Retour

Le combat d’une mère pour être réunifiée à ses enfants conduit à mieux protéger la vie familiale

M.D. et autres c. Malte  | 2012

Le combat d’une mère pour être réunifiée à ses enfants conduit à mieux protéger la vie familiale

Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale …

Extrait de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme

Contexte

M.D. est la mère de deux enfants. Quand ses enfants avaient entre trois et cinq ans, leur père présumé, X., a été condamné parce qu’il les avait battus à plusieurs reprises. Il a été condamné à deux ans de prison et les enfants ont été placés en institution.

Les tribunaux maltais ont établi que M.D. n’avait pas signalé le comportement violent de X sans doute en raison des menaces de celui-ci et qu’elle s’était comportée avec brutalité, c’est pourquoi elle a également été condamnée à un an de prison.

Après le déclenchement de poursuites pénales, M.D. a entrepris de se corriger. Elle a mis fin à ses rapports avec X et elle a restauré ses relations avec ses enfants. Cependant, ceux-ci étaient toujours pris en charge par une institution. M.D. souhaitaient qu’ils reviennent.

Cependant, le Ministre compétent a rejeté sa demande. Elle souhaitait saisir la justice pour prouver que la situation avait changé. Cependant, en raison de sa condamnation, elle avait perdu pour toujours ses droits parentaux sur ses enfants. En droit maltais, il n’y avait pas de possibilité de saisir la justice et de prouver son bon droit.

Arrêt de la Cour européenne

La Cour européenne a jugé que le droit d’accès de M.D. à un tribunal avait été violé, parce qu’on lui déniait la possibilité de faire valoir que la situation avait changé et qu’elle pouvait récupérer ses enfants. En outre, son droit au respect de la vie familiale avait été violé, parce qu’elle avait perdu automatiquement et à jamais ses droits parentaux lors de sa condamnation – sans aucune possibilité de les recouvrer.

Suites

En juillet 2012, les enfants ont retrouvé leur mère. Des visites à domicile mensuelles de travailleurs sociaux n’ont pas fait ressortir de préoccupation au sujet de leur bien-être.

En 2014, la loi a été révisée. Les parents qui se trouvent dans la situation de M.D. peuvent désormais demander à la justice de réexaminer la décision de séparer des enfants de leur famille. Le Code pénal a aussi été modifié afin qu’une condamnation pour certaines infractions n’entraîne plus la déchéance automatique des droits parentaux.


Exemples similaires

Réformes adoptées suite au traitement inhumain d’une fillette de quatre ans

Lorsqu’elle avait quatre ans, Tabitha Mitunga a été placée en détention pendant près de deux mois par les autorités belges, sans qu’aucun membre de sa famille, aucun proche, ni aucune autre personne ne soit désigné pour s’occuper d’elle. Elle a subi un préjudice psychologique et la Cour européenne a jugé que ses droits avaient été violés. Cette affaire a mis en lumière la nécessité d’améliorer...

Read more

Réformes visant à protéger la vie familiale après qu’un père a été séparé de sa fille.

Quand la femme de Teuvo Hokkanen est morte, celui-ci a permis provisoirement à ses beaux-parents de prendre en charge Sini, sa fille. Les grands-parents ont alors refusé de la lui rendre et de le laisser la voir. Les tribunaux finnois ont ordonné des rencontres régulières entre le père et sa fille, mais les autorités n’ont pas exécuté cette ordonnance. La Cour européenne a estimé que cela avait...

Read more

Justice rendue à des milliers de personnes « radiées », privées de droits pendant vingt ans

En février 1992, 25 671 personnes vivant en Slovénie ont été automatiquement privées de leur droit de résider dans le pays. De nombreuses personnes, dont Ana Mezga, se sont vues retirer leurs papiers, ont été expulsées de leur domicile, ont été empêchées de travailler, ont perdu des biens personnels ou ont eu leur famille brisée. La loi a été modifiée et un système d’indemnisation a été mis en...

Read more

Adoption d’une réforme à la suite d’un retrait d’enfants de leur milieu familial motivé par l’indigence de leurs parents

Emílie Wallová et Jaroslav Walla s’était vu retirer leurs cinq enfants par les autorités au motif qu’ils ne disposaient pas de ressources suffisantes pour les élever convenablement. La Cour européenne a jugé qu’en pareilles circonstances, le retrait des enfants de leur milieu familial constituait une violation du droit des parents au respect de leur vie familiale. À la suite de cet arrêt, une...

Read more

Refus de l’adoption pleine et entière d’un enfant vulnérable parce que sa nouvelle mère était célibataire

Avec l’aide d’une agence internationale, Jeanne Wagner a adopté un enfant qui avait été placé dans un orphelinat au Pérou. Cependant, lors de leur retour en Europe, les tribunaux luxembourgeois ont refusé de reconnaître l’adoption pleine et entière parce que Jeanne n’était pas mariée. La Cour européenne a estimé que celait était inéquitable et que cela violait le droit au respect de la vie...

Read more

Justice pour une veuve âgée, contrainte de changer de nom par les autorités

Tiborné Daróczy avait 71 ans quand les autorités l’ont contrainte à changer de nom, bien qu’elle ait utilisé le sien depuis 50 ans. Elle considérait que son nom constituait un lien étroit avec son défunt mari. Elle ne voulait pas être contrainte d’en changer. La Cour européenne a tranché en sa faveur et les autorités hongroises ont alors autorisé Mme Daróczy à conserver son vieux nom.

Read more

Renforcement des droits de garde des pères d’enfants nés hors mariage

Horst Zaunegger avait eu une fille née hors mariage avant de se séparer de la mère de l’enfant. Comme il n’avait pas été marié avec celle-ci, le droit allemand ne lui offrait que peu de chances d’obtenir la garde conjointe de son enfant. Après le prononcé de l’arrêt de la Cour européenne qui avait donné gain de cause au requérant, la législation allemande a été modifiée de façon à accorder...

Read more

Droits de garde équitables pour les pères d’enfants nés hors mariage

Le droit autrichien prévoyait que les enfants naturels devaient automatiquement être confiés à la garde de leur mère, sauf en de rares exceptions, tandis que la garde des enfants légitimes devait être attribuée en fonction de l’intérêt supérieur de ces derniers. Devant la Cour européenne, M. Sporer a fait valoir avec succès que cette situation était inéquitable, ce qui a conduit l’Autriche à...

Read more

Justice pour une mère privée de la garde de son enfant

Verica Šobota-Gajić avait obtenu la garde de ses enfants après s’être séparée de son mari. Toutefois, celui-ci avait enlevé son fils. En raison de l’inaction des autorités, l’enfant n’a été restitué que six ans plus tard à Mme Šobota-Gajić. Cette affaire a conduit à l’adoption de réformes visant à garantir que la garde des enfants soit bien confiée aux personnes qui en sont titulaires.

Read more

Réformes adoptées après qu’une enfant a été dans l’impossibilité d’être légalement reconnue comme étant la fille de son père

Nessa Williams-Johnston ne pouvait pas être juridiquement reconnue comme étant la fille de son père, parce que son père s’était marié auparavant avec une autre personne que sa mère. Après que la Cour européenne s’est prononcée en faveur de la famille, une nouvelle législation est entrée en vigueur pour donner aux enfants se trouvant dans la même situation que Nessa un statut juridique approprié.

Read more

Réformes visant à protéger les droits des enfants après qu’une enfant a été empêchée de connaître l’identité de son père pendant cinq ans

Une enfant était née hors mariage. La mère a demandé aux tribunaux d’établir qui était le père. En raison de retards dans les procédures juridiques et du refus du père de se soumettre à des tests ADN, les procédures ont duré plus de cinq ans. La Cour européenne a estimé que les droits de l’enfant n’avaient pas été convenablement protégés. La législation a été modifiée afin de contribuer à...

Read more