Retour

Manquement à l’obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités contre un homme qui tentait d’aider la police.

Trajkoski c. « ex-République yougoslave de Macédoine »  | 2008

Manquement à l’obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités contre un homme qui tentait d’aider la police.

La Cour conclut que les investigations entamées après le dépôt d’une plainte par le requérant qui disait avoir été blessé alors qu’il se trouvait aux mains de la police n’étaient ni approfondies ni effectives 

Arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme, février 2008

Historique de l’affaire

Cvetan Trajkoski savait qu’il pouvait y avoir un incendie et une explosion dans une station-service. Il s’est rendu avec sa femme au commissariat de police de Prilep pour le signaler.

Au commissariat, le ton est monté en raison de l’endroit où il avait garé sa voiture. Selon M. Trajkoski, un fonctionnaire de police a pointé son arme vers sa tête. Sept à huit policiers sont alors arrivés et l’auraient jeté contre un escalier avant de le frapper sur tout le corps tout en l’insultant.

Le procureur a refusé de mettre en cause les fonctionnaires de police. Il a fondé sa décision sur les seules dépositions de ceux-ci sans prendre en considération d’autres éléments de preuve, comme le témoignage de M. Trajkoski, de sa femme et des médecins qui ont examiné ses blessures après l’incident.

M. Trajkoski a porté lui-même l’affaire devant la justice, en donnant le nom de l’un de ses agresseurs. Cependant, le tribunal a refusé d’examiner l’affaire parce que M. Trajkoski ne pouvait identifier chacun des fonctionnaires de police impliqués. Il a refusé d’aider M. Trajkoski à identifier ses assaillants ou d’entendre d’autres éléments de preuve sur l’incident.

Arrêt de la Cour européenne

La Cour européenne a estimé qu’il y avait eu un manquement à l’obligation de mener dûment des investigations. Le procureur n’a pas pris en considération les éléments de preuves étayant les allégations de M. Trajkoski. Le tribunal de jugement a rejeté à tort la plainte de M. Trajkoski pour la simple raison qu’il ne pouvait identifier chacun des fonctionnaires impliqués – d’autant plus que les autorités ne l’ont aucunement aidé pour ce faire.

Suites

A la suite de cet arrêt et d’une série de conclusions analogues de la Cour européenne, diverses mesures ont été prises pour faire en sorte que les allégations de brutalités policières fassent l’objet d’investigations en bonne et due forme dans le pays :

  • En 2010, une nouvelle loi sur le parquet a été adoptée. Elle vise à réviser la législation pour remédier aux carences établies par la Cour européenne. Elle impose notamment aux procureurs de rendre une décision sur une plainte au pénal dans les trois mois suivant le dépôt de celle-ci. Faute de respecter ce délai, le procureur doit en informer le requérant et son supérieur.
  • Une instruction contraignante publiée en 2013 précise que l’ensemble des cas de mauvais traitements ou de torture infligés par les autorités doivent être signalés au Procureur général.
  • Des stages ont été organisés pour les juges, les procureurs et les fonctionnaires de police pour expliquer les normes de la Cour européenne en matière d’investigations appropriées des allégations de brutalités policières.

Exemples similaires

Réformes adoptées suite au traitement inhumain d’une fillette de quatre ans

Lorsqu’elle avait quatre ans, Tabitha Mitunga a été placée en détention pendant près de deux mois par les autorités belges, sans qu’aucun membre de sa famille, aucun proche, ni aucune autre personne ne soit désigné pour s’occuper d’elle. Elle a subi un préjudice psychologique et la Cour européenne a jugé que ses droits avaient été violés. Cette affaire a mis en lumière la nécessité d’améliorer...

Read more

Justice pour un adolescent de seize ans handicapé mental ayant subi une agression sexuelle.

Madame Y., handicapée mentale, a subi une agression sexuelle la nuit qui a suivi son seizième anniversaire. Le père de Y. a tenté de déclencher des poursuites contre l’agresseur, mais le droit néerlandais prévoyait que seule la victime pouvait engager des poursuites. En raison de son état, Y. était incapable de le faire, si bien que son agresseur n’a pas été poursuivi. La Cour européenne a jugé...

Read more

Incrimination de la traite des êtres humains à la suite de l’esclavage domestique subi à Paris par une fille de 14 ans

Victime d’esclavage domestique depuis l’âge de 14 ans, Henriette Akofa Siliadin avait été contrainte pendant plus de quatre ans de travailler sans rémunération toute la journée sept jours sur sept. Les responsables de cette situation n’avaient pas été dûment jugés car la loi française n’incriminait pas les actes dont ils s’étaient rendus coupables. Cette affaire a été l’un des facteurs qui ont...

Read more

Justice pour les enfants victimes de mauvais traitements

Quatre enfants avaient été exposés à une négligence extrême et à des abus affectifs au sein de leur famille. La Cour européenne a relevé que cette forme de mauvais traitements avait été portée à la connaissance des pouvoirs locaux et que ceux-ci auraient pu prendre des mesures pour en protéger les enfants, mais qu’ils s’en étaient abstenus pendant quatre ans et demi. La Cour a accordé aux...

Read more

Justice après un manquement des autorités à leur obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités policières

Alexandre Mihhailov a affirmé qu’il avait été cruellement frappé par des fonctionnaires de police à la fois dans un lieu public et après avoir repris conscience, dans un poste de police. La Cour européenne a jugé que les investigations qui ont suivi n’étaient pas indépendantes et qu’elles souffraient de graves lacunes comme le défaut de collecter des éléments de preuve. Des réformes ont été...

Read more

Renforcement de la protection des détenus après que la police a infligé des mauvais traitements à un prothésiste dentaire

Vladimir Kummer était prothésiste dentaire. Une nuit, il aurait été trouvé en train d’uriner dans la rue. Des fonctionnaires de police l’ont placé dans une cellule où il a été attaché par des menottes aux murs et où il aurait été battu. La Cour européenne a jugé que M. Kummer avait fait l’objet d’un traitement dégradant et qu’il n’y avait pas eu d’investigations effectives sur l’incident, ce...

Read more

Réformes pour empêcher les brutalités policières après l’agression violente d’un innocent

Artur Mrozowski rentrait de son travail en train quand la police est arrivée en réponse à des désordres causés par d’autres passagers. Il n’était pas en état d’ébriété, il est resté paisible et calme, mais un fonctionnaire de police l’a frappé au visage avec une matraque et lui a cassé trois dents. Les investigations ont laissé entendre que la police n’avait rien fait de mal, mais la Cour...

Read more