La Convention culturelle européenne de 1954 souligne la nécessité d’étudier l’histoire de chacun des Etats membres pour améliorer la compréhension mutuelle. L’histoire de l’Holocauste est un héritage européen, a des racines communes aux différentes nations d’Europe. Il existe une responsabilité européenne qu’il convient d’assumer ensemble par la transmission de cette mémoire. La portée de cet événement sans précédent est universelle.

La Recommandation Rec CM (2001)15 sur « l’enseignement de l’histoire de l’Europe au 21ème siècle », adoptée par le Comité des Ministres le 31 octobre 2001, lors de la 771ème réunion des Délégués des Ministres définit  les actions du Conseil de l’Europe dans le domaine de l'enseignement de la mémoire de l'Holocauste.

Enseignement et mémoire

Il conviendrait, tout en mettant en évidence les résultats positifs qui ont marqué le XXe siècle, tels que l’utilisation pacifique des sciences en vue d’un meilleur art de vivre et le développement de la démocratie et des droits de l’homme, de prendre toutes les mesures éducatives permettant de prévenir la répétition ou la négation des événements dévastateurs ayant marqué ce siècle, à savoir l’Holocauste, les génocides et autres crimes contre l’humanité, les épurations ethniques, les violations massives des droits de l’homme et des valeurs fondamentales auxquelles le Conseil de l’Europe est particulièrement attaché. Pour ce faire, il conviendrait  :
– d’aider les élèves à prendre connaissance et conscience des faits – et de leurs causes – qui ont marqué de la façon la plus sombre l’histoire de l’Europe en particulier et du monde en général ;
– de réfléchir sur les idéologies qui y ont conduit et sur les moyens permettant d’éviter la répétition de tels faits ;
– d’orienter, de développer et de coordonner les programmes de formation continue du personnel éducatif dans les Etats membres du Conseil de la coopération culturelle dans ce domaine ;
– de faciliter l’accès, notamment en utilisant les ressources des nouvelles technologies, à la documentation déjà disponible sur ce thème et de développer un réseau de centres de ressources pédagogiques dans ce domaine ;
– d’assurer la mise en œuvre, le suivi et le monitoring de la décision des ministres de l’Education (Cracovie, 2000) de consacrer, dans les écoles, une journée à la mémoire de l’Holocauste et à la prévention des crimes contre l’humanité, choisie selon l’histoire de chaque Etat membre ;
– d’enrichir la contribution spécifique du Conseil de l’Europe dans le domaine de l’enseignement au sein de la Task Force pour la coopération internationale sur l’enseignement de l’Holocauste, la mémoire et la recherche.

A l'ocassion d'une réunion à Strasbourg le 18 octobre 2002, les Ministres européens de l’Education ont décidé d’établir, dans les écoles des 48 pays signataires de la Convention culturelle européenne, une "Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité".

Déclaration des Ministres européens de l'Education (18 octobre 2002)

Dernière publication Dernière publication