Retour

La Commission pour l'égalité de genre a adopté un projet de recommandation sur la protection des droits des femmes et des filles migrantes, réfugiées et demandeuses d'asile et accueille un panel de haut niveau sur la violence à l'égard des femmes.

Strasbourg 26/11/2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La Commission pour l'égalité de genre a adopté un projet de recommandation sur la protection des droits des femmes et des filles migrantes, réfugiées et demandeuses d'asile et accueille un panel de haut niveau sur la violence à l'égard des femmes.

La Commission pour l'égalité de genre (GEC) a tenu sa 20ème réunion du 23 au 25 novembre 2021, en ligne et à Strasbourg les 23-25.11.2021. Après deux ans de préparations et de négociations au sein du Comité de rédaction sur les femmes migrantes (GEC-MIG), la GEC a approuvé le projet de recommandation sur la protection des droits des femmes et des filles migrantes, réfugiées et demandeuses d'asile. Ce texte, qui vise à promouvoir l'intégration d'une perspective d'égalité entre les femmes et les hommes dans les politiques de migration, d'intégration et d'asile, afin de mieux répondre aux besoins et aux défis auxquels sont confrontées toutes les femmes et filles migrantes, sera transmis au Comité des Ministres début 2022 pour discussion et adoption finale.

À l'occasion de la célébration de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes (25 novembre 2021) et sous l'égide de la présidence italienne du Conseil de l'Europe, la GEC a accueilli un panel de haut niveau réunissant la Secrétaire générale du Conseil de l'Europe, Marija Pejčinović Burić, la ministre italienne de l’égalite des chances et de la famille, Elena Bonetti, et Iris Luarasi , Présidente du Groupe d’expert-es sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO). La Secrétaire générale a souligné l'importance de la Convention d'Istanbul en tant que norme d'or qui aide les Etats membres à mettre en œuvre une approche holistique pour combattre la violence à l'égard des femmes. La ministre italienne a souligné la nécessité de maintenir une attention constante sur le sujet et a expliqué comment la Convention d'Istanbul a été mise en œuvre en Italie, notamment par l'adoption d'un plan d'action complet. La Présidente du GREVIO a fait part de certaines des réalisations de la Convention d'Istanbul au cours des dix dernières années, notamment le fait que des formes supplémentaires de violence à l'égard des femmes ont été criminalisées dans différents États parties, la mise en place de lignes d'assistance dans de nombreux pays et l'augmentation des condamnations des auteurs.

La Secrétaire générale du Conseil de l'Europe a également souligné les différents autres moyens d’action du Conseil de l'Europe dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes, notamment grâce au travail important de la Commission pour l'égalité de genre, qui a élaboré des normes telles que la Recommandation CM/Rec(2019)1 sur la prévention et la lutte contre le sexisme et le projet de recommandation sur la protection des droits des femmes et des filles migrantes, réfugiées et demandeuses d'asile, et grâce aux Rapporteur-es pour l'égalité de genre qui travaillent comme " ambassadeurs " et "ambassadrices" de l'égalité entre les femmes et les hommes dans tous les comités directeurs de l'Organisation. La Secrétaire générale a également mentionné des outils concrets tels que des cours de formation pour les professionnel-les du droit sur la violence contre les femmes et l'accès à la justice par exemple (cours HELP). La ministre Bonetti a souligné que la lutte contre la violence à l'égard des femmes devait être considérée comme une priorité partagée, l'éducation à la lutte contre le sexisme et les stéréotypes de genre pour les garçons et les filles étant un levier à utiliser pour promouvoir un changement culturel dès le plus jeune âge. Enfin, Mme Luarasi, Présidente du GREVIO, a mentionné le dernier outil adopté par le GREVIO le 24 novembre, la Recommandation générale n° 1 sur la dimension numérique de la violence à l'égard des femmes, afin d'examiner de plus près les différentes formes de violence à l'égard des femmes lorsqu'elles ont lieu en ligne.

La Commission pour l'égalité de genre a procédé à l'élection de son Bureau et a réélu Andreia Lourenço Marques (Portugal) à la présidence et Kateryna Levchenko (Ukraine) à la vice-présidence. Andri Savva (Chypre) a été élue pour la première fois au poste de vice-présidente.