Retour

Journée des droits de l’homme, 10 décembre 2019

Déclaration de David Zalkaliani, Président du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe et ministre des Affaires étrangères de Géorgie
Présidence du Comité des Ministres Strasbourg 10 décembre 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
David Zalkaliani

David Zalkaliani

Le 10 décembre 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ce document novateur a établi un niveau élevé de protection universelle des droits de l’homme fondamentaux et indivisibles ; il est ainsi devenu un acquis commun de tous les pays.

Deux ans plus tard, en 1950, la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) a été élaborée par le Conseil de l’Europe tout juste créé, une organisation qui vise à la protection inconditionnelle des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Sur le fondement des principes énoncés par la Déclaration universelle des droits de l’homme, la CEDH a établi non seulement un système de règles sans équivalent, mais également un instrument conventionnel efficace, la Cour européenne des droits de l’homme, à laquelle des centaines de millions de personnes en Europe ont accès pour sauvegarder leurs droits de l’homme.

En ma qualité de Président du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, je rends tout particulièrement hommage à la Journée des droits de l’homme et à tous ceux qui, tout au long de l’histoire, ont contribué aux acquis auxquels nous attachons un grand prix aujourd’hui. Permettez-moi notamment de souligner qu’au travers des priorités de la présidence géorgienne nous nous appliquons à aborder les questions relatives aux droits de l’homme, en privilégiant les progrès réalisés et les défis qui restent à relever.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter