Retour

Justice pour les enfants victimes de mauvais traitements

Z. et autres c. Royaume-Uni  | 2001

Justice pour les enfants victimes de mauvais traitements

Il s’agissait de la pire affaire de négligence et d’abus affectifs qu’il lui avait été donné [à la psychiatre pour enfants] de voir dans sa carrière 

Arrêt de la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme en date du 10 mai 2001.

Historique de l’affaire

Quatre enfants avaient vécu au sein de leur famille ce qu’une pédopsychiatre avait par la suite qualifié d’« expériences horribles ». Bien que les services sociaux aient suivi cette famille pendant quatre ans et demi, ils n’avaient pris aucune mesure pour protéger les enfants, ce qui avait eu pour effet, selon la pédopsychiatre, que trois d’entre eux au moins présentaient des troubles psychologiques graves, notamment des troubles psychiques post-traumatiques.

En définitive, les enfants avaient été placés dans des familles d’accueil. Agissant en leur nom, l’Official Solicitor (avocat général) avait engagé une action indemnitaire contre la collectivité locale, alléguant que celle-ci ne s’était pas suffisamment préoccupée du bien-être des enfants et qu’elle n’avait pris aucune mesure effective pour les protéger.

La Chambre des lords avait rejeté l’action en justice, au motif que le droit anglais n’autorisait pas les enfants à engager une telle action. Les requérants avaient alors saisi la Cour européenne des droits de l’homme.

Arrêt de la Cour européenne

La Cour européenne a relevé que les mauvais traitements infligés aux enfants avaient été portés à la connaissance de l’autorité locale et que celle-ci avait le pouvoir de prendre des mesures pour les protéger contre de tels abus, notamment celui de les retirer de leur foyer, mais qu’elle s’en était abstenue pendant quatre ans et demi.

La Cour a jugé qu’en manquant à leur devoir de protéger ces enfants, les autorités avaient porté atteinte à leur droit de ne pas être exposés à des traitements inhumains ou dégradants. Elle a également conclu que le refus de les autoriser à engager une action contre les pouvoirs locaux les avait privés de la possibilité de faire examiner leurs griefs et d’obtenir une indemnité pour le dommage subi. Elle a constaté que les requérants n’avaient pas disposé de recours effectif pour remédier à la violation de leurs droits fondamentaux.

Suites

Outre d’autres décisions prononcées par les juridictions nationales, l’arrêt rendu par la Cour a contribué à faire reconnaître le droit des enfants victimes de mauvais traitements liés à la négligence des collectivités locales à demander réparation à celles-ci.

Dans cette affaire, les enfants ont obtenu une indemnité destinée à couvrir le coût d’une psychothérapie future.


Exemples similaires

Réformes adoptées suite au traitement inhumain d’une fillette de quatre ans

Lorsqu’elle avait quatre ans, Tabitha Mitunga a été placée en détention pendant près de deux mois par les autorités belges, sans qu’aucun membre de sa famille, aucun proche, ni aucune autre personne ne soit désigné pour s’occuper d’elle. Elle a subi un préjudice psychologique et la Cour européenne a jugé que ses droits avaient été violés. Cette affaire a mis en lumière la nécessité d’améliorer...

Read more

Manquement à l’obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités contre un homme qui tentait d’aider la police.

Cvetan Trajkoski a tenté de signaler une situation dangereuse à la police. Il aurait alors été frappé par un groupe de fonctionnaires – visiblement parce qu’il avait garé sa voiture à un mauvais endroit. La Cour européenne a estimé que les autorités avaient manqué à leur obligation d’enquêter comme il convient sur l’agression alléguée. Cette affaire et d’autres ont conduit à des réformes pour...

Read more

Incrimination de la traite des êtres humains à la suite de l’esclavage domestique subi à Paris par une fille de 14 ans

Victime d’esclavage domestique depuis l’âge de 14 ans, Henriette Akofa Siliadin avait été contrainte pendant plus de quatre ans de travailler sans rémunération toute la journée sept jours sur sept. Les responsables de cette situation n’avaient pas été dûment jugés car la loi française n’incriminait pas les actes dont ils s’étaient rendus coupables. Cette affaire a été l’un des facteurs qui ont...

Read more

Justice après un manquement des autorités à leur obligation d’enquêter sur des allégations de brutalités policières

Alexandre Mihhailov a affirmé qu’il avait été cruellement frappé par des fonctionnaires de police à la fois dans un lieu public et après avoir repris conscience, dans un poste de police. La Cour européenne a jugé que les investigations qui ont suivi n’étaient pas indépendantes et qu’elles souffraient de graves lacunes comme le défaut de collecter des éléments de preuve. Des réformes ont été...

Read more

Renforcement de la protection des détenus après que la police a infligé des mauvais traitements à un prothésiste dentaire

Vladimir Kummer était prothésiste dentaire. Une nuit, il aurait été trouvé en train d’uriner dans la rue. Des fonctionnaires de police l’ont placé dans une cellule où il a été attaché par des menottes aux murs et où il aurait été battu. La Cour européenne a jugé que M. Kummer avait fait l’objet d’un traitement dégradant et qu’il n’y avait pas eu d’investigations effectives sur l’incident, ce...

Read more

Réformes pour empêcher les brutalités policières après l’agression violente d’un innocent

Artur Mrozowski rentrait de son travail en train quand la police est arrivée en réponse à des désordres causés par d’autres passagers. Il n’était pas en état d’ébriété, il est resté paisible et calme, mais un fonctionnaire de police l’a frappé au visage avec une matraque et lui a cassé trois dents. Les investigations ont laissé entendre que la police n’avait rien fait de mal, mais la Cour...

Read more

Manquement à l’obligation d’enquêter sur des violences policières alléguées

Après qu’une dispute eut éclaté dans un bar à Štip, toutes les personnes présentes furent emmenées en garde à vue. Selon ses dires, Pejrusan Jasar fut violemment frappé par un fonctionnaire de police dès qu’il se trouva dans une cellule du commissariat. Il déposa une plainte pénale, mais le procureur ne prit aucune mesure pour mener des investigations. La Cour européenne jugea que cela avait...

Read more

Mise en œuvre de réformes après que la police n’a pas dûment enquêté sur une agression à caractère raciste

Une nuit, dans le village de Gánovce-Filice, des villageois roms ont été frappés avec des battes de baseball et des barres de fer par d’autres habitants du cru. La Cour européenne a jugé que les autorités n’avaient pas mené une enquête appropriée, ni puni les responsables. L’affaire a été rouverte et la oi a été révisée afin d’aider les autorités à lutter contre les infractions à caractère...

Read more

Nouvelle règlementation pénitentiaire après qu’un homme a été soumis à des conditions d’emprisonnement inhumaines

Après avoir commis une infraction administrative, Arnis Kadiķis a été placé en détention avec quatre autres détenus dans une cellule mesurant seulement 6 m², dépourvue de fenêtre et de lit, sans qu’il puisse en sortir pendant quinze jours. La Cour européenne a estimé que ces conditions constituaient un traitement dégradant. À la suite de cette affaire, des réformes importantes ont été adoptées...

Read more

Réformes visant à faire cesser les violences policières contre les détenus suite à la torture d’un homme placé en garde à vue

Olsi Kaçiu a été torturé par la police et contraint à faire une déposition qui a été utilisée par la suite pour le condamner. La Cour européenne a conclu que la torture et le procès inéquitable de M. Kaçiu avaient violé ses droits fondamentaux. En conséquence de cette affaire, parmi d’autres, un ensemble de réformes ont été adoptées afin d’éviter que des mauvais traitements soient infligés à...

Read more

Renforcement des mesures de protection contre la violence suite à une affaire concernant neuf hommes frappés par la police

Neuf hommes originaires de la partie nord de Chypre se sont rendus dans la partie sud pour travailler. Ils ont été arrêtés par la police chypriote, frappés et expulsés du pays. La Cour européenne des droits de l’homme a conclu qu’ils avaient été soumis à des traitements inhumains. Cette décision s’est ajoutée à une affaire qui avait eu lieu plus tôt, et a mené à des réformes visant à protéger...

Read more

Réformes visant à corriger le défaut d’enquêter sur des allégations de mauvais traitements infligés par la police

Ágoston Kmetty était vendeur sur un marché ; il s’est plaint d’avoir été battu pendant trois heures par des policiers lorsqu’il était au poste. Toutefois, aucune charge n’a été retenue à leur encontre. La Cour européenne a constaté que le procureur n’avait pas enquêté convenablement sur l’incident, et avait même refusé d’interroger les policiers accusés d’avoir été impliqués dans l’affaire. Les...

Read more

Réparation accordée à la veuve d’une victime de mauvais traitements infligés par la police

Vidadi Sultanov s’était plaint d’un certain nombre de violations de ses droits fondamentaux, alléguant notamment avoir subi des mauvais traitements en garde à vue. Il est décédé avant l’issue de la procédure, mais celle-ci a été poursuivie par son épouse, Mme Sultanova. Le gouvernement azerbaïdjanais est parvenu à un règlement amiable avec la requérante, s’engageant à lui verser la somme de 10...

Read more