Culture, patrimoine et diversité

 

Responsabilisation au service des résultats axée sur la collectivité pour les cités interculturelles – trois villes, trois expériences, de nombreuses similitudes

 

Le programme des cités interculturelles a encouragé des villes à explorer la possibilité d’introduire l’approche de la responsabilisation au service des résultats axée sur la collectivité, dans le contexte de la définition de politiques et actions interculturelles. Trois villes, à savoir Oslo, Tilburg et Lisbonne, ont invité des experts du Centre for the Study of Social Policy (centre d’étude des politiques sociales, sis à Washington) et d’Ordina (Pays-Bas) à leur rendre visite et à les aider à concevoir dans leurs quartiers des processus plus ciblés et participatifs. Les principes conducteurs de ces approches sont les suivants : définir les résultats précis visés, utiliser des faits et des chiffres, impliquer les citoyens et responsabiliser les institutions. Les trois villes mettent en œuvre leur approche respective de façon plus ou moins réussie, mais toutes sont très désireuses de s’enrichir des expériences d’autres pays et villes.

  

L'approche


La responsabilisation au service des résultats axée sur la collectivité sous-tend un partenariat communautaire en vue d’obtenir de meilleurs résultats, c’est-à-dire de meilleures conditions de bien-être pour les enfants, adultes, familles ou communautés. L’approche comprend six étapes pour établir un plan communautaire. Chaque étape s’appuie sur la suivante, mais il n’est pas nécessaire de commencer par la première étape. Dans certains cas, nous constatons que certains volets du plan sont déjà achevés et, bien entendu, nous nous appuyons sur ces résultats dans la pratique. Voici un résumé succinct des six étapes :

 

Etape 1

Identifier la structure et les partenariats S’assurer d’avoir les bonnes personnes autour de la table. Les citoyens doivent être impliqués et motivés.

 

Etape 2

Procéder à l’évaluation communautaire Collecter et analyser les données. S’assurer que les partenaires comprennent les données et se les approprient.

 

Etape 3

Sélectionner les résultats et les indicateurs Définir les résultats – quels objectifs souhaitons-nous atteindre dans le futur pour nos enfants, adultes, familles ou communautés ? Choisir les indicateurs – les données qui nous indiquent la situation actuelle (données de référence) et les résultats que nous souhaitons atteindre.

 

Etape 4

Choisir les stratégies Créer un plan complet intégrant les programmes actuels, envisageables et futurs. Impliquer les partenaires en les interrogeant sur ce qui marchera et sélectionner les stratégies qui contribueront à atteindre les résultats définis.

 

Etape 5

Elaborer les stratégies de financement Créer un plan susceptible d’être financé, dans les contextes présent et futur, en tenant compte des possibilités de financement actuelles et futures.

 

Etape 6

Responsabiliser Contrôler les accords et les éléments spécifiques du plan de la collectivité, et mobiliser, éduquer et informer régulièrement la communauté sur les progrès accomplis pour améliorer les résultats. Durant notre voyage, nous avons informé les participants de cette approche et des expériences dans différents villes, pays et continents.

 

Les expériences dans les trois villes


Bien entendu, nombre des étapes de l’approche étaient familières aux trois villes. La principale conclusion est que toutes les personnes que nous avons rencontrées sont très impliquées, enthousiastes et studieuses, et souhaitent mettre en œuvre l’étape suivante pour obtenir de meilleurs résultats pour la communauté. Elles souhaitent s’instruire à partir de la situation et des expériences des autres villes et, chose très remarquable, pensent toutes que la situation et les possibilités dans les autres villes sont meilleures (car elles pensent que ces villes sont mieux organisées, ont une autre culture et ont une plus grande expertise).

 

Résumé succinct de nos constatations

 

Les réussites

 

Les villes ont, d’une façon ou d’une autre, caractérisé leurs résultats par l’expression "notre ville est tolérante", "la ville est à tout le monde" ou "tout le monde doit participer". Elles disposent de nombreuses informations (données, enquêtes et entretiens). D’autre part, elles élaborent des plans ; elles définissent les activités à mettre en œuvre.

 

Les défis

La relation entre les résultats, les données et les plans n’est pas toujours visible. Les résultats sont définis, mais il n’existe pas de consensus sur les indicateurs destinés à les mesurer. Les plans sont élaborés, mais la contribution des différentes activités aux résultats définis n’est pas toujours évidente. Différentes organisations disposent de plans différents pour un même quartier donné. Et dans toutes les trois villes, la mobilisation des habitants s’est avérée difficile.

 

Enfin, au cours de notre voyage, nous avons constaté que certains volets de l’ensemble que constitue l’approche de la responsabilisation au service des résultats axée sur la collectivité existent déjà. La prochaine étape consistera à définir les volets manquants et à réunir l’ensemble des volets : un travail très intéressant mais ardu, qui offre de nombreuses possibilités pour les autres villes du programme des cités interculturelles.

 

 

Willie van Eijs