Retour

« Remettre en question la Convention d’Istanbul, un grave recul pour les droits des femmes » : Jelena Drenjanin

Congrès Strasbourg 31 juillet 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
« Remettre en question la Convention d’Istanbul, un grave recul pour les droits des femmes » : Jelena Drenjanin

« La Convention d’Istanbul est le premier instrument juridiquement contraignant au niveau européen, offrant un cadre juridique complet pour la prévention de la violence, la protection des victimes et la fin de l’impunité des auteurs de violences, » a rappelé Jelena Drenjanin, porte-parole du Congrès sur l’égalité des genres, dans une déclaration, le 30 juillet 2020.

« Aujourd’hui, face aux tendances régressives qui s’expriment dans plusieurs pays, et notamment en Pologne, nous réaffirmons avec force que la Convention d’Istanbul constitue un socle juridique essentiel pour la protection des femmes contre les violences. Remettre en question ce traité majeur, ou freiner sa ratification constituent une alerte préoccupante et un grave recul pour les droits des femmes.

Dès les premières étapes qui ont permis l’adoption de ce traité en 2011, le Congrès s’est mobilisé pour encourager les gouvernements à élaborer cet instrument juridique. Nous avons constamment appelé les autorités nationales, locales et régionales à mettre en place des dispositifs de sensibilisation, de prévention et de protection pour faire cesser ce fléau. En tant qu’élus locaux et régionaux, nous devons rester à l’avant-garde de la lutte contre la violence domestique. Elle nous concerne tous. Ce n’est pas une affaire privée, mais publique. C’est pourquoi, nous appelons les autorités des 47 Etats membres à tout mettre en œuvre pour garantir les droits des femmes dans le cadre de la Convention d’Istanbul. »

Au cours de la période 2006-2008, le Congrès a activement participé à la campagne "Stop à la violence domestique contre les femmes", avec des campagnes d'affichage dans les rues et les métros sous le slogan "les villes et les régions prennent position" et une exposition photo intitulée "Briser le silence sur la violence domestique", dans de nombreuses villes européennes. En 2009, le Congrès a adopté la Résolution 279 et la Recommandation 260 sur la lutte contre la violence domestique à l'égard des femmes et a appelé à l'élaboration de stratégies et de mesures au niveau local pour prévenir et combattre la violence contre les femmes.

La commission des questions d’actualité du Congrès a adopté récemment un rapport sur la lutte contre la violence sexiste à l’égard des femmes en politique au niveau local et régional. Il sera examiné, pour adoption, lors de la 39e session du Congrès qui se tiendra fin octobre 2020.

Ouverte à la signature le 11 mai 2011, la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, dite Convention d’Istanbul, est entrée en vigueur le 1er août 2014. Elle a été signée par tous les Etats membres du Conseil de l’Europe, excepté l’Azerbaïdjan et la Fédération de Russie, et a été ratifiée par 34 Etats membres.


 Site du Congrès


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter