Retour

La situation des membres de l’opposition politique en Turquie s’aggrave, selon l’APCE

Session de l'Assemblée parlementaire Strasbourg 24 janvier 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La situation des membres de l’opposition politique en Turquie s’aggrave, selon l’APCE

A l’issue d’un débat d’urgence qui s’est tenu en session plénière à Strasbourg, l’APCE a noté « l’aggravation de la situation des membres de l’opposition politique en Turquie », et a appelé les autorités turques à respecter pleinement leurs droits et leurs libertés d’expression, d’association et de réunion.

Suivant les conclusions des corapporteurs sur la question, Marianne Mikko (Estonie, SOC) et Nigel Evans (Royaume-Uni, CE), l’Assemblée a recommandé notamment de garantir l’immunité parlementaire, et a demandé aux autorités turques de « libérer les députés et anciens députés dont l'immunité a été supprimée en 2016 en violation des normes du Conseil de l'Europe ».

Dans ce contexte, dans l’affaire Demirtas c. Turquie, l’Assemblée a appelé la Turquie à mettre pleinement en œuvre l’arrêt de Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme.

Dans la résolution adoptée aujourd’hui, l’Assemblée a par ailleurs rappelé les préoccupations exprimées dans ses résolutions précédentes quant aux restrictions en matière de liberté d’expression et des médias, du placement en détention et de l’incarcération de parlementaires, d’anciens parlementaires et d’élus locaux de l’opposition qui ont « gêné ou compromis l’exercice par les membres des partis d’opposition de leurs droits et de leurs missions démocratiques, tant au niveau parlementaire que sur le plan extraparlementaire ».


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter