Retour

Le président du GRECO : « Les risques de corruption liés au Covid-19 restent élevés, les gouvernements doivent réagir rapidement mais licitement à la pandémie »

Conseil de l'Europe Strasbourg 09 décembre 2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Le président du GRECO : « Les risques de corruption liés au Covid-19 restent élevés, les gouvernements doivent réagir rapidement mais licitement à la pandémie »

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption, commémorée chaque année le 9 décembre, le président du Groupe d’États contre la corruption du Conseil de l’Europe (GRECO), Marin Mrčela, a publié la déclaration suivante :

« Alors que les gouvernements font face à des vagues successives de la pandémie de Covid-19 et doivent réagir rapidement, ils ont fréquemment recours à des mesures extraordinaires. Malgré cette situation exceptionnelle, il est crucial que les gouvernements agissent dans le plein respect de la loi et fondent toutes leurs actions sur les principes de transparence, de supervision et de responsabilisation. Les risques de corruption liés à la pandémie restent élevés, notamment dans le secteur de la santé et dans l’action des gouvernements pour faire face à son impact économique. L’accès du public à l’information reste crucial, tout comme des systèmes efficaces de protection des lanceurs d’alerte.

Lorsqu’il s’agit de lutter contre la corruption dans les secteurs public ou privé, les lignes directrices visant à prévenir les risques de corruption liés à la pandémie publiées dans les premiers mois de la crise sanitaire restent aussi pertinentes qu’à l’époque. Les domaines particulièrement sensibles sont l’attribution des marchés publics, les conflits d’intérêts et le lobbying. D’ici la fin de l’année 2021, le GRECO aura adopté des rapports d’évaluation de 23 de ses 50 États membres concernant la prévention de la corruption au sein des gouvernements centraux - y compris les hautes fonctions de l’exécutif - et des services répressifs. Il est essentiel que les gouvernements mettent pleinement en œuvre les recommandations du GRECO pour prévenir et lutter contre la corruption. Leur objectif principal devrait être de mettre en place un cadre juridique et institutionnel qui réduise le risque d’actes de corruption avant qu’ils ne se développent et de l’associer à des procédures pénales rapides et équitables prévoyant des sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives.

Tout au long de leur travail de prévention et de lutte contre la corruption, les États membres devraient accorder une attention particulière à la sensibilisation aux risques et au coût de la corruption, ainsi qu’à l’éducation des jeunes et des enfants aux principes fondamentaux d’intégrité et de responsabilité dans la vie publique. »


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter