, Mlle Lia Gigauri, ministre adjoint de l'éducation et M. Alessandro Savaris, chef du bureau du Conseil de l'Europe en Géorgie, ainsi que des représentants de haut niveau du ministère géorgien de l'intérieur, du ministère des services correctionnels et du ministère de la santé ont participé à la table ronde et au lancement, à Tbilissi le 22 juin, du projet Alternatives à l'incarcération pour les délinquants toxicomanes. Au cours de cet événement, les participants ont discuté des possibles modifications à la politique qui permettraient au système de justice pénale de placer les délinquants toxicomanes dans des centres de traitement et de réhabilitation au lieu de les envoyer en prison. Cette table ronde, organisée par le Groupe Pompidou et hébergée par le ministère de la justice, fait partie du projet régional « Réponse de la justice pénale pour les détenus toxicomanes » au sein du Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne.


Travailler ensemble pour une réforme pénitentiaire en République de Moldavie

Deux raisons de se réjouir : la première est que les participants à la « Formation pour des soins intégrés pour des détenus toxicomanes dans des Communautés thérapeutiques (TC) », qui s'est déroulée à Chisinau du 25 au 28 mai 2015, ont reçu un certificat en leur nom validant leur acquisition des connaissances de base pour faire fonctionner une communauté thérapeutique en milieu carcéral. Deuxièmement, le Groupe Pompidou et le Département des institutions pénitentiaires de la République de Moldavie, représenté par Melle Ana Dabija, ont signé le 29 mai 2015 un Mémorandum d'entente dans le but de consolider une coopération efficace entre les deux parties dans l'implantation du projet d' « Établissement de communautés thérapeutiques en prison » lequel fait partie du projet régional « Réponse de la justice pénale pour les détenus dépendants de la drogue » au sein du Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne du Partenariat Oriental. Avec l'ONG norvégienne Phoenix Haga, le Groupe Pompidou soutiendra ses partenaires moldaves dans le développement d'ici 2017 de deux centres thérapeutiques : le premier dans une prison pour femmes (à Rusca) et le second dans une prison pour hommes (à Pruncul). Les communautés thérapeutiques sont un outil efficace dans le traitement de la toxicomanie, et complètent les autres services sanitaires et sociaux pour les prisonniers toxicomanes.  

Nouvelles récentes
Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne du Partenariat Oriental

Faisant partie intégrante du Cadre de coopération en matière de programmation (PCF) Conseil de l’Europe/Union Européenne du Partenariat Oriental, le Groupe Pompidou a adopté des projets visant à poursuivre les réformes pénitentiaires en Europe orientale. Avec le projet « Réponses de la justice pénale pour les détenus toxicomanes », nous avons engagé une approche régionale, visant à soutenir l’amélioration des cadres législatifs et réglementaires dans la République de Moldavie, en Géorgie, en Ukraine et dans la République d’Arménie. Les buts principaux de ce projet sont d’amener les politiques et les législations nationales en matière d’exécution des sanctions pénales au niveau des standards européens, et également d’améliorer les conditions de soins en prison, de lutter contre la surpopulation carcérale et de soutenir des mesures thérapeutiques communautaires. Dans la République de Moldavie, nous avons, en coordination avec les institutions pénitentiaires, mis en place des groupes d’entraide et des séances de thérapie pour les délinquants toxicomanes incarcérés. En Géorgie, en partenariat avec les différents ministères, nous avons découvert des alternatives à la détention des délinquants toxicomanes afin de réduire les crimes et les risques de récidive, tout en améliorant les conditions de santé en prison et au sein de la communauté. Enfin, en Ukraine et en Arménie, nous prévoyons d’améliorer les systèmes de traitement en prison de la toxicomanie.

suite Toutes les nouvelles
Page d'accueil
AGENDA
Février

3-5, Lisbon
Visite d’étude d’une délégation égyptienne à Lisbonne

9, Paris
5ème réunion du Comité MedSPAD

8-11, Bordeaux
Visite d’étude d’une délégation algérienne TSO


suite Agenda 2016
PUBLICATIONS & DOCUMENTS


suite Nos publications (ISBN)
suite Nos documents (P-PG/)
MEDIA
Follow us! Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter Retrouvez-nous sur Youtube
suite BEEcool - Vidéo sur la prévention
suite Reportage sur Euronews
suite Spot TV sur "la drogue au volant"
suite Articles
Thématiques
suite Nos dossiers
suite Jeunesse