Retour

Violence à l’égard des femmes : la Suisse doit prendre de nouvelles mesures

Groupe d’experts du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO) Strasbourg 15 novembre 2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Violence à l’égard des femmes : la Suisse doit prendre de nouvelles mesures

Dans son premier rapport sur la Suisse, le Groupe d’experts du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO) appelle la Suisse à consolider les mesures déjà prises en renforçant son dispositif de protection des femmes victimes de violence et son cadre juridique, et en harmonisant les pratiques sur l’ensemble du territoire.

Dans son rapport, le groupe d’experts salue les mesures prises pour mettre en œuvre la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul), par le biais notamment d’une mobilisation précoce de tous les niveaux d’autorité concernés et l’adoption d’un plan d’action national 2022-2026 ; mais aussi pour mieux sensibiliser et informer la population, y compris dans le domaine de l’éducation, et pour améliorer la prise en charge et la protection des femmes victimes de violence (par exemple par la création de points de contacts spécialisés sur les mutilations génitales féminines et les mariages forcés dans quelques cantons, et de centres d’aide d’urgence pour victimes de violences sexuelles et d’unités spécialisées dans plusieurs hôpitaux). Des évolutions législatives ont également permis de mieux aligner la législation suisse avec les exigences de la Convention, notamment la loi fédérale de 2020 sur l’amélioration de la protection des victimes de violence.

Néanmoins, le rapport souligne aussi un certain nombre de lacunes, comme par exemple l’absence de définitions et d’une approche commune, au niveau national, de la violence à l’encontre des femmes et de la violence domestique, le financement insuffisant des politiques, programmes et mesures de prévention et de lutte contre toutes les formes de violence faites aux femmes, ou encore le fait que toutes les femmes victimes de violence n’aient pas accès de la même façon à un hébergement en refuge et à un accompagnement de qualité sur l’ensemble du territoire. .

Le rapport est publié avec les commentaires du gouvernement suisse.


 Le GREVIO et la Suisse


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter