Retour

Géorgie : le Comité anti-torture félicite les autorités pour leur lutte contre les mauvais traitements et les exhorte à résoudre le problème de la hiérarchie informelle entre détenus et de l’absence d’activités hors cellules, ainsi qu’à améliorer les soins de santé mentale

Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) Strasbourg 10 mai 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Géorgie : le Comité anti-torture félicite les autorités pour leur lutte contre les mauvais traitements et les exhorte à résoudre le problème de la hiérarchie informelle entre détenus et de l’absence d’activités hors cellules, ainsi qu’à améliorer les soins de santé mentale

Dans son rapport sur la Géorgie publié aujourd’hui, le Comité anti-torture du Conseil de l’Europe se félicite de l’absence d’allégations de mauvais traitements dans les établissements visités et se réjouit des efforts déployés pour lutter contre la surpopulation carcérale et améliorer l’accès aux soins de santé et les conditions de vie. Cependant, le Comité exhorte les autorités à remédier immédiatement au problème de la violence entre détenus, au manque flagrant d’activités en dehors des cellules, à l’utilisation de « pièces de désescalade » à titre de punition et aux graves lacunes concernant les soins de santé mentale.

Le rapport a été établi à l’issue de la dernière visite en date du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) du Conseil de l'Europe en Géorgie, qui a eu lieu du 10 au 21 septembre 2018. La délégation a observé le traitement des personnes placées en garde à vue et la situation des détenus dans les établissements pénitentiaires, en particulier dans les prisons de haute sécurité ou les prisons semi-ouvertes, ainsi que des détenus mineurs. En outre, elle a effectué des visites dans plusieurs hôpitaux psychiatriques et, pour la première fois en Géorgie, dans un centre de rétention pour étrangers.

La délégation du CPT n’a guère recueilli d’allégations crédibles de mauvais traitements physiques délibérés dans les établissements visités. La surpopulation n’était en outre plus un problème majeur. Les conditions matérielles étaient variables, mais dans l’ensemble acceptables.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter