Retour

Justice pour un adolescent de seize ans handicapé mental ayant subi une agression sexuelle.

X. et Y. c. Pays-Bas  | 1985

Justice pour un adolescent de seize ans handicapé mental ayant subi une agression sexuelle.

Cet incident, qui s’est produit le lendemain du jour où mademoiselle Y. a eu 16 ans a eu des effets traumatiques sur elle, car il a provoqué un grave trouble mental.

Arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, mars 1985

Historique de l’affaire

A partir de l’âge de neuf ans, Y. a vécu dans un foyer pour enfants handicapés mentaux. Une nuit, elle a été réveillée par le beau-fils du directeur de l’établissement (qui vivait dans les locaux, sans y être employé). L’homme a contraint Y. à le suivre dans sa chambre pour la déshabiller et faire l’amour avec elle.

Le père d’Y. s’est rendu au poste de police local pour demander que des poursuites soient engagées contre l’agresseur de sa fille. Cependant, les autorités ont refusé d’émettre un acte d’accusation. Selon le droit néerlandais, les procédures pénales ne peuvent être entamées que si elles sont demandées par la victime alléguée.

Tout le monde reconnaissait qu’Y. était incapable de déclencher elle-même des poursuites. Cependant, les tribunaux néerlandais ont estimé que son père ne pouvait engager la procédure en son nom. Il y avait là une lacune de la loi, si bien qu’aucune procédure pénale ne pouvait être entamée, puisque la victime n’en avait pas eu elle-même l’initiative.

Le père d’Y. a soutenu qu’il fallait pouvoir obtenir justice pour une agression sexuelle.

Arrêt de la Cour européenne

La Cour européenne a estimé la loi devait criminaliser les agressions sexuelles et permettre de poursuivre les auteurs de ces infractions. Cependant, le droit néerlandais n’avait pas prévu la répression pénale de l’agresseur de Y. Cela constituait une violation de ses droits fondamentaux.

C’est une affaire où des valeurs fondamentales et des aspects essentiels de la vie privée sont en jeu. Une dissuasion effective est indispensable dans ce domaine… 

Arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, mars 1985

Suites

Y. a été indemnisée.

Le Code pénal néerlandais a été révisé en 1985. La révision signifie que les personnes handicapées mentales qui sont victimes d’infractions pénales peuvent porter plainte par le biais de leur représentant légal.


Exemples similaires

Réformes adoptées suite au traitement inhumain d’une fillette de quatre ans

Lorsqu’elle avait quatre ans, Tabitha Mitunga a été placée en détention pendant près de deux mois par les autorités belges, sans qu’aucun membre de sa famille, aucun proche, ni aucune autre personne ne soit désigné pour s’occuper d’elle. Elle a subi un préjudice psychologique et la Cour européenne a jugé que ses droits avaient été violés. Cette affaire a mis en lumière la nécessité d’améliorer...

Read more

Manquement à l’obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités contre un homme qui tentait d’aider la police.

Cvetan Trajkoski a tenté de signaler une situation dangereuse à la police. Il aurait alors été frappé par un groupe de fonctionnaires – visiblement parce qu’il avait garé sa voiture à un mauvais endroit. La Cour européenne a estimé que les autorités avaient manqué à leur obligation d’enquêter comme il convient sur l’agression alléguée. Cette affaire et d’autres ont conduit à des réformes pour...

Read more

Une jeune femme sauvée de la lapidation à mort en Iran

Alors qu’elle était âgée de 24 ans, Hoda Jabari a été soupçonnée d’adultère en Iran. Cette infraction pénale pouvait être punie par la lapidation à mort. Hoda Jabari s’est enfuie à Istanbul. Cependant, les autorités turques ont décidé de l’expulser. La Cour européenne a empêché qu’elle soit renvoyée en Iran de peur qu’elle soit lapidée. Hoda Jabari a été autorisée à rester en Turquie et a...

Read more

Incrimination de la traite des êtres humains à la suite de l’esclavage domestique subi à Paris par une fille de 14 ans

Victime d’esclavage domestique depuis l’âge de 14 ans, Henriette Akofa Siliadin avait été contrainte pendant plus de quatre ans de travailler sans rémunération toute la journée sept jours sur sept. Les responsables de cette situation n’avaient pas été dûment jugés car la loi française n’incriminait pas les actes dont ils s’étaient rendus coupables. Cette affaire a été l’un des facteurs qui ont...

Read more

Nouvelle règlementation pénitentiaire après qu’un homme a été soumis à des conditions d’emprisonnement inhumaines

Après avoir commis une infraction administrative, Arnis Kadiķis a été placé en détention avec quatre autres détenus dans une cellule mesurant seulement 6 m², dépourvue de fenêtre et de lit, sans qu’il puisse en sortir pendant quinze jours. La Cour européenne a estimé que ces conditions constituaient un traitement dégradant. À la suite de cette affaire, des réformes importantes ont été adoptées...

Read more

Réformes visant à faire cesser les violences policières contre les détenus suite à la torture d’un homme placé en garde à vue

Olsi Kaçiu a été torturé par la police et contraint à faire une déposition qui a été utilisée par la suite pour le condamner. La Cour européenne a conclu que la torture et le procès inéquitable de M. Kaçiu avaient violé ses droits fondamentaux. En conséquence de cette affaire, parmi d’autres, un ensemble de réformes ont été adoptées afin d’éviter que des mauvais traitements soient infligés à...

Read more