Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI)


Communiqué de presse – 29.04.2008

La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance publie des rapports sur la Bulgarie, la Hongrie et la Norvège

Strasbourg, 24.02.2009 – Mme Eva Smith Asmussen, Présidente de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), a annoncé aujourd’hui la publication des trois premiers rapports d’une nouvelle série de rapports de monitoring pays-par-pays examinant la situation en matière de racisme et d’intolérance en Europe. Les rapports sur la Bulgarie, la Hongrie et la Norvège sont les premiers du 4ème cycle de monitoring pays-par-pays, qui examine la mise en œuvre des précédentes recommandations, et évalue les politiques et les nouveaux développements intervenus depuis le dernier rapport.

L’ECRI souligne que des développements positifs ont eu lieu dans les trois Etats membres concernés. Toutefois, les rapports détaillent les questions qui restent préoccupantes aux yeux de l’ECRI :

En Bulgarie, le cadre juridique et institutionnel de la lutte contre le racisme et la discrimination a été renforcé et des initiatives ont été prises pour améliorer la situation des Roms et des réfugiés. Cependant, certaines dispositions juridiques antiracistes ou anti-discriminatoires sont peu appliquées, la situation des Roms et des demandeurs d’asile demeure préoccupante, la sensibilisation de la société aux problèmes du racisme reste à faire, et la réponse du système judiciaire aux publications racistes et aux allégations de comportements policiers racistes ou discriminatoires doit être améliorée.

En Hongrie, l’Autorité pour l’égalité de traitement, opérationnelle depuis 2005, peut allouer une réparation aux victimes de discrimination et imposer des amendes aux auteurs. En outre, diverses mesures ont été prises pour améliorer l'intégration des personnes défavorisées, dont les Roms, ainsi que pour améliorer la situation des demandeurs d’asile. Toutefois, la montée récente du discours raciste et xénophobe dans la société hongroise est préoccupante, tout comme la situation toujours défavorisée des Roms dans tous les domaines de la vie quotidienne. Par ailleurs, les préjugés contre les demandeurs d’asile et les migrants demeurent vivaces, lesquels ont des difficultés à accéder au logement et à l’emploi.

En Norvège, le cadre juridique et institutionnel de la lutte contre le racisme et la discrimination a été renforcé et la très grande majorité des mesures du plan d’action national pour la lutte contre le racisme et la discrimination (2002-2006) ont été mises en œuvre. La situation des personnes issues de l’immigration reste toutefois préoccupante dans des secteurs tels que l’emploi et l’éducation scolaire, tout comme celle des Roms et Romani/Taters. Le discours politique revêt parfois une connotation raciste et xénophobe, et la police doit encore relever des défis importants, y compris en matière de lutte contre le profilage racial.

Pour chacun de ces rapports de monitoring, un suivi intermédiaire aura lieu moins de deux ans après la publication des rapports.

Les rapports par pays, avec les observations des gouvernements annexées, sont disponibles sur : www.coe.int/ecri

L’ECRI est un mécanisme indépendant du Conseil de l’Europe qui s’occupe des problèmes de racisme et d’intolérance, prépare des rapports et adresse des recommandations aux Etats membres.