Retour

Nouveaux rapports de la commission anti-discrimination du Conseil de l’Europe sur la Croatie, le Liechtenstein et Malte

Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) Strasbourg 15 mai 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Shutterstock.com

Shutterstock.com

La commission anti-discrimination du Conseil de l’Europe, la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), a publié aujourd’hui de nouveaux rapports sur la Croatie, le Liechtenstein et Malte en se félicitant des avancées réalisées dans un certain nombre de domaines, tout en s’inquiétant des problèmes persistants.

En Croatie, l’ECRI a salué l’adoption d’une nouvelle loi sur le partenariat enregistré de couples de même sexe, la législation garantissant l’accès au logement des rapatriés, ainsi que les progrès réalisés dans la scolarisation gratuite des enfants migrants. Elle constate toutefois une escalade des propos racistes et du discours de haine à l’encontre des Serbes, des personnes LGBT et des Roms et juge inadaptée la réaction des autorités croates face à la montée de l’intolérance et du nationalisme. L’ECRI recommande d’agir en priorité en mettant en place une éducation obligatoire aux droits de l’homme qui privilégie l’égalité et la non-discrimination, ainsi qu’en mettant plus efficacement en œuvre la Stratégie nationale d’intégration des Roms.

À Malte, l’ECRI a accueilli avec une grande satisfaction les avancées destinées à garantir l’égalité des personnes LGBT grâce à la légalisation du mariage des couples de même sexe en 2017. Elle reste néanmoins préoccupée par l’abondance des contenus insultants en ligne et l’opinion négative de la population à l’égard des migrants. Les réfugiés continuent à constituer le groupe le plus vulnérable à Malte, où ils perçoivent de faibles salaires et sont exploités en exerçant un emploi non déclaré. L’ECRI appelle les autorités maltaises à adopter une stratégie d’intégration de l’ensemble des migrants et à supprimer les conditions excessivement rigoureuses auxquelles est soumise l’obtention du statut de résident de longue durée, ainsi qu’à mettre en place un mécanisme de collecte des données relatives aux infractions inspirées par la haine.

Quant au Liechtenstein, l’ECRI observe que l’environnement médiatique et politique est généralement exempt de discours de haine. Les autorités ont pris des initiatives pour permettre aux enfants migrants de mieux connaître la langue allemande, tandis que l’attitude à l’égard des personnes LGBT a connu une amélioration. L’ECRI recommande l’adoption d’une nouvelle stratégie d’intégration qui privilégie l’éducation, lutte plus efficacement contre le discours de haine et supprime toute pratique discriminatoire à l’égard des communautés religieuses.

Par ailleurs, l’ECRI a publié aujourd’hui ses conclusions sur la mise en œuvre au cours de ces deux dernières années des recommandations prioritaires adressées au titre de l’Albanie, l’Autriche, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie et la Pologne.

Lire l'intégralité du communiqué de presse - Le Liechtenstein devrait élaborer une nouvelle stratégie d’intégration et aider les enfants migrants à améliorer leurs compétences en allemand et à intégrer des établissements d’enseignement secondaire supérieur, d’après la Commission antiracisme du Conseil de l’Europe

Lire l'intégralité du communiqué de presse - Croatie : le discours de haine à caractère raciste contre les Serbes, les personnes LGBT et les Roms gagne du terrain, estime la commission antiracisme du Conseil de l'Europe

Lire l'intégralité du communiqué de presse - Pour l’organe de lutte contre le racisme du Conseil de l'Europe, Malte devrait adopter une stratégie d’intégration de tous les immigrés


Agenda Agenda
Strasbourg (Palais de l’Europe, Salle 1) 24 octobre

Consultation Education 2030 Europe et Amérique du Nord

Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter