Retour

L’Azerbaïdjan a un 'problème' de prisonniers politiques, déclare l’APCE, en demandant l’examen des cas signalés et une réforme

Session de l'Assemblée parlementaire Strasbourg 30 janvier 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
L’Azerbaïdjan a un 'problème' de prisonniers politiques, déclare l’APCE, en demandant l’examen des cas signalés et une réforme

« Il ne fait plus aucun doute que l’Azerbaïdjan est confronté à un problème de prisonniers politiques et que ce problème découle de causes structurelles et systémiques », a déclaré l’APCE, en appelant instamment les autorités à veiller à ce que les cas présumés soient examinés par un organe impartial, et à mener des « réformes fondamentales » pour satisfaire à ses obligations nées de la Convention européenne des droits de l'homme.

En approuvant une résolution, sur la base d’un rapport de Thorhildur Sunna Aevarsottir (Islande, SOC), l’Assemblée a déclaré – en se fondant sur les constatations factuelles de la Cour européenne des droits de l’homme – qu’un certain nombre de personnes avaient la qualité de « prisonniers politiques » au sens de la définition retenue par l’Assemblée en 2012. La Cour a également constaté une « troublante tendance marquée » à un détournement du système de justice pénale motivée par des considérations politiques.

L'Assemblée a appelé instamment le gouvernement à soumettre les cas des prisonniers politiques présumés à l’examen d’un « organe indépendant et impartial », et à libérer ceux qui se révéleraient être des prisonniers politiques conformément à sa définition de 2012.


Agenda Agenda
28 février 2020 Bruxelles (Bureau du Conseil de l’Europe, 85 avenue des Nerviens)

Un séminaire du Conseil de l’Europe marque la Journée mondiale des ONG

Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter