Le dépistage des drogues en milieu scolaire et en milieu professionnel

En mars 2008, la plateforme a adopté un Avis sur le dépistage des drogues à l'école, au travail et à l'embauche, finalisant ainsi une réflexion entamée en 2004.

En septembre 2008, elle a publié l’intégralité des rapports réalisés dans le cadre de ce travail notamment une situation dans les écoles européennes et une étude comparative des législations nationales européennes dans ce domaine.

Voir l'Avis
Le dépistage en milieu scolaire

Dans leur réflexion, les experts se sont appliqués à évaluer le rapport entre dépistage et lutte contre la drogue ainsi que l’existence éventuelle d’une fonction préventive du dépistage. En l’absence de preuve d’une telle fonction, ils soulignent que le dépistage ne préserve pas un jeune d’entrer un jour dans une situation d’abus de substances psychoactives et s’inquiètent du risque de stigmatisation et d’exclusion. Ils rappellent que l’enseignant est chargé d’une mission pédagogique, censée apporter connaissances et aide dans le processus de maturation de l’enfant et qu’il n’est pas censé exercer une fonction policière. Ils concluent que le principe de précaution ne peut pas justifier ce qu’ils estiment être une atteinte à l’intégrité des élèves.
Le dépistage en milieu professionnel

La plateforme estime que le dépistage peut s’apparenter à une intrusion dans la vie privée du travailleur, même si la dangerosité pour le travailleur lui-même ou pour son entourage professionnel d’être sous l’emprise d’une substance psychoactive pourrait éventuellement justifier un tel dépistage. Elle préconise, à cet égard, que les Etats se dotent de règles communes pour définir les métiers à risque. Elle considère que le principe de précaution justifie toujours un renvoi à la médecine du travail en cas de doute sur l’aptitude d’un employé et insiste sur la confidentialité afin de préserver le respect de sa vie privée. Elle encourage ainsi les Etats à se pourvoir d’une législation sur une médecine du travail indépendante et liée par le secret professionnel.
Le dépistage à l'embauche

La plateforme estime qu’il représente une atteinte d’autant plus grave aux droits fondamentaux que toutes les conventions internationales reconnaissent en principe le droit pour chacun au travail et l’interdiction de la discrimination à l’embauche. Elle souligne le risque de stigmatisation et rappelle que l’absence d’emploi peut devenir un élément déclencheur d’une consommation problématique.