Culture, patrimoine et diversité

 

Musées européens et Interculture – répondre aux défis dans un monde globalisé

 

Dans son étude intitulée "European Museums and Interculture – Responding to Challenges in a Globalized World" (Musées européens et Interculture – répondre aux défis dans un monde globalisé), Chris Torch, membre du conseil d'administration du Forum européen du musée et principal membre associé d'Intercult, Stockholm, nous guide à travers les transformations, les défis et l'avenir souhaitable des musées européens en adoptant une perspective interculturelle.

 

Les musées et les sites du patrimoine sont des exemples d'espaces partagés. Partant de ce concept central, Torch souligne que cette conception suppose non seulement d'observer l'"Autre" mais aussi d'interagir avec lui. C'est dans ce cadre que s'inscrit l'approche interculturelle. Pour évoluer, il nous faut utiliser ces espaces partagés comme des lieux de dialogue. Pourtant, il ne semble pas que, par le passé, les musées aient réellement rempli cette fonction.

 

Au fil de l'histoire, les musées européens sont passés d'un stade où leur mission consistait à glorifier la construction de la nation et à définir les caractéristiques de son peuple à un stade où il s'agissait d'affirmer la supériorité du peuple en question en mettant l'accent, au contraire, sur les cultures "exotiques", sur les "Autres". Ensuite, les musées sont entrés dans une époque marquée par le "syndrome de la mauvaise conscience" post colonial. Toutefois, Torch soutient qu'au cours des deux dernières décennies, les musées ont trouvé un nouveau rôle, remplaçant l'archivage multiculturel par l'échange et la communication interculturels. Cependant, il ne faut pas s'arrêter là et Torch préconise notamment ce qui suit :

 

Un changement d'orientation s'impose ; il ne faut pas se demander seulement ce que l'on peut apprendre sur les autres cultures mais aussi ce que l'on peut apprendre de ces autres cultures. Cette réorientation qui débouche sur une réflexion allant au delà de la simple observation nous aiderait à éviter les perspectives "nationalistes" favorisant le discours populiste et la domination culturelle. La population européenne devenant de plus en plus diverse, il convient d'œuvrer avec des communautés cibles pour élaborer des récits hybrides, car l'histoire de l'"Autre" ne doit pas être un monologue conçu par la culture dominante. Torch appelle à l'organisation d'expositions qui évoluent elles mêmes avec la collaboration des visiteurs, à une sorte de Wikimusée en somme.

 

Selon Torch, la voie à suivre passe par la coproduction, la transformation des musées en lieux de rencontre en évitant que l'archivage et la numérisation des collections se fassent au dépens de l'occupation physique de l'espace partagé. Il se prononce, en outre, en faveur de musées interdisciplinaires plutôt que monodisciplinaires pour faire pièce à l'exclusivité et à la fragmentation du savoir. Il préconise, en particulier, de laisser les visiteurs participer à la création d'une exposition. C'est par le dialogue, en effet, que l'on peut imaginer de nouveaux récits interculturels.

 

par David Ek

 

Photo © Slavery Museum Liverpool