Retour

Une jeune femme sauvée de la lapidation à mort en Iran

Jabari c. Turquie  | 2000

Une jeune femme sauvée de la lapidation à mort en Iran

… A l’âge de 22 ans, la requérante a rencontré un homme en Iran, alors qu’elle suivait des cours de secrétariat. Elle en est tombée amoureuse. Quelques temps après, ils ont décidé de se marier.

Arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, juillet 2000

Historique de l’affaire

Hoda Jabari avait 22 ans quand elle est tombée amoureuse d’un homme dont elle avait fait la rencontre pendant ses études en Iran. Le couple a décidé de se marier.

Cependant, leur relation a été interdite par sa famille à lui. Les parents ont empêché le mariage. Deux ans plus tard, l’homme a fini par épouser quelqu’un d’autre. Cependant, Mme Jabari a continué de le rencontrer en secret.

Bientôt, ils ont été arrêtés par la police iranienne. Les fonctionnaires de police ont imposé un examen de virginité à Mme Jabari. Elle était soupçonnée de participer à un adultère, ce pour quoi, elle pouvait être lapidée à mort selon le droit iranien.

Avec l’aide de sa famille, Hoda Jabari a été remise en liberté quelques jours plus tard. Etant donné qu’elle risquait toujours d’être lapidée, elle s’est enfuie à Istanbul. Elle a tenté d’obtenir l’asile en Turquie, mais sa demande a été rejetée au motif qu’elle avait été présentée trop tard. Les autorités turques étaient sur le point de renvoyer Hoda Jabari en Iran quand elle a demandé de l’aide à la Cour européenne des droits de l’homme.

Arrêt de la Cour européenne

La Cour a estimé que le renvoi de Hoda Jabari en Iran, où elle risquait d’être lapidée violerait ses droits fondamentaux.

… La répression de l’adultère par lapidation reste inscrite dans le Code de lois [en Iran] et peut être utilisée par les autorités…

Arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, juillet 2000

Suites

Hoda Jabari n’a pas été expulsée vers l’Iran. A la suite de l’arrêt de la Cour européenne, elle a obtenu un permis de séjour en Turquie. En 2001, elle a quitté ce pays pour le Canada afin d’y refaire sa vie.


Exemples similaires

Justice pour un adolescent de seize ans handicapé mental ayant subi une agression sexuelle.

Madame Y., handicapée mentale, a subi une agression sexuelle la nuit qui a suivi son seizième anniversaire. Le père de Y. a tenté de déclencher des poursuites contre l’agresseur, mais le droit néerlandais prévoyait que seule la victime pouvait engager des poursuites. En raison de son état, Y. était incapable de le faire, si bien que son agresseur n’a pas été poursuivi. La Cour européenne a jugé...

Read more

Justice après un manquement des autorités à leur obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités policières

Alexandre Mihhailov a affirmé qu’il avait été cruellement frappé par des fonctionnaires de police à la fois dans un lieu public et après avoir repris conscience, dans un poste de police. La Cour européenne a jugé que les investigations qui ont suivi n’étaient pas indépendantes et qu’elles souffraient de graves lacunes comme le défaut de collecter des éléments de preuve. Des réformes ont été...

Read more

Renforcement de la protection des détenus après que la police a infligé des mauvais traitements à un prothésiste dentaire

Vladimir Kummer était prothésiste dentaire. Une nuit, il aurait été trouvé en train d’uriner dans la rue. Des fonctionnaires de police l’ont placé dans une cellule où il a été attaché par des menottes aux murs et où il aurait été battu. La Cour européenne a jugé que M. Kummer avait fait l’objet d’un traitement dégradant et qu’il n’y avait pas eu d’investigations effectives sur l’incident, ce...

Read more

Réformes pour empêcher les brutalités policières après l’agression violente d’un innocent

Artur Mrozowski rentrait de son travail en train quand la police est arrivée en réponse à des désordres causés par d’autres passagers. Il n’était pas en état d’ébriété, il est resté paisible et calme, mais un fonctionnaire de police l’a frappé au visage avec une matraque et lui a cassé trois dents. Les investigations ont laissé entendre que la police n’avait rien fait de mal, mais la Cour...

Read more

Manquement à l’obligation d’enquêter sur des violences policières alléguées

Après qu’une dispute eut éclaté dans un bar à Štip, toutes les personnes présentes furent emmenées en garde à vue. Selon ses dires, Pejrusan Jasar fut violemment frappé par un fonctionnaire de police dès qu’il se trouva dans une cellule du commissariat. Il déposa une plainte pénale, mais le procureur ne prit aucune mesure pour mener des investigations. La Cour européenne jugea que cela avait...

Read more

Nouvelle règlementation pénitentiaire après qu’un homme a été soumis à des conditions d’emprisonnement inhumaines

Après avoir commis une infraction administrative, Arnis Kadiķis a été placé en détention avec quatre autres détenus dans une cellule mesurant seulement 6 m², dépourvue de fenêtre et de lit, sans qu’il puisse en sortir pendant quinze jours. La Cour européenne a estimé que ces conditions constituaient un traitement dégradant. À la suite de cette affaire, des réformes importantes ont été adoptées...

Read more

Réformes visant à faire cesser les violences policières contre les détenus suite à la torture d’un homme placé en garde à vue

Olsi Kaçiu a été torturé par la police et contraint à faire une déposition qui a été utilisée par la suite pour le condamner. La Cour européenne a conclu que la torture et le procès inéquitable de M. Kaçiu avaient violé ses droits fondamentaux. En conséquence de cette affaire, parmi d’autres, un ensemble de réformes ont été adoptées afin d’éviter que des mauvais traitements soient infligés à...

Read more