The European Commission for the Efficiency of Justice

    TUNISIE

    Revue de presse du 25 mai au 14 juin 2013

    Programme Sud - Composante 1 (justice)

Un nouveau projet de Constitution, faisant suite à deux avant-projets d’aout et de décembre 2012 et à un projet publié en avril 2013, a été rendu public par l’Assemblée nationale constituante (ANC) le 1er juin 2013. La dernière version de la Constitution a suscité de nombreuses objections dont celle du Président de la République Moncef el Marzouki. Sur le plan sécuritaire, les opérations anti-terroristes dans l’ouest du pays (mont Chambi) se sont poursuivies. La période a également été marquée par la visite officielle du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

1. ANC/CONSTITUTION

    Final draft of constitution announced but approval remains questionable
    Source: http://www.tunisia-live.net/2013/06/03/final-draft-of-constitution-announced-but-approval-remains-questionable/

    On Saturday, the National Constituent Assembly (NCA) announced that the drafting of the Tunisian constitution had been completed, but the sixteen-month long process of creating the framework for a new government may yet be far from over. Three preliminary versions of the constitution have been produced since the January 2011 revolution, but in a ceremony this weekend, the NCA produced what it deemed a last draft.

    In an interview today with Tunisia Live, NCA General Rapporteur Habib Khedher, a member of the ruling Ennahdha party, explained that there are several more stages that the document must pass through before it reaches completion. Khedher clarified that the final draft will be discussed tomorrow and Wednesday during plenary sessions at the NCA. Each of the NCA’s six constitutional drafting committees will be present and will report on the sections of the constitution related to their particular committees.

    According to Khedher, the “constitutional project” will then be combined with reports from the drafting committees, and this file will be submitted to Tunisia’s president and prime minister. Fifteen days later, the NCA will receive a response from the president and the prime minister. Then, the entire file, including comments from the president and prime minister, will be discussed in further plenary sessions at the NCA.

    Although he stressed the importance of finishing Tunisia’s constitution as soon as possible, Khedher explained that the process might not reach completion until later this summer. “The final discussions will probably take place during the last 20 days of this month [June],” Khedher stated. “Hopefully, the constitution will be completed in late July.” The process of producing Tunisian’s new constitution began with the country’s first democratic elections in October 2011. Nine months after the wave of protests that ousted former Tunisian president Zine el-Abidine Ben Ali, Tunisians elected the country’s National Constituent Assembly, the body tasked with writing Tunisia’s new constitution. Almost two years later, Khedher expressed that he is satisfied with the length of time that the process has taken.

    “It took us [the NCA] this long because we wanted to reach a certain degree of agreement regarding some articles. This is important because the text has its specificities.” NCA member Mabrouka Mbarek, however, asserted her dissatisfaction with Saturday’s draft to Tunisia Live. A member of the Congress for the Republic party, which is part of the ruling coalition, Mbarek claimed that the agreed-upon constitutional drafting process “has not been respected.” Mbarek told Tunisia Live that after the NCA spent nearly a year and a half debating the text of the new constitution and agonizing over its details, the draft was radically changed when it was brought before the National Dialogue conference last month for discussion. Mbarek claimed that while only the most controversial issues were supposed to be addressed at the National Dialogue, the whole constitution was discussed at length.

    “Instead of just debating the big issues, they discussed the whole draft. They even removed whole sentences…It’s kind of upsetting,” she said, adding, “We really don’t know why we went through this long process if, in the end, it [the constitution] was to be changed substantially.” “I know that a lot of NCA members have been having emergency meetings. Some want to boycott, some want to walk out,” Mbarek said. “I cannot tell you what the next step is, as I have no idea. If the final draft stays like this, with these substantial changes, I think that there will be a lot of issues.”

    After the final draft of the constitution has been presented to the NCA, it will be adopted if it receives a two-thirds majority vote. In the case that it fails to receive enough votes, the draft will be revised by the coordinating committee before being brought before the NCA for a second vote. If it does not receive enough votes this time, it will be brought before the public for a popular referendum.
    Khedher expressed his belief that the NCA will be able to reach an internal agreement on the constitution. “I don’t think that we will need a referendum,” he said. “So far, we have managed to agree on most of the articles.” However, in an interview today with Shems FM, NCA Democratic Bloc member Fadhel Moussa asserted that a referendum may be necessary. Moussa emphasized that if a referendum were to take place and it did not pass, the country would find itself in a precarious situation. In such a case, according to Moussa, all of the current NCA members would be forced to resign, and new elections would have to be held.

    “Instead of the upcoming elections that we were hoping for, we would have to hold elections for a new Constituent Assembly,” he warned. To avoid such a reality, Moussa urged the need to reach a two-thirds majority vote within the NCA, despite disagreements. Mbarek is not optimistic, however. “We might be in a deadlock,” she said.

    Moncef Marzouki farouche opposant de la constitution dans sa version actuelle
    Source : http://www.tunisienumerique.com/tunisie-moncef-marzouki-farouche-opposant-a-la-constitution-dans-sa-version-actuelle/181178

    Après avoir examiné avec un certain nombre de députés leurs requêtes quant aux lacunes qui subsistent sur le brouillon de la constitution, le président de la république, Moncef Marzouki a exprimé son  opposition à l’adoption du projet de la constitution dans sa version actuelle, a annoncé le député Ali Benchrifia. Le président de la république a, par ailleurs, affirmé la volonté de plusieurs parties de trouver un compromis afin d’aboutir au consensus sur la nouvelle constitution. Pour rappel, Moncef Marzouki s’est réuni,  mercredi, au palais de Carthage avec plusieurs députés qui ont signé une pétition où ils expriment leurs réserves sur le brouillon  de la constitution.

    Projet de Constitution: Le “oui, mais…” de Yadh Ben Achour
    Source : http://www.letemps.com.tn/article-76969.html

    Le rapport général des commissions de l’Assemblée Nationale Constituante concernant la Constitution ayant été achevé, il sera déposé auprès du bureau d’ordre des deux présidences pour examen. Bien entendu, des irrégularités existent. Tout porte à croire que les séances plénières pour l’adoption de ce projet de Constitution, auront lieu dès la semaine prochaine.

    La dernière mouture est-elle la meilleure possible ? Yadh Ben Achour, juriste avisé porte un avis relativement favorable et considère que la dernière version sans être la meilleure dans le monde, n’est pas pour autant catastrophique. Beaucoup d’améliorations ont été introduites. Sur les ondes de MosaïqueFM, il a affirmé hier que la rédaction s’est améliorée. Le contenu aussi. Beaucoup de revendications faites par des démocrates ont été incluses comme celle de la liberté de conscience, le caractère civil de l’Etat, l’adoption du caractère universel des Droits de l’Homme, la non criminalisation de l’atteinte au sacré. Pourtant Yadh Ben Achour voyait autrement dans le passé pour dire que la nouvelle Constitution, préparait  le terrain à une dictature théocratique. Aujourd’hui, il est moins catégorique. « Le contenu de la Constitution s’est amélioré. Toutefois, il a besoin de davantage d’améliorations dans le chapitre des libertés et des principes généraux », dit-il. N’empêche que la version actuelle contient des indications à caractère religieux. D’autres sont à caractère civil. La plus grande contradiction se trouve entre l’article 2 de la Constitution et l’article 141. L’article 2 consacre le caractère civil de l’Etat puisqu’il dit expressément que la Tunisie est un Etat civil, basé sur la citoyenneté et la supériorité de la loi, où le pouvoir se puise auprès du peuple. Dans l’article 141, la l’Islam devient religion de l’Etat.

    L’Islam est la religion de 98% des citoyens tunisiens. L’Islam est la religion de la société tunisienne. Lorsqu’on dit que c’est la religion de l’Etat on ouvre la voie à la théocratie. Imaginons, à l’avenir, un parti islamiste radical qui remporte les élections. Au nom de l’Islam religion d’Etat, il ira privilégier sa propre vision de la Chariâa pour l’appliquer à sa convenance, chose contraire à la vision de l’Etat tunisien depuis le mouvement réformiste, l’indépendance et la vision zeitounienne modérée.  Le spécialiste en Droit constitutionnel considère que les améliorations à introduire concernent deux volets. Le premier touche à l’organisation politique. Il en a informé plusieurs responsables. Un blocage peut avoir lieu. Le chapitre dix contenant les mesures transitoires doit être revu de fonds en comble. L’article 145 n’a rien à voir avec les mesures transitoires. Yadh Ben Achour, met en garde contre ses mesures transitoires, car elles préparent le terrain pour une troisième période transitoire qui peut durer 3 ans au cours de laquelle, l’actuelle Assemblée Nationale Constituante continuera à siéger et à promulguer les lois, sans qu’elle soit soumise à la Cour Constitutionnelle. « Chose inadmissible du point de vue juridique... Les mesures transitoires ne doivent pas organiser une autre période transitoire, avec une petite constitution », prévient Yadh Ben Achour. Le passage à la nouvelle période doit se faire le plus tôt possible. Les mesures transitoires doivent fixer la fin de la mission de l‘Assemblée Nationale Constituante et la manière avec laquelle, le président de la République sera élu. Il faut élaborer un code électoral avant l’adoption de la Constitution. Le président de la République fera de la coordination et appellera les électeurs à choisir leurs représentants à l’Assemblée législative.

    Avec la première réunion de cette assemblée, s’achèvera la mission de l’Assemblée Nationale Constituante.

    « Avant l’adoption de la Constitution, il faut que le code électoral soit adopté et l’Instance Supérieure Indépendante des Elections mise sur pied », affirme Yadh Ben Achour. Les Instances permanentes, comme la Cour Constitutionnelle doivent commencer leur  travail le plus vite possible. Quant à l’article 69 du projet actuel de la Constitution, il fera de nous la risée du monde. Une autre remarque a été faite par nombreux observateurs. La fixation d’une limite d’âge de 75 ans pour se porter candidat à la présidence de la République a été interprétée comme une manœuvre à saborder la candidature de Béji Caïd Essebsi. Une Constitution doit servir le pays, pour le long terme. Elle ne doit pas être astreinte à des calculs partisans de court terme.

    Réunion, hier, de l’Union pour la Tunisie avec davantage cohésion, Le projet de constitution ne satisfait pas
    Source : http://www.letemps.com.tn/article-76798.html

    Certaines informations faisaient circuler les échos de divergences de vue opposant des différentes composantes de l’Union pour la Tunisie, ayant rapport avec l’appréciation du projet de Constitution.

    Vu la position importante que s’aménage cette coalition au sein de l’échiquier national, les moindres divergences entre ces formations politiques qui portent les espoirs de très larges franges de l’opinion publique, sont minutieusement suivies, peut-être même amplifiées. Il ne restait à certains que de prédire une implosion.  Qu’en est-il au fait après la réunion tenue hier dans les anciens locaux d’Al-Maouqif, de la plus haute instance de cette coalition ?

    Les secrétaires généraux des cinq partis formant l’Union pour la Tunisie, à savoir Nida Tounes, Al-Joumhouri, Al-Massar, le Parti du Travail Patriotique et Démocratique (PTPD) et le Parti socialiste (PS), étaient présents accompagnés de leurs plus importants dirigeants. Abderrazak Hammami, secrétaire général du PTPD, a affirmé au Temps, que « la réunion a permis, une discussion politique profonde entre les différentes composantes de l’Union. Le sujet dominant était la position unique à prendre vis-à-vis du brouillon de la Constitution. Il a été convenu que ce brouillon contient des éléments positifs qui ont été mis en relief, comme les dispositions concernant les libertés, la liberté de conscience, la reconnaissance du caractère universel des Droits de l’Homme, l’inclusion du droit de grève sans restrictions, la séparation des pouvoirs dans leurs grandes lignes. Les carences fondamentales du projet de Constitution ont été épinglées, comme le caractère civil de l’Etat mis en danger par l’article 141, l’article 73 fixant une limite d’âge pour les candidats à l’élection présidentielle, ainsi que l’indépendance du pouvoir judiciaire. Les mesures transitoires contenues  dans le dixième chapitre ont été passées au peigne fin. Il est clair qu’elles n’ont pas été ajoutées de façon claire du point de vue règlementaire.

    Elles ne sont pas le résultat du travail des commissions constituantes. Ces mesures ont été préparées en dehors de ces commissions. Il s’agit au fait d’une opération de hold-up sur la Constitution. Il faut reprendre le dialogue national qui ne doit pas être marginalisé ». Ce dialogue englobe tous les intervenants politiques sous le parrainage de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH), le Conseil de l’Ordre des Avocats de Tunisie et l’Union Tunisienne de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).  « L’Union pour la Tunisie, appelle les Tunisiens à se préparer à la bataille pour la défense d’une Constitution progressiste et moderne », dit notre interlocuteur.  Un autre point s’est imposé dans les débats d’hier à savoir l’évolution de la situation sécuritaire sur le mont Chaâmbi.  L’Union a exprimé sa solidarité avec les victimes tout en déplorant le silence intriguant des pouvoirs publics. « Ce silence n’aide pas les Tunisiens à connaître la vérité pour faire bloc contre le terrorisme qui menace les intérêts de la Tunisie et des Tunisiens ».

    Mohamed Kilani, secrétaire général du Parti Socialiste est aussi optimiste. Il considère que l’Union pour la Tunisie « vit sa dynamique propre d’évolution. Concernant la Constitution, nous sommes arrivés à des positions communes. C’est un pas en avant. Il faut  que ça continue pour aller plus loin. Les discussions doivent se poursuivre. La plate-forme est là. » Faouzi Charfi, un des dirigeants d’Al-Massar, précise que lors de la réunion d’hier, « l’Union pour la Tunisie a étudié le projet de Constitution et a relevé toutes les améliorations contenues dans la dernière mouture par rapport aux brouillons précédents. Toutefois, il y a des anomalies qui touchent l’article 141 qui met en cause le caractère civil de l’Etat. Beaucoup d’insuffisances fondamentales existent au niveau des équilibres entre les pouvoirs. Les pouvoirs du président sont limités par rapport à ceux attribués au chef du gouvernement. Il y a risque de perpétuation du régime actuel d’assemblée.  En plus de l’article 76 et les articles concernant le pouvoir judiciaire, il y a un rejet total des mesures transitoires. On va avoir une période de 3 ans où la Cour Constitutionnelle et le Tribunal administratif ne pourront étudier aucune loi. Le prochain pouvoir agira seul. Partant du principe que le chapitre 10 a été ajouté à la dernière minute, nous n’avons plus un projet de Constitution, mais un autre brouillon de projet de Constitution. Il faut créer une commission spéciale pour étudier les dispositions transitoires. Le comité de suivi du dialogue national doit être réactivé. Il faut inclure les consensus dégagés dans le projet de Constitution. Nous sommes absolument contre ces dispositions. Nous voulons rester dans l’esprit de dialogue. Les Tunisiens en ont marre de la lenteur de la transition. Les problèmes économiques s’accentuent. Nous devons être vigilants ».

    La prochaine réunion du comité de suivi de l’Union pour la Tunisie, aura lieu dans les locaux du Parti du Travail Patriotique et Démocratique. Dans deux semaines, se réunira la haute instance de l’Union, un délai plus court par rapport la dernière.

Le leader du parti Ennahdha Rached Ghannouchi a rencontré, ce jeudi 6 juin 2013, au Palais du Bardo, le président de l’Assemblée nationale constituante Mustapha Ben Jaâfar, en présence du président du bloc parlementaire du mouvement Sahbi Atig. Cette entrevue a permis d’évoquer plusieurs sujets, dont notamment celui de l’accélération des débats sur la nouvelle constitution, malgré toutes les contestations et les protestations de l’opposition la concernant.

Le problème majeur des Tunisiens, aujourd’hui, vient de l’hémicycle du Bardo, où la plupart des élus s’engluent dans les marginalités et se complaisent dans les diatribes verbales, changent allègrement de camp et, divine surprise, il y en a même qui menacent d’entamer une grève de la faim. A la limite, c’est tragique et c’est aussi comique. Tragique, dans la mesure où les élus s’éloignent, chaque jour davantage, du but escompté et jonglent avec une Constitution dont on s’imagine bien quelle ne reflètera guère, au final, un vrai consensus national mais qu’elle s’apprête à déterminer un mode de gouvernance et un mode de vie contre-nature. De surcroît, rien, au sein de la Constituante ne révèle un quelconque souci vis-à-vis de la situation socio-économique catastrophique que connaît le pays et, encore moins, vis-à-vis de la grave concentration d’intégristes au Mont Chaâmbi concentration à laquelle participent des éléments algériens par-dessus le marché.

Comique, dans la mesure où les élus du peuple s’entre-tuent pour un oui ou pour un non, faisant de l’hémicycle une sorte de cour des miracles. Plus drôle encore, cette proposition de lancer un Observatoire pour poursuivre les médias, décidément, le bouc émissaire de tous, depuis Rached Ghannouchi, jusqu’au chef du gouvernement. Un gouvernement qui, au-delà de la suspicion qu’il alimente vis-à-vis des médias, n’arrive pas, lui non plus, à faire entendre raison à la plupart des élus du peuple, vraisemblablement, enclins à vouloir, comme ça, par commodité et, peut-être même, par tempérament à installer une République bananière. Ce n’est pas sérieux. Et l’on déplore, dès lors, le manque de fermeté du président de la Constituante apparemment débordé et carrément conspué pour peu qu’il prenne une décision qui ne satisfasse pas les desideratas des gens placés sous sa coupe. Cela fait que les avatars majeurs de l’actuelle gouvernance se meuvent au Bardo. Et, constat guère réjouissant, le fossé entre le Bardo et la Kasbah, et entre le Bardo et Carthage et entre Carthage et la Kasbah se creuse à vue d’œil, préfigurant de ce qu’il y a de pire : La désinstitutionalisation de l’Etat.

Accéder à partir d’une seule base de données à tous les textes des constitutions françaises, marocaines, algériennes et tunisiennes, mais aussi à toute la jurisprudence: c’est désormais possible. Nawaat DBConstit (www.nawaat.org) met à la disposition des spécialistes, mais aussi du grand public, un outil précieux, dans la lignée du Legisnet mis en ligne, il y a une quinzaine d’années. La version  “desktop”, d’ores et déjà disponible, intègre tous les textes « depuis 1789 pour la France et 1857 pour le Maghreb ; totalisant 4 496 articles, préambules compris. La base contient également toute la jurisprudence du Conseil constitutionnel français relative, d’une part, aux questions prioritaires de constitutionnalité (art. 61-1) et, d’autre part, au contentieux de conformité à la Constitution prononcé en vertu des articles 46, 54 et 61 de la Constitution. Cette jurisprudence (902 décisions) est à jour au 1er janvier 2013. Les textes intégrés aux bases de données sont accessibles selon de nombreux critères cumulables au choix : référence du texte, numéro de l’article, mot du texte, mots clés, etc. Unique en son genre, facile à consulter, très précise, cette base de données sera très utile, surtout pour ceux qui suivent de près l’élaboration de la nouvelle constitution tunisienne.

2. SÉCURITÉ

Laârayedh et Erdogan ont tenu une conférence de presse conjointe. Il a été bien sûr question de fraternité entre les deux peuples, de rapprochement idéologique puisque la Tunisie veut calquer le modèle islamiste turc. Mais sur le reste, chacun a fait un exposé sur la situation  sécuritaire dans son propre pays et cela fait qu’en lisant le reportage, on a l’impression que chacun d’eux fait cavalier seul.

En cette même matinée, cependant, une mine explose en dehors de la zone militaire du Mont Chambi, faisant deux morts et deux blessés parmi les militaires ce qui veut dire, comme l’indique notre reportage en page 2, que le terrorisme gagne les zones d’habitation et qu’il y trouve de sérieux soutiens logistiques.
Au demeurant, toutes les versions officielles faisant état d’un terrorisme parfaitement circonscrit au Mont Chambi s’avèrent être une espèce de berceuse destinée à rasséréner le peuple qui ne cache pas ses inquiétudes et pour se faire ( peut-être) bonne conscience.

Le ministre de l’Intérieur avait même absous Ansar Al Chariaâ d’Abou Yadh (qu’on n’arrive toujours pas à arrêter) de toute implication de sa nébuleuse dans le terrorisme du Mont Chambi. On se rabat dès lors sur des groupuscules comme celui qui se proclame de l’héritage de « Okba Ibn Nafaâ », sur le concours d’éléments algériens tout en veillant à ne pas gratter la sensibilité des autorités algériennes qui n’ont pourtant pas pensé à temps à sécuriser la frontière avec notre pays alors que celles ingénument ouvertes avec la Libye ont permis le passage d’armes et de Djihadistes appartenant au minutieux réseautage de l’Aqmi et venant même du Mali. L’ennui c’est que les autorités continuent d’accréditer la thèse selon laquelle la Tunisie ne serait qu’un point de passage, un simple transit en somme. Cela revient néanmoins à minimiser cette mouvance, car il est désormais établi que les intégristes ont élu leur quartier   général au Mont Chambi et que, tel un volcan, leurs laves dévastatrices ont l’intention d’éclabousser les zones urbaines et rurales. Auquel cas ce ne serait plus un combat de montagne, mais une réelle urbanisation de la violence. Tous ces non-dits, ces camouflages, les versions officielles tendant à relativiser le fléau seraient donc malvenues. Ben Ali avait minimisé les événements de Soliman. Et qui dit que, depuis, l’intégrisme ne s’est pas bel et bien installé en Tunisie ?

Plus de 70 partis politiques et 400 associations seront de la partie. Vers l’adoption d’une charte nationale de lutte contre la violence et le terrorisme. A moins de cinq jours de l’organisation de la conférence nationale de lutte contre la violence et l’extrémisme dont les travaux se tiendront les 18 et 19 juin, on met les bouchées doubles au niveau de la coordination générale chargée de veiller sur tous les détails concernant cet important rendez-vous de dialogue et de concertation.

Me Abdessattar Ben Moussa, président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (Ltdh), et l’un des initiateurs de la conférence, précise qu’elle sera placée sous la devise : «Unissons-nous tous contre la violence et le terrorisme». Elle se déroulera sur deux jours. «La journée du mardi 18 juin, qui se tiendra au Palais des congrès à Tunis, sera consacrée à la discussion et à l’adoption, au sein de plusieurs ateliers de réflexion, du projet de la charte nationale de lutte contre la violence et l’extrémisme. Quant à la journée de clôture, le mercredi 19 juin, elle verra les participants à la conférence parmi les partis politiques et les associations de la société civile signer la charte nationale de lutte contre la violence et le terrorisme. Elle sera marquée également par les interventions du président de la République, du chef du gouvernement et du président de l’ANC ainsi que des représentants des partis et des associations invités. La journée de clôture se tiendra au siège de l’Utica qui a pris la décision de mettre sa grande salle de conférences à la disposition des organisations», ajoute Me Ben Moussa.

Quels sont les grands axes de la charte nationale de lutte contre la violence et le terrorisme dont une copie du projet a été envoyée aux participants pour examen et formulation de propositions ?
«D’abord, la charte, relève notre source, s’emploiera à définir les causes de la violence et du terrorisme et à mettre l’accent sur les dangers qu’ils ont sur l’étape actuelle de transition et sur les prochaines élections. Ensuite, la charte contiendra un appel à la création d’un observatoire national de la violence et du terrorisme qui aura pour tâche de suivre les actes de violence et de tenir des conférences de sensibilisation et de mobilisation contre le cancer terroriste. Enfin, un appel à ce que la journée du 6 février (date de l’assassinat de Chokri Belaïd, leader du Watad) soit décrétée journée nationale de lutte contre la violence et le terrorisme. La charte comportera également un engagement de la part des signataires à demeurer vigilants face à toutes les formes de violence et à lutter ensemble pour son éradication». Sur un autre plan, on apprend que plus de 70 partis politiques, dont les partis de la Troïka, en premier lieu Ennahdha, et près de 400 associations de la société civile ont été invités à prendre part aux travaux de la conférence.

3. MEDIA/LIBERTÉ D’EXPRESSION

Dans sa dernière mouture, la Constitution comprend un article n° 124 portant sur la création d’une instance de l’information. Sa formulation ainsi que les attributions consacrées à ladite instance ont suscité une véritable levée de boucliers parmi les représentants de la profession et de certains experts juridiques.
Maintenant, l’on peut se demander pourquoi ces appréhensions et cette levée de boucliers à l’égard de l’article 124 et quels sont ses risques et dangers sur la liberté d’expression et de la presse. Nous avons d’abord approché Nadia Chaâbane, constituante du groupe démocratique, qui  siège au sein de la commission des Instances constitutionnelles, qui nous livre ici la genèse de l’article 124 et le contenu de la réunion avec les membres de la Haica. Nous avons également contacté Mongi Khadhraoui, secrétaire général du Snjt, qui exprime, ici, la position du syndicat ainsi que Mustapha Beltaïef, professeur à la faculté de Droit et de Sciences politiques de Tunis, qui  nous a édifiés sur les dangers de l’article 124.

Les membres de la Haica (Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle) se sont réunis hier avec les constituants de la commission des instances constitutionnelles, à propos de l’article 124 du projet de constitution qui prévoit la création d’une instance de l’information, article contesté par la coalition civile pour la défense de la liberté d’expression (Ccdle) et le Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt) qui demandent la suppression pure et simple de cet article.

La coalition  a adressé, le mardi 4 juin, un message urgent au président et aux constituants de l’ANC exigeant la suppression de l’article 124 le considérant comme «une hérésie sans pareille dans les pays démocratiques». Cet article qui «serait chargé de la régulation du secteur des médias, tous supports confondus, autrement dit presse audiovisuelle, écrite et électronique et du contrôle du droit à la liberté d’expression et de l’accès à l’information», est rejeté par la coalition et le Snjt pour de multiples raisons.

«D’abord, parce que l’indépendance et la neutralité de cette instance ne sont pas garanties, dès lors que ses membres seront élus par les représentants des partis politiques au sein du futur parlement. Ensuite «parce que la création de cette instance aboutira au rétablissement de la censure et du ministère de l’Information et à l’usurpation des prérogatives de la Haica».

C’est pourquoi la Coalition estime qu’il «est nécessaire d’inscrire le droit au respect de la liberté d’expression dans le texte de la future Constitution, conformément à l’article 19 du pacte international relatif aux droits civils et politiques (Pidcep), ratifié par la Tunisie en mars 1969». Ainsi, la Coalition appelle-t-elle «à la suppression de l’article 124 du projet de Constitution qui prévoit la création de cette instance et propose de se contenter de la constitutionnalisation de la Haica».

«Reproduction du ministère de l’Information»

Comment est né l’article 124 ? La constituante Nadia Chaâbane s’en explique : «Il y a plus d’une année, les débats sur les décrets 115 et 116 battaient leur plein et cela a créé énormément de malentendus, les uns parlaient de la constitutionnalisation de l’Instance audiovisuelle, les autres évoquaient la nécessité d’une instance qui chapeaute et régule aussi bien la presse audiovisuelle qu’écrite. Bref, il y a eu confusion et divergence. Pour ma part, avec certains de mes pairs, nous étions pour une instance régulant uniquement les médias audiovisuels, mais des constituants de la Troïka ont défendu une instance avec un double collège : la presse audiovisuelle et écrite. D’où l’article en question. Nous avons rencontré, hier, des membres de la Haica qui ont contesté la création de cette institution à double fonction demandant sa suppression, argumentant que dans ‘‘les pays démocratiques, la régulation du secteur de la presse écrite et électronique est du ressort exclusif des professionnels, dans le cadre d’un système d’autorégulation et de structures appelées «conseils de la presse’’. Enfin, ils ont appelé à constitutionnaliser la Haica. Ce qui est logique et convaincant…».

Mongi Khadhraoui, SG du Snjt, estime, lui, que «l’article 124 est une reproduction de l’ancien ministère de l’Information. Ce qui est une nouvelle manière de mettre au pas la liberté d’information et d’expression. Surtout si l’on sait que la presse écrite et électronique s’autorégule». Et de poursuivre : «Cet article démontre que les constituants n’ont pas pris en considération nos recommandations et celles des experts et des organisations professionnelles et des ONG ainsi que les expériences internationales.

Les constituants ont ignoré les travaux du Snjt inspirés de 40 expériences de pays démocratiques dans le monde. C’est vraiment un manque de connaissance et de savoir, l’information étant devenue une science fondée sur des critères, des règles et des lois. Cet article qui vise à  étouffer la liberté d’expression et la mainmise du pouvoir sur l’information risque, ainsi, de priver les Tunisiens d’une information libre et plurielle. C’est pourquoi nous demandons sa suppression   et la constitutionnalisation de la Haica».

Quels autres risques véhicule l’article 124 ? Mustapha Beltaïef est clair: «Nulle part ailleurs dans le monde, il n’existe d’instance qui jouisse d’une double compétence: réguler à la fois les médias audiovisuels ainsi que la presse écrite et électronique. Seuls les pays dictatoriaux et répressifs peuvent s’en vanter. C’est donc là un premier danger : il n’y a pas de démocratie sans liberté de la presse.

Le deuxième danger est inhérent au mode de désignation, puisque les neuf membres de cette instance de l’information qui intègre l’ensemble des médias seront élus par le futur parlement et seront à l’image de la majorité ou plutôt du pouvoir. Cette instance sera plutôt un, pouvoir qu’un contre-pouvoir, surtout que l’information est comme admis, un quatrième pouvoir. Et comme l’a dit Montesquieu «il faut que par la  disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir”. Ainsi, toute action de régulation dans cette instance ne sera ni indépendante, ni objective sous la menace de la majorité politique du moment».

«Un amendement est possible»

Qu’en sera-t-il donc de cet article vu son rejet par la Coalition et la profession ? Réponse de la constituante Nadia Chaâbane : «Nous ne savons pas si le draft de la constitution est définitif ou pas vu le conflit actuel autour de ce texte et s’il n’est pas définitif dans sa version actuelle, on peut envisager de le réviser au sein de la commission. Mais si cet article passe tel quel en plénière, un amendement est toujours possible. Cet article peut aussi être rejeté par une majorité de voix». L’idéal serait, donc, de revenir aux critères internationaux afin que les Tunisiens jouissent d’une constitution qui garantisse les libertés, entre autres d’information et d’expression, comme dans tous les pays démocratiques dont le fondement n’est autre que la liberté de la presse. Sinon ce sera un regrettable retour aux anciennes pratiques répressives d’une information étouffée et mise au pas.

    Médias et opinion publique dans les pays en transition démocratique, La cassure avec les jeunes
    Source : http://www.letemps.com.tn/article-76971.html

    Une étude menée, récemment, par le British Council et John Gerhart Center for engagement de charité et civique à l’Université américaine du Caire a démontré le déclin grandissant dans la relation entre les jeunes et les médias dans les trois pays arabes qui ont été chamboulés par le souffle libérateur de la révolution. 

    Une régression qui a contribué pour une grande part dans les lacunes et la tension entre les jeunes et la société dans ces pays : la Tunisie, la Libye et l’Egypte. Happés et obnubilés par la scène politique et les soubresauts d’ordre sécuritaire, les médias se sont trouvés bon gré mal gré, obnubilés et souvent obligés de ne reporter que le politique et le sensationnel oubliant trop souvent que les vrais acteurs de la révolution se sont les jeunes. Ces derniers, écartés par ce trop-plein de chamboulement éco-politique et sécuritaire, sont de plus en plus déçus par les médias. A peine émancipée, la liberté d’expression juvénile s’est vite retrouvée étouffée et subordonnée par le politique.

    La sphère politique s’empare de la sphère médiatique Cette étude montre le désappointement d’une jeunesse vaillante qui a lutté contre la dictature, et qui au final se retrouve écartée de la phase de reconstitution de leurs pays parce que l’officiel, le politique et le militaire a pris le-dessus dominant de la sphère publique et médiatique les deux années postérieures à la Révolution populaire. L’échantillon de l’étude, «les jeunes acteurs» des membres de la société civile, des groupes de jeunes militants ayant entre 18 et 35 ans. L’étude a inclus un séminaire dans chacun de ces trois pays pendant toute la durée de la recherche. Une série  de débats et de discussions approfondies a eu lieu et à laquelle ont participé par cinq et huit petits groupes le long d’une série de dix courtes entrevues avec environ 100 jeunes hommes et femmes dans chaque pays.L’étude intitulée “La promesse révolutionnaire: le changement dans les concepts de jeunes en Egypte, la Libye et la Tunisie” a duré plus de huit mois et a révélé ses résultats lors d’un congrès au Caire, lundi dernier, que les jeunes Egyptiens qui ont mené le soulèvement contre le régime de Hosni Moubarak se demandent aujourd’hui : «Est-ce que nous avons fait une révolution? “ rappelant que la solidarité et la cohésion qui ont régné à la Place Tahrir au cours des dix-huit premiers jours du soulèvement se sont transformées en une fraction de groupes totalement opposés les uns aux autres. Le même scénario a lieu en Tunisie.

    Médias de plus en plus politisés L’étude montre que malgré le rôle important joué par les médias pendant la période de transition, les jeunes participants ont critiqué le comportement des médias aujourd’hui, le qualifiant de “partial et manquant de crédibilité et d’objectivité. Ils rajoutent qu’un mouvement de mensonges et d’intox de la part de certains médias a contribué à l’état de division et de fragmentation subi par la société égyptienne. Ces jeunes militants dénoncent les stéréotypes que les médias leur collent. Traités de héros de la révolution, ils sont, néanmoins,  traités d’inexpérimentés. Pour ce qui est de la Libye, les jeunes interrogés ont exprimé leur déception des instances et institutions médiatiques. L’étude indique que «la confiance dans les médias, pour le moment, a sévèrement diminué. Ces derniers sont considérés comme biaisés politiquement donc subjective et partiale. En Tunisie, les jeunes participants à cette étude ont hué les médias tunisiens qualifiant certains d’entre eux d’amateurs et d’incompétents pour avoir diffusé plusieurs intox.
    L’étude a indiqué que les niveaux de confiance dans les médias ont dangereusement baissé dans les trois pays.” Elle a ajouté que les médias sociaux ont contribué dans le passé à sensibiliser, mais qu’ils ont, maintenant, peur qu’il devient difficile à contrôler un outil utilisé pour favoriser la division et la propagation de rumeurs.”

    Les médias impartiaux, pierre angulaire de la démocratie Elle a ajouté: «L’utilisation des médias sociaux contribue fortement aux jeux politiques. C’est pourquoi  beaucoup de participants à l’étude estiment que le rôle révolutionnaire de ces réseaux est terminé.” L’étude a souligné que les médias sont l’un des principaux acteurs de l’instauration ou la suppression de la confiance dans les institutions existantes.
    Néanmoins, malgré la baisse de confiance dans les médias, l’étude dit que les participants ont «exprimé la ferme conviction que les médias peuvent être utilisés comme un outil pour la consolidation de la démocratie.” L’étude a recommandé l’élaboration d’une charte de l’éthique et de l’autorégulation des médias” afin qu’ils adhèrent à des normes et des codes de conduite professionnels adoptés. Elle a, notamment, appelé à une «stratégie intégrée et multi-élémentaire» qui peut consolider les initiatives de la jeunesse et les inclure en tant que partenaires clés.

4. COOPÉRATION/EVENEMENT

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, est arrivé, hier soir, en Tunisie  pour une visite officielle de deux jours, accompagné d’une importante délégation de ministres et d’hommes d’affaires turcs.
Il a été accueilli à l’aéroport présidentiel d’El Aouina par le chef du gouvernement provisoire, Ali Laârayedh, ainsi que plusieurs membres du gouvernement, dont les ministres de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Défense nationale. Ali Laârayedh et Recep Tayyip Erdogan ont salué le drapeau au son des hymnes nationaux des deux pays et passé en revue un détachement des trois armes qui leur rendait les honneurs.
Les deux hauts responsables présideront la première réunion du conseil supérieur de coopération stratégique entre la Tunisie et la Turquie, dont le lancement a été annoncé le 25 décembre 2012, à Ankara. Il sera aussi question de la signature de plusieurs accords bilatéraux dans les domaines diplomatique, sécuritaire, économique, éducatif et culturel.

Des renforts sécuritaires et militaires ont été déployés, hier, devant l’ambassade turque à Tunis, à quelques heures de l’arrivée du Premier ministre turc. Ces renforts sont « exceptionnels », a affirmé à l’agence TAP une source sécuritaire. Ils interviennent suite aux appels lancés, à travers les réseaux sociaux, en vue d’organiser des rassemblements de protestation contre la visite d’Erdogan et d’exprimer un soutien au mouvement contestataire que connaît la Turquie depuis quelques jours.

     

    1ère édition du Forum de Tunis jeudi prochain: L’IACE engage la réflexion autour du statut de partenaire privilégié entre la Tunisie et l’UE
    Source : http://www.letemps.com.tn/article-76804.html

    La conclusion d’un accord politique entre la Tunisie et l’Union Européenne en mois de novembre dernier à Bruxelles a soulevé le courroux de certains partis politiques et membres de la société civile rouspéteurs mécontents. « Un accord miné », semonçait le front populaire à l’époque. Entre le pour et le contre, il semble que la confusion plane aujourd’hui atour du statut de partenariat avancé ou privilégié entre la Tunisie et l’UE. Les deux parties sont en phase préparatoire pour des négociations ultérieures. Et pour dissiper toute mauvaise interprétation autour du statut tant attendu par la Tunisie, animer la réflexion, vulgariser le thème et impliquer toutes les parties prenantes dans la mise en place d’un plan d’actions adéquat qui répond aux aspirations et attentes des deux parties contractantes, l’Institut Arabe des Entreprises (IACE) organise le jeudi prochain en collaboration avec la Commission Européenne  la première édition du Forum  de Tunis ayant pour leitmotiv : « Le statut de partenaire privilégié pour la Tunisie :craintes et opportunités »
    Pour jeter la lumière sur l’objectif du forum de Tunis dans sa première édition et les attentes des organisateurs, une conférence de presse a été tenue hier par Ahmed Bouzguenda, président de l’IACE et Walid Bel Hadj Amor, Directeur général adjoint de COMETE Engineering et président du centre tunisien de veille et d’intelligence économique en présence de Mme Michaela Dodini, représentante de l’UE.

    L’accord-cadre sur le statut de partenaire avancé à accorder à la Tunisie est un accord qui relaie tout d’abord avec l’accord de libre échange signé entre la Tunisie et l’UE en 1995 tout en lui donnant une autre dimension plus consistante et plus approfondie de la relation bilatérale. Une vision qui  repose sur trois axes : le volet politique, le volet économique et social et un volet qui stipule le rapprochement entre les peuples.
    « De part son caractère multidimensionnel, l’accord en question aura un impact sur tout le pays, d’où l’intérêt d’impliquer toutes les parties prenantes dans une réflexion commune autour du statut : ses objectifs, son fonctionnement, ses opportunités et ses menaces…c’est dans ce cadre que s’inscrit l’initiative prise par l’IACE », explique Ahmed Bouzguenda en ajoutant «Il faut s’impliquer dans la réflexion et dans la démarche. Nous souhaitons contribuer, participer et impliquer l’ensemble des voix autour d’un thème d’intérêt national. Il s’agit de regarder ce que recèle cet accord.  »

    En effet, l’accord politique conclu en mois de novembre dernier a semé la zizanie auprès de certains partis politiques et de l’opinion publique de façon générale qui dénoncent l’implication du gouvernement tunisien dans un processus de partenariat désavantageux pour la partie tunisienne qui enracine les règles d’un libéralisme sauvage. Certains économistes et experts ont exprimé à l’époque leur inquiétude quant aux retombées de cet accord sur les secteurs agricole et des services.

    Pour et contre A ce titre, Walid Bel Hadj Amor, le président du CTVIE réaffirme : « Loin d’une déclaration de bonne ou de mauvaise intention, nous essayerons à travers ce forum de dissiper les incompréhensions. Nous ne faisons pas de procès d’intention, nous mettrons le sujet sur la table pour pouvoir mettre en place un plan d’actions harmonieux où chaque partie trouvera son compte ». Il va sans dire que le statut de partenaire privilégié a été adopté sous forme de plan d’actions touchant aux trois axes de l’accord. Parmi les axes de coopération élargie prévus on notera : la gouvernance publique et budgétaire, l’instauration d’un espace économique commun tunsio-UE, la démocratie, la justice et la sécurité, l’emploi, la compétitivité des entreprises tunisiennes et l’attraction de la Tunisie en tant que site d’investissement.  A ce titre Michaela Dodini, a affirmé que cet accord vise une plus grande intégration de l’économie tunisienne dans le marché européen. « Nous sommes encore dans la phase exploratoire de la coopération ou encore dans le processus préparatoire aux  négociations. Trois réunions de préparation sont prévues avant le lancement de la décision formelle. Nous avons tenu la première réunion et le rythme de négociation dépendra du gouvernement tunisien », ajoute-t-elle en affirmant que les négociateurs en chef de la partie européenne participeront aux travaux du forum de Tunis de l’IACE. La représentante de l’UE n’a pas raté l’occasion pour rappeler le rôle prépondérant joué par la commission européenne au cours de cette étape transitionnelle en  doublant notamment  le portefeuille d’aide financière accordé à la Tunisie post-Révolution et en consolidant l’appui budgétaire   qui lui est alloué en partenariat avec la BAD et la BM.

    Entre l’UE et la Tunisie s’est établie une relation économique, politique et  sociale séculaire et de bon voisinage. Une coopération critiquée par certains qui y voient une relation verticale du haut vers le bas pouvant nuire aux  intérêts du pays. Pour d’autres, cette coopération bilatérale est le signe d’une insertion  du pays  et de l’économie tunisienne dans le marché international, un marché mondialisé où il n’y a pas de places à l’autarcie. Il reste à savoir quelles seraient les  chances ou menaces de ce statut avancé pour la  Tunisie ?

    La Banque Européenne ouvre un bureau à Tunis
    Source : http://www.leaders.com.tn/article/la-banque-europeenne-ouvre-un-bureau-a-tunis?id=11614

    La Banque Européenne de Reconstruction et de Développement a ouvert mercredi un bureau à Tunis, le premier dans la région SEMED (pays de la rive sud et est de la méditerranée). La BERD a été créée le29 mai 1990 à l’initiative de François Mitterrand pour favoriser le passage des pays d’Europe centrale et orientale  à l’économie de marché des pays. Depuis les révolutions arabes, elle a élargi sa zone d’intervention au sud et à l’est de la méditerranée. Son siège est situé à Londres.

5. JUSTICE

La justice tunisienne multiplie les points d’interrogation
Source : http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?t=519&a=38493&temp=1&lang=

Le « verdict » américain sous forme d’un communiqué de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en réaction au verdict des tribunaux tunisiens blanchissant ou presque les salafistes qui avaient saccagé l’ambassade US et humilié son personnel, un certain 14 septembre 2012, est tombé tel un couperet à l’égard de la justice tunisienne qu’on croyait indépendante après le départ de Noureddine B’hiri et son remplacement par le juriste et enseignant universitaire, Nadhir Ben Ammou.

Par le biais de sa représentation diplomatique à Tunis, le gouvernement américain exprime clairement son mécontentement, voire sa colère en ne mâchant pas ses mots. « Nous sommes profondément inquiets par les condamnations avec sursis. Les verdicts ne correspondent pas, de manière appropriée, à l'ampleur et à la gravité des dégâts ainsi qu’à la violence qui ont eu lieu le 14 septembre, 2012.

Nous tenons à ce qu'une enquête approfondie soit menée et que les instigateurs de l'attaque, toujours en liberté, soient traduits en justice. Le gouvernement tunisien a déclaré publiquement son opposition à ceux qui ont recours à la violence. Par ses actions, le Gouvernement tunisien doit également démontrer qu'il n'y a aucune tolérance envers ceux qui encouragent et utilisent la violence pour atteindre leurs objectifs. Le verdict du 28 mai a échoué à cet égard ».

Le désaveu est trop direct et le camouflet est cinglant. Certains disent que Washington reprocherait à l’exécutif tunisien de ne pas avoir suffisamment mis la pression sur le pouvoir judiciaire pour prononcer des jugements sévères à la hauteur des délits commis. D’autres pensent, au contraire, que les USA soupçonnent le gouvernement tunisien d’avoir interféré dans le procès pour aboutir à des verdicts dits « light ».

Il faut dire que la justice à deux vitesses se poursuit de plus belle. Et il ne faut pas être spécialiste ou juriste pour s’en apercevoir. Il suffit d’avoir un peu de bon sens et un esprit logique pour déceler les contradictions criardes dans le traitement des affaires. Et pourtant, les politiciens de la Troïka n’arrêtent pas de nous rabattre les oreilles avec la phrase-cliché : « la magistrature est indépendante, le pouvoir exécutif n’intervient jamais dans celui judiciaire ».

C’est justement le vœu de tout un chacun afin de restaurer la crédibilité d’une magistrature fortement entamée, mais comment peut-on y croire devant le grand nombre de cas et autres exemples douteux. Qu’on en juge, exemples concrets à l’appui. Le porte-parole des Ansar Al Chariâa a été relâché au bout de trois jours d’arrestation alors qu’il s’est permis de tenir une conférence de presse dans une mosquée au cours de laquelle il a appelé à désobéir à l’autorité et à ne pas respecter les lois en vigueur dans le pays. Motif de sa libération : Il n’a fait qu’exercer son droit à l’expression de ses opinions ! Deux jeunes qui ont taggé les murs d’un édifice religieux ou la jeune Amina âgée de 19 ans, qui ont certes commis des délits contraires à la loi, mais sans perpétrer le moindre acte de violence, se retrouvent sous les verrous en prison.

Parmi tous les hommes d’affaires, soupçonnés de malversations ou de biens mal acquis, un seul, Khaled El Kobbi, est jugée et détenu et se voit refuser les multiples demandes de libération quitte à faire caboter ses sociétés qui font employer des centaines de citoyens. Pourquoi un tel acharnement sur cette personne, précisément, et non pas d’autres ? Cela veut-il dire qu’en Tunisie et durant tout le régime de Ben Ali, il n’y a que cet homme d’affaires qui soit corrompu ?! Les PDG de Tunisair, le PDG de la Sotetel, et Borhène Bsaies, sont tous en prison, dans l’attente d’u procès qui n’arrive pas. Motif : Emplois fictifs et mise à disposition permettant de réaliser des gains illicites. Pourtant, rien que dans la Sotetel, pas moins de 80 employés sont mis à disposition, une pratique courante et légale, selon les disposition encore en vigueur ayant permis par le passé, d’avoir plus de trente mille personnes dans cette formule. Le hic, est que cette pratique est faite par les gouvernants actuels sans qu’on en trouve à redire. Pourquoi alors emprisonner ces personnes et pas d’autres?

Sami Fehrai et cinq anciens PDG de la Télévision tunisienne moisissent en prison depuis plusieurs moi pour avoir pratiqué la formule de bartering dans la production de programmes, laquelle formule vient d’être officialisé par le gouvernement d’Ali Laârayedh ! Autre chose. Tous les juristes savent que la détention dans l’attente d’un procès se fait pour les personnes présentant un danger public au cas où ils sont laissés en liberté. Or quel danger représentent ces anciens responsables ? Ne pouvait-on pas leur fixer une date pour le procès tout en les laissant en liberté, quitte à leur interdire tout voyage à l’étranger ?

On citera aussi les cas des anciens ministres sous le régime de Ben Ali, dont notamment, Abdelaziz Ben Dhia, Abdelwahab Abdallah, Mohamed Ghariani, Ridha Grira, etc., qui sont emprisonnés dans le cadre de la détention préventive tout en dépassant, pour certains d’entre eux, les délais réglementaires. Sachant que leurs avocats crient, haut et fort, que leurs dossiers sont complètement vides sans que les autorités judiciaires n’osent les démentir. Pourquoi toutes ces personnes se trouvent-elles, alors, en prison, surtout qu’elles présentent, presque, des cas humains dans le sens où elles sont âgées et présentent des cas de maladies chroniques ? D’ailleurs, l’association de défense des prisonniers politiques n’a pas hésité, de les classer en tant que tels !

L’autre hic, est que le ministère de la Justice observe un silence, voire, un black-out total sur ces dossiers, alors que tout le monde croyait qu’avec l’avènement d’un ministre neutre à la tête du département de la Justice les choses allaient bouger, mais il n’en est rien. En ces mêmes moments, aucune personne parmi les membres du clan Ben Ali se trouvant à l’étranger n’a été extradée. Est-ce un hasard ? Probablement non. Car comment veut-on que les autorités des autres pays fassent confiance à une justice qui multiplie les pratiques des deux poids - deux mesures. C’est ainsi qu’on entend parler de déplacements libres des Matri, Chiboub, Agrebi, Trabelsi et bien d’autres à travers les pays du monde entier
On veut bien croire à l’indépendance de la justice et à la non-ingérence dans les divers dossiers et procès, mais on aimerait bien que le ministre out tout autre responsable sorte pour expliquer à l’opinion publique les différents cas et répondre à tous les points d’interrogations soulevés presque quotidiennement pas les juristes, eux-mêmes, sur les différents plateaux télévisés et radiophoniques.

    Instance provisoire de la magistrature, les élections avant le début des vacances judiciaires
    Source : http://www.leaders.com.tn/article/instance-provisoire-de-la-magistrature-les-elections-avant-le-debut-des-vacances-judiciaires?id=11605

    Dernière ligne droite pour le démarrage du processus d’élection des membres de l'Instance provisoire de la Magistrature. La commission parlementaire chargée de ces élections a porté à sa présidence Mohamed Ghabiche, membre de l’Assemblée nationale constituante (Alliance Démocratique) et élu par vote à bulletins secrets, le magistrat Amor Oueslati, parmi trois autres candidats, en tant que rapporteur. Il s’agit de fixer les délais pour la réception des candidatures à l’Instance provisoire et la date des élections. Ghabiche espère y parvenir avant le début des vacances judiciaires. L’Instance provisoire à élire sera composée de neuf membres dont six magistrats et trois membres de l’ANC.

6. LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

L’organisation non gouvernementale «I Watch», créée par des jeunes au lendemain de la révolution, a organisé hier à Tunis une conférence sur le thème «Convention des Nations unies contre la corruption». Il s’agissait lors de cette conférence d’expliquer le contenu de cette convention ratifiée par la Tunisie, mais qui est rejetée par un certain nombre de pays la soupçonnant de viser à «renforcer l’influence des grandes puissances sur les affaires des autres pays», comme le souligne Achref Aouadi, le jeune président de l’association.

«Il s’agit de la seule convention internationale de lutte contre la corruption ratifiée par la Tunisie en 2008. Tous les cinq ans, l’Etat membre est sujet à une révision qui vise à vérifier la conformité de la législation locale aux articles composant la convention onusienne», explique-t-il. Il s’agit en fait de deux pays «membres» tirés au sort (Togo et les Seychelles), qui effectueront une visite en Tunisie afin de conduire une enquête sur l’état de la lutte contre la corruption en Tunisie, conformément à la Convention des Nations unies contre la corruption.
Selon le président de l’association, la Tunisie est en train de faire actuellement son évaluation interne, et les experts gouvernementaux font un travail considérable à saluer.

Un logiciel appelé «Omnibus» pose 164 questions auxquelles les autorités tunisiennes doivent répondre tout en justifiant leurs réponses par des pièces jointes justificatives, ce qui, selon notre interlocuteur, exclut toute tentative de maquillage des résultats car le logiciel «écrit son propre rapport selon les réponses fournies».
Notons que jusqu’à présent en Tunisie, il n’existe pas véritablement de loi qui criminalise la corruption dans le secteur privé, les montants de ceux-ci peuvent même (théoriquement) figurer dans le bilan et faire l’objet d’une déduction de l’assiette imposable.

Le paradoxe, c’est que seule la loi antiterroriste controversée semble à même de répondre à certaines exigences de la convention, notamment ce qui est relatif à la protection des témoins et à la lutte contre le blanchiment d’argent. Par ailleurs, les participants soulignent que la Tunisie obéit dans l’ensemble à la majorité des exigences de la convention, mais qu’elle ne dispose pas jusqu’à présent d’un système juridique cohérent permettant de lutter contre la corruption dans le secteur privé.

«Nous avons de très bonnes lois en Tunisie, mais pour des raisons diverses, nous disposons d’un système juridique dormant, au lieu de le redynamiser, je préconise son remplacement», nous dit Achref Aouadi.
Invité à cette rencontre, le ministre de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption, Abderrahmane Ladgham, a tenté de minimiser les accusations de corruption qui, selon certains, «se poursuivent bien après la révolution»,  en indiquant que «les contrats publics sont désormais étroitement surveillés et que grâce à de multiples restrictions informatiques, le système est verrouillé». Interpellé sur la question de l’exploitation du gaz de schiste, le ministre explique que l’affaire est bien plus compliquée que certains peuvent le penser. «Plusieurs lobbies du secteur énergétique de par le monde se disputent et tentent de se diaboliser mutuellement, certains défendent le nucléaire en accusant le gaz de schiste de tous les maux; mais de toutes les manières, soyez assurés qu’aucune autorisation ne sera délivrée tant que le caractère inoffensif de l’opération n’est pas certain», a-t-il dit.

Le président de la République provisoire, Dr Moncef Marzouki, a exprimé son indignation face au retard que connaît la Tunisie en matière de lutte contre la corruption, lors de son allocution d’ouverture du séminaire sur «La réforme du système de contrôle administratif et financier en Tunisie et l’activation de son rôle dans la lutte contre la corruption», organisé par le Haut comité de contrôle administratif et financier dans le cadre du projet «Lutte contre la corruption dans les pays arabes  » initié par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). «Je me sens indigné et même humilié de voir que nous avons régressé en matière de lutte contre la corruption, nous perdons des places dans le dernier classement effectué par Transprency International, nous n’avons pas  de révolution pour voir la Tunisie devenir encore plus corrompue», a-t-il dit d’une voix colérique.

Le président dit «comprendre la difficulté de l’entreprise et la délicatesse de la phase de transition démocratique» mais que «l’ouverture des dossiers de corruption devra constituer une des priorités».
«Mises  à part quelques restitutions de biens ayant appartenu au clan de l’ancien régime, il existe encore plusieurs problématiques relatives aux dossiers de corruption qu’il va falloir résoudre. Il est temps pour une réelle volonté politique dans ce domaine», a-t-il insisté. Ne s’arrêtant pas à la critique, le président de la République, qui fait de la lutte contre la corruption un de ses rares combats, formule un certain nombre de propositions qu’il souhaite voir se traduire dans la réalité. «Je propose qu’il y ait un appareil contrôleur unifié doté de indépendance ainsi que des prérogatives nécessaires pour pouvoir sévir, à l’instar de l’auto-saisine, et la légitimité de porter les dossiers de corruption devant la justice. Je propose également de renforcer le cadre législatif en matière de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite. Il faudra aussi être vigilant face aux sources de financement douteux des partis et des médias dans ce que j’appellerais la corruption démocratique», explique-t-il.

Ghazi Jribi, président du Haut comité de contrôle administratif et financier, rejoint la proposition du président de la République provisoire quant à l’unification du contrôle en un seul corps puissant (pour le moment, il existe trois  instances relevant du ministère des Finances, du Premier ministère et du ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières). D’ailleurs, selon Ghazi Jribi, un projet de loi concrétisant cette vision va être prochainement présentée aux députés. Plusieurs intervenants, et notamment lors du débat, ont évoqué les difficultés que rencontrent les contrôleurs au cours de leur travail. AbdelHamid Thabet, juge financier chargé de mission auprès du Haut comité de contrôle administratif et financier, explique que les contrôleurs doivent intervenir dans plus de 2.500 établissements publics chaque année. «Au vu de la difficulté de la tâche, j’appelle à doter les contrôleurs des moyens adéquats leur permettant de travailler dans des conditions respectables», dit-il. A la fin de ce séminaire, les intervenants ont émis  12 recommandations, parmi lesquelles la création d’un corps de contrôle unifié et le renforcement de sa complémentarité avec d’autres corps concernés par la lutte contre la corruption. Les recommandations seront portées devant la présidence de la République, au président de l’ANC et à la présidence du gouvernement.

7. PARTIS POLITIQUES

    Loi d’immunisation de la révolution, l’exercice d’équilibriste d’Ennahdha
    Source : http://www.tunisienumerique.com/tunisie-loi-dimmunisation-de-la-revolution-lexercice-dequilibriste-dennahdha/180899

    Les responsables d’Ennahdha semblent aux prises avec un sérieux dilemme quant à la passation ou non de la loi d’immunisation de la révolution. Cette hésitation est très probablement sous-tendue par les pressions que le mouvement est en train de subir de part et d’autre. En effet, plusieurs voix à l’intérieur du pays et à l’intérieur même de la coalition que préside Ennahdha maintiennent leur exigence de faire passer cette loi. Plusieurs voix à l’intérieur d’Ennahdha, elle-même, soutiennent aussi cette option. Il s’agit en fait des élus du parti qui se sont rendus compte que le temps passant et leurs couacs au gouvernement s’accumulant, ils sont en train de perdre du terrain, au niveau des régions, face au retour de quelques figures emblématiques de l’ancien régime. Dans ce cas, et dans le seul but de préserver leurs avantages en tant qu’élus, ils sont en train de mettre les bouchées doubles pour pousser leur hiérarchie à faire passer le projet de loi devant l’ANC, ils s’occuperaient alors de la valider au vote, même sans l’aval de leur parti.
    D’un autre côté, certaines voix à l’intérieur du pays, des voix avec lesquelles Ennahdha a été dans l’obligation de composer à une étape ou à une autre du processus, s’élèvent contre ce projet de loi qui risque de les éjecter de facto de la scène. Mais il y a, aussi, et surtout, les voix de plus en plus assourdissantes qui viennent de l’étranger et qui voient d’un mauvais œil cette loi, craignant qu’elle ne mène directement à un Etat de dictature. Ces voix ne sont autres que celles des bailleurs de fonds vitaux pour le gouvernement, et aussi celle du centre Carter, celui-là même qui avait cautionné la victoire d’Ennahdha aux dernières élections, et qui se permet de ce fait de leur rappeler leurs « engagements » de l’époque.

    La hiérarchie d’Ennahdha semble avoir trouvé la parade à cette situation équivoque, due essentiellement, à son double langage. Ainsi, on commence à prédire dans certaines sphères, qu’il y aura probablement une revue à la baisse de la liste des personnes concernées par le projet de loi. Une façon de ménager la chèvre et le chou.

    C’est quoi être «Destourien», aujourd’hui ?
    Source : http://www.letemps.com.tn/article-76695-02062013.html

    On parle beaucoup, en ce moment, « d’héritage » destourien qui ferait l’objet de convoitises de tous les prédateurs politiques sans exception. L’expression est quand même bien triste car lorsqu’on parle « d’héritage » c’est qu’il y a derrière un « défunt » et pour le cas de figure c’est un parti prestigieux qui n’est pas rien dans l’histoire politique de ce pays. C’est même l’une des plus grosses mécaniques jamais créée par l’accumulation de la pensée et de l’action réformistes bien avant Kheïreddine Pacha Attounsi et qui aura duré près de deux siècles.

    En fait, jusqu’à l’avènement de la Révolution et la chute de la dictature, ce parti était le doyen de ses homologues dans le monde arabe, et a contribué largement à sculpter « l’homme » et la société tunisienne par ce transfert de la manière d’être qui reste quand même dominante encore aujourd’hui.

    On pourrait toujours revenir à la sagesse de Paul Valéry et son « Regard sur le monde actuel », où il prédisait que « Nous autres civilisations savons que nous sommes mortelles », mais personne n’aurait imaginé que ce parti tomberait aussi facilement qu’un château de cartes. Maintenant, la structure est désintégrée par ce premier décret de mise à mort, mais le mouvement persiste et sommeille dans une grande partie de l’électorat qui refuse l’hégémonie d’une autre « manière d’être » de l’islamisme politique radical, en plus véhiculée par des corps étrangers à ce pays : Les prédicateurs (Douaât) d’Orient qui ont élu domicile dans ce pays au nom d’une nouvelle conquête (Fath) savourée et célébrée par le Cheikh Karadhaoui, en personne, sur la terre de Hannibal, d’Ibn Khaldoun, de Chebbi et de Tahar Haddad !

    Maintenant, les choses étant ce qu’elles sont devenues, y a-t-il un avenir possible à un parti « destourien » comme par le passé ! Je ne le pense pas, voici pourquoi. J’aimerais remonter à l’institutionnalisation du Néo-Destour en 1934 pour l’expliquer en me faisant aider par ce grand auteur politiste américain Right Mills et sa théorie des élites politiques sujet de son ouvrage clef « Elits and the Power ». Le maître divise les élites en deux catégories : Les « élites ascendantes » et les élites descendantes ou « déclassées ». Les premières sont celles qui aspirent au commandement politique, alors que les deuxièmes sont celles qui n’ont plus cette ambition mais continuent quand même à survivre avec l’espoir d’une intégration à une coalition dirigée par un parti dominant et ascendant.

    Bourguiba et ses pairs feu Bahri Guiga, Mahmoud Materi, Tahar Sfar, Slimane Ben Slimane et bien d’autres, réunis à Ksar Helal, ont impulsé l’action et la structuration de ce qui est appelé, désormais, le « vieux destour » vers l’option de l’ascendance. Les élites nouvelles en créant le néo-destour voulaient affirmer leur vocation d’élites qui aspirent au « commandement » et après des décades de luttes frontales avec le protectorat colonial, elles ont été portées au pouvoir de la 1ère République tunisienne. Aujourd’hui, les choses ont bien changé et de l’eau, beaucoup d’eau, a coulé sous les ponts de la Medjerda !

    L’ascendance a changé de camp et l’aspiration au « commandement » aussi. J’ai senti j’espère me tromper que le discours des anciennes élites destouriennes qui étaient en charge du gouvernement réagissent comme par dépit d’amour propre blessé et par volonté « conservatrice » des anciennes positions plutôt que de remettre à nouveau le « destour » dans une trajectoire de « pôle ascendant ».

    Comme on dit, en football, malheureusement, « le destin de l’équipe perdante n’est plus entre ses mains… ». L’ascendance et l’ambition ardente du « commandement » sur, le long terme, et par tous les moyens, se trouve maintenant, du côté des islamistes et de leur pôle au gouvernement : La Nahdha. Par conséquent, s’inscrire dans une perspective « d’alliance » en position minoritaire, avec la centrale islamiste, c’est reconnaître son nouveau statut de formation « périphérique » déclassée. La Troïka en est la démonstration la plus frappante.

    Reste « Nida Tounès ». A notre humble avis, c’est la seule formation proche du « modèle » - bourguibien – qui a osé s’affirmer comme pôle qui aspire au commandement politique parce qu’il a intégré en son sein des élites ascendantes de la gauche et du centre démocratique et libéral et qui étaient marginalisées voire même réprimées par l’establishment de l’ancien régime surtout du temps de Ben Ali.

    M.Béji Caïd Essebsi qui ne cache pas son admiration pour le « Zaïem Al Jalil » Bourguiba qu’il considère comme son père spirituel est allé puiser à Ksar Helal, l’inspiration et la voie de son nouveau parti qui aspire au commandement sans être « destourien » à 100%. La combinaison entre la gauche, le centre démocratique et la droite libérale progressiste semble parfaitement réussir et les sondages sont là pour le dire. Reste à le confirmer aux prochaines élections.

    Finalement le vieux routier a su puiser dans le véritable testament de Bourguiba : une modernité en harmonie avec notre identité musulmane, une alliance heureuse entre le monde ouvrier et du travail avec les forces de production et la bourgeoisie nationale en un mont toute l’alchimie qui a fait la transcendance du mouvement national tunisien à deux têtes : Bourguiba et Farhat Hached. A méditer, en se posant enfin, une question de taille : pourquoi s’acharne-t-on à vouloir décapiter par tous les moyens « Nida Tounès ». Non, le destour ne doit pas finir comme le Wafd en Egypte ! Il peut encore inspirer bien des générations.

Les dirigeants d'Ennahdha «ont décidé de placer les intérêts de leur parti en tête de liste de leurs priorités», explique Béji Caïd Essebsi dans une interview au magazine britannique ''The Economist''. Et se dit pessimiste au sujet de la Tunisie. Traduit de l'anglais par Moncef Dhambri

Béji Caïd Essebsi (BCE) vient de frapper un grand coup médiatique, avec une interview dans le très respecté hebdomadaire britannique ''The Economist'' (TE)* dans laquelle il passe en revue la situation en Tunisie du 14 janvier, la très mauvaise gestion nahdhaouie des affaires du pays, les chances de réussite du Printemps arabe, les forces de Nida Tounes, ce qui sépare son parti d'Ennahdha, la menace salafiste et sa carrière politique, sous le régime de Bourguiba.

TE, dans un chapeau introductif, rappelle que BCE a été forcé à la retraite politique sous Ben Ali, qu'il a été appelé à la rescousse, 6 semaines après la Révolution, et qu'il a été le maître d'œuvre de la transition tranquille jusqu'aux élections du 23 octobre 2011, le scrutin qui a permis à Ennahdha d'accéder au pouvoir.

Désormais, selon TE, son parti, Nida Tounes, fait jeu égal avec les «islamo-démocrates» et BCE, à 86 ans, n'entend pas se dérober à la responsabilité d'être candidat à la présidence de la république... et d'offrir au pays la chance de la véritable révolution, avec son progressisme et sa modernité.

''The Economist'' : Quelle évaluation faites-vous du bilan de l'actuel gouvernement d'Ennahdha?
Béji Caïd Essebsi : L'équipe qui dirige actuellement le pays est entrain de mal gérer l'économie. Les problèmes du chômage, de la pauvreté et de la marginalisation étaient là, bien sûr, avant qu'ils n'arrivent au pouvoir; mais ils n'y ont rien fait. Ils ont décidé de placer les intérêts de leur parti en tête de liste de leurs priorités. Alors que nous, nous accorderions la priorité aux intérêts de la nation.

Le premier gouvernement d'Ennahdha, sous la conduite de Hamadi Jébali (l'ancien Premier ministre et l'actuel secrétaire général du parti islamiste au pouvoir), formé en décembre 2011, comprenait 24 ministres. Les Nahdhaouis ont choisi d'accorder des faveurs à leurs compagnons de route – ces gens, on ne peut pas le nier, ont beaucoup souffert dans les prisons de l'ancien régime, mais ceci ne saurait tout justifier. Entretemps, les communautés de l'intérieur du pays avaient un besoin pressant de savoir que l'on s'intéressait à elles, que l'on se préoccupait de leurs soucis. L'on se devait d'aller les voir et de leur parler. Elles avaient besoin d'être impliquées dans le processus de prise de décision. Et cela n'a pas été le cas (sous les deux gouvernements de la Troïka).

Quelle est la portée de la révolution tunisienne dans son environnement régional?

La Tunisie est peut-être le seul pays dans le monde arabe où la transition démocratique peut réussir – vous avez bien remarqué que j'ai dit ''peut réussir'', et non pas ''réussira''. Nous avons en notre possession tous les ingrédients pour réussir cette construction de la démocratie: l'éducation, la libération de la femme, la réforme sociale, le droit à la santé. Nous avons eu tout cela depuis une cinquantaine d'années. Ce dont nous avons besoin, c'est uniquement un soutien économique.

Seriez-vous, donc, pessimistes pour les autres pays arabes?

Tout à fait. Au sommet du G8 de Deauville, en mai 2011, les organisateurs disaient qu'ils se réunissaient «pour le Printemps arabe» et ils nous avaient invités, avec l'Egypte. C'est ainsi que le G8 a initié l'idée du Printemps arabe. C'est la France qui a créé cette idée. J'ai déclaré, lors de ce sommet de Deauville – malheureusement, ces propos n'ont pas été publiés – qu'«il n'y a pas de Printemps arabe. Ce que nous avons en Tunisie, ce sont tout simplement les débuts de ce qui pourrait devenir un printemps arabe».

Je suis également pessimiste au sujet de la Tunisie. Tant que nous n'avons pas mis en place les mécanismes nécessaires au contrôle de l'exercice du pouvoir, nous risquerons de retomber dans le piège de l'autoritarisme. Prenez le cas d'Habib Bourguiba. Vous ne trouverez jamais un homme aussi exceptionnel que lui. Pourtant, étant donné qu'il n'y avait pas de système de supervision ou de contrôle, la Tunisie s'était trouvée prise au piège d'un système où le pouvoir présidentiel n'est soumis à aucun contrôle.

Aujourd'hui, en Tunisie, nous avons une assemblée souveraine (élue le 23 octobre 2011) – ce qui est une chose merveilleuse –, mais en l'absence de mécanismes pour la superviser, telle qu'une cour constitutionnelle, nous pourrions facilement tomber sous le joug d'une dictature de cette assemblée.

Que représente votre parti de Nida Tounes?

Dans Nida Tounes, vous trouvez des syndicalistes, des Destouriens, des indépendants et des gens de gauche. Nous tentons de faire travailler ensemble toutes ces personnes. Nous souhaitons construire un Etat moderne pour le 21e siècle. Ennahdha, pour sa part, souhaite mettre en place une société essentiellement religieuse qui serait plus ou moins forte – cela dépendra de la réussite ou non d'Ennahdha à imposer ses idées. Autrement, comment pouvez-vous expliquer le fait que l'on n'ait toujours pas de constitution? Tout simplement, c'est parce qu'Ennahdha tente d'introduire dans le texte plus de détails religieux que la société ne peut accepter.

Quel problème les groupes salafistes représentent-ils?

Non, ce ne sont pas eux qui posent problème. Soyons clairs: ce qui pose problème, c'est la manière dont vous les traitez. Si vous avez affaire à des gens qui ne respectent pas la loi et que vous les laissez faire, c'est vous (le gouvernement) qui êtes responsable. Ennahdha a toléré ce type de comportement, tout simplement, parce que les uns et les autres appartiennent à la même famille idéologique. C'est tout simplement une affaire de différence de degré entre eux, ni plus ni moins. Tant que les salafistes ne recourent pas à l'usage de la violence, ils sont dans leurs pleins droits.

Vous aviez occupé de hautes responsabilités au sein du ministère de l'Intérieur pendant treize années, sous le régime du président Habib Bourguiba, y compris durant les années de la répression des gens de la gauche et d'autres personnes dissidentes. Comment voyez-vous les choses aujourd'hui?

C'était une autre époque. N'oubliez pas que nous avions été engagés dans un combat pour l'indépendance. La construction de l'Etat moderne était une lutte de tous les instants. La question des droits de l'Homme n'existait pas en ces temps-là et il n'y avait pas de lois pour protéger les droits humains. Quoi qu'il en soit, d'après la loi tunisienne, il y a prescription. Un non-lieu a été prononcé dans tous les procès qui ont été intentés contre moi, au lendemain de la Révolution, parce que tous les dossiers étaient vides.

Etiez-vous au courant des abus commis dans les prisons et autres centres de détention?

Un responsable opère au sein d'une équipe, avec ses institutions et des départements gouvernementaux. Il y avait, il est vrai, quelques dérapages, mais nous n'appartenions pas aux mêmes sensibilités que nous avons aujourd'hui, avec ces idées sur les droits humains. Techniquement, la police est sous l'autorité du ministre de l'Intérieur alors que, dans la pratique, elle est dirigée par d'autres structures, n'est-ce pas? J'étais à la tête du ministère de l'Intérieur de 1965 à 1969, ainsi, je ne peux pas être tenu responsable de ce qui s'est passé avant ou après ces dates. Un ministre ne peut être le Soleil.

8. DROITS HUMAINS

    Human Rights Watch met en garde contre la loi antiterroriste
    Source :http://www.lapresse.tn/01062013/68061/human-rights-watch-met-en-garde-contre-la-loi-antiterroriste.html

 L’organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé, dans une lettre adressée aux membres de l’Assemblée nationale constituante, le législateur tunisien à réviser la loi antiterroriste de 2003 qui «risque de porter atteinte aux droits de l’Homme». «Cette loi utilise une définition trop large et trop vague du terrorisme et de l’incitation au terrorisme, et porte atteinte aux droits de la défense», déclare HRW.

Et d’ajouter: «les procureurs ne devraient inculper personne en vertu de cette loi tant qu’elle n’a pas été amendée pour s’aligner sur les obligations de la Tunisie vis-à-vis des droits de l’Homme».
«Les autorités tunisiennes devraient immédiatement cesser d’appliquer une loi anti-terrorisme que Ben Ali utilisait pour décapiter toute forme de dissidence», a, de son côté, déclaré le Directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord de l’organisation. Il a ajouté que les autorités tunisiennes et les législateurs devraient réviser cette «vieille loi si discréditée» pour s’assurer qu’elle cible réellement des actes terroristes et qu’elle ne viole le droit de personne. Le ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, Samir Dilou, a indiqué, jeudi à l’ouverture d’un symposium sur la Lutte contre le terrorisme et le respect des droits de l’Homme, que la commission chargée de réexaminer la loi 2003 sur la lutte contre le terrorisme penchait, en principe, vers l’élaboration d’un nouveau texte qui soit «en conformité avec les standards internationaux en matière de droits de l’Homme».

9. DROITS DES FEMMES

    Tunisian court sentences femen topless protesters to four months in prison
    Source : http://www.tunisia-live.net/2013/06/12/tunisian-court-sentences-femen-topless-protesters-to-four-months-in-prison/

    The three European Femen activists who a staged a topless protest in Tunis last month were convicted this afternoon and sentenced to a four-month imprisonment for “offending public decency and threatening pubic order.”Two of these Femen activists are French and were identified by Femen as Pauline Hillier and Marguerite Stern. The third is a German named Josephine Markmann.
    The activists’ trial today was a resumption of one that began last week. They were arrested after staging a topless protest in front of Tunisia’s Palace of Justice courthouse on May 29 in support of Tunisian Femen activist Amina Sboui, who was at the time charged with carrying an “incendiary object.” Femen activists in Spain, France, and Turkey have staged a series of topless protests in front of Tunisian embassies and consulates in support of Sboui.
    Amina Sboui, also known as Amina Tyler, was the first Tunisian to post topless pictures of herself online as part of the Femen campaign. She was arrested in the city of Kairouan last month after painting the word “Femen” on the wall of a cemetery. Amina was convicted of possessing an illegal gas spray and was fined. She still faces serious charges of offending public decency, forming an accord with Femen, and desecrating a cemetery.

    Procès des Femen : la France hausse le ton
    Source : http://www.tunisienumerique.com/tunisie-proces-des-femen-la-france-hausse-le-ton/181080

    « Paris ne peut que regretter la sévérité de la peine rendue mercredi par la justice tunisienne à l’encontre de trois activistes européennes du groupe Femen, dont deux Françaises, condamnées à quatre mois de prison ferme pour avoir manifesté seins nus à Tunis. Alors que nous espérions une mesure de clémence, nous ne pouvons que regretter la sévérité de cette peine »
    C’est par ce communiqué bref et sec, publié par AFP, que le ministère français des affaires étrangères a commenté le verdict qui vient de tomber contre les femen jugées en Tunisie, dont deux sont de nationalité française. La France tenait, donc, non seulement, à affirmer ses regrets, mais aussi à témoigner de son étonnement de la réponse tunisienne à la requête de clémence émise auparavant par Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a elle aussi regretté «  la sévérité de la justice tunisienne », et précisé que les deux militantes françaises continueraient à bénéficier de la protection consulaire en Tunisie. Une façon à la limite de la diplomatie du discours pour dire que la France prend désormais le parti de ses ressortissantes, contre (donc obligatoirement) le gouvernement tunisien.
    Les avocats des Femen, Patrick Klugman et Yvan Terel, ont eux aussi, exprimé leur « consternation » et précisé que leurs clientes feraient appel. Ils ont également promis de renforcer la mobilisation internationale, faisant allusion à la visite prévue de François Hollande, à Tunis début juillet. Bref, les évènements commencent à prendre une tournure d’incident diplomatique, et laissent présager de sérieux remous dans les relations entre les deux pays. Chose qui ferait certainement le bonheur de quelques-uns qui ont toujours rêvé de « casser » les liens de la Tunisie avec son environnement méditerranéen pour  l’orienter vers le marché du golfe.

    Les Femen arrêtées devant le palais de Justice, deux Françaises et une Allemande
    Source : http://www.tuniscope.com/index.php/article/26062/actualites/tunisie/femen-411012#.UaXZhUBFWAh

FEMEN vient de mener une action mercredi 29 mai 2013 à Tunis, devant le palais de Justice, pour demander la libération immédiate d'Amina, première FEMEN Tunisienne. Les trois sextrémistes (deux Françaises et une Allemande) sont en état d'arrestation. Suite à cette operation et à une confusion devant le palais de jusitce, les trois femmes ont été interpellées par la police. A rappeler que l’audience consacrée à l’affaire de la jeune Amina de Femen Tunisie, arrêtée à Kairouan dimanche 19 mai, se tiendra jeudi 30 mai 2013. Hier, le mouvement Femen a posté sur sa page facebook : 'L'héroïne Amina est toujours en prison. FEMEN prévient tous ses ennemis que la guerre continue et que les femmes vont gagner. LIBERTE POUR AMINA !' FEMEN vient de mener une action à Tunis, devant le palais de Justice, pour demander la libération immédiate d'Amina, première FEMEN Tunisienne. Les trois Femen, deux Françaises et une Allemande sont en état d'arrestation. Plus d'informations à venir.

Le printemps s’achève en queue de poisson pour les hôteliers. Peinant à conjurer l’ascension des groupuscules salafistes, un nouveau coup de massue est venu s’abattre sur l’horizon terne du tourisme tunisien. L’expulsion d’une touriste ukrainienne ne manquera certainement  pas d’alimenter le scepticisme des touristes. Ayant des soupçons sur l’appartenance d’une ukrainienne au mouvement féministe « Femen » et  qui était sur le point de rejoindre l’hôtel « Le  Sultan » à Hammamet  pour y passer ses vacances,  les autorités tunisiennes l’ont refoulée aujourd’hui aux frontières. Contactée par «Tunisie Numérique», la directrice de l’hôtel, Mouna Ben Hlima,  nous a confirmé l’information. Elle a indiqué que la cliente a réservé son séjour en toute légalité et d’après les règles convenues précisant que cette dernière s’apprêtait  à rejoindre son ami. Mouna Ben Hlima a,  par ailleurs, reproché aux autorités concernées de ne pas avoir vérifié au préalable avec l’hôtel. Elle s’est indignée contre une « aberration » qui fera probablement les choux gras des destinations concurrentes. Alors que le gouvernement islamiste se défend régulièrement de vouloir remettre en cause les droits des femmes, une seule question nous taraude l’esprit à l’approche de la saison estivale. Sachant que la vision des seins nus n’est nullement étrangère aux plages tunisiennes, le gouvernement procèdera- t-il cet été à l’expulsion de toutes les touristes étrangères ?

10. DIVERS

    «Les salafistes? Ils n’ont qu’à dénoncer le terrorisme» : Interview de Noureddine Bhiri
    Source : http://www.letemps.com.tn/article-76768.html

    «Nous nous engageons à organiser les élections avant la fin 2013 et nous nous plierons à la loi des urnes» : On dit qu’il est un super-ministre, sinon carrément Ali Laâryaedh bis. Il s’en défend et se considère comme étant un soldat dévoué à la cause de l’Etat et sur un pied d’égalité avec ses autres collègues du gouvernement. Bien entendu en tant que ministre, ou du moins dans son action de ministre, il veut paraître équidistant vis-à-vis de son parti Ennahdha dont « Majless Choura » l’avait pourtant indiqué comme successeur de Hamadi Jebali.

    Dans l’interview qui suit, même s’il se défend d’être le ministre des dossiers chauds, Noureddine Bhiri a parlé, sous un angle quelque part idéologique et moyennant beaucoup de vœux pieux de la complexité de la situation actuelle : depuis l’insécurité et les événements du Mont Chaâmbi, jusqu’au caractère non encore bien défini et bien épluché du dossier des martyrs et blessés de la Révolution ; dossier indexé à celui des indemnisations en faveur des bénéficiaires de l’Amnistie générale, et, bien sûr, des prochaines élections dont il affirme qu’elles se dérouleront bien avant la fin de l’année 2013, et que le gouvernement – entendez par là la Troïka – se pliera à la loi des urnes quel qu’en soit le vainqueur. Quelque part, il s’exprime aussi avec les accents du défi serein quand il affirme que tous les partis ont le droit d’exister, quelles qu’en soient les connotations idéologiques et indirectement il a la conviction que les Salafistes en font partie à condition de répondre clairement à la mise en demeure que leur a adressée le chef du gouvernement quant à leur position vis-à-vis du terrorisme

    Le Temps : Vous avez été désigné ministre auprès du chef du gouvernement et les analystes disent que vous êtes chargé des dossiers chauds. En fait selon les observateurs vous concentrez trop de pouvoirs et êtes pour ainsi dire «  un super-ministre ». Pouvez-vous nous donner des éclairages  à  ce niveau ?
    Noureddine Bhiri : Ce que vous dites là me surprend. Car il faut tenir compte de certains paramètres incontournables.

    - D’abord ce gouvernement fait un travail collégial et dans l’esprit d’une équipe complémentaire. Autant chaque ministre se consacre à la tâche qui lui est assignée conformément à la loi et dans le cadre de ses prérogatives, autant il recherche une complémentarité et une symbiose avec ses  collègues dans la quête d’une complémentarité nécessaire, se basant sur les priorités de ce gouvernement et dans le cadre de l’application des résolutions des Conseils des ministres

    - Ensuite un impératif qui préside à l’esprit de ce gouvernement : autant il y a ciblage des compétences autant l’esprit d’équipe doit prédominer. Il y a certes des diversités. Mais toutes se fondent dans le monde gouvernemental.

    - Enfin la nécessaire prise de connaissance de la situation délicate que vit le pays. Il faut dès lors se placer au-dessus des considérations partisanes car il s’agit de trouver des solutions aux problèmes chauds, comme vous dites. Les décisions  sont prises en toute collégialité. Il n’existe pas, de ce fait, de ministre pour les dossiers chauds  et d’autres pour les dossiers faciles. La spécificité de ce gouvernement consiste dans le travail d’équipe, loin de tout vedettariat et du culte de l’égo personnel. Et contrairement à ce que d’aucuns prétendent je fais partie de cette égalité, sur un pied d’égalité avec mes collègues ; je ne suis donc pas le super-ministre car j’agis dans une équipe complémentaire, pour le bien de la Tunisie.

    Le chef du gouvernement vient de mettre les Salafistes au pied du mur les acculant à se prononcer sur le terrorisme. Croyez-vous réellement qu’ils vont s’y conformer ?

    - D’abord je tiens à préciser que la Tunisie post-révolution appartient à tous les Tunisiens, sans exclusion aucune, et quelles que soient  leurs positions vis-à-vis de ce gouvernement. Nous tenons à préserver les acquis de cette révolution en respectant le droit à la liberté de conscience, la liberté d’expression, la liberté du culte conformément aux lois en vigueur. Chaque Tunisien ( de droite, de centre, de gauche et quelle que soit sa coloration politiqu)e est libre de s’exprimer et de s’affirmer tout en se conformant aux valeurs civilisationnelles et bien ancrées dans notre pays et à condition aussi de ne pas mettre en péril l’avenir du peuple et du pays. Tous ceux qui ne se conforment pas à ces règles civilisationnelles et à ces principes de cohabitation ou qui portent atteinte à la vie ou aux biens de leurs concitoyens exerçant des violences contre la liberté du culte et cherchant à se substituer  aux institutions fortes, quoique l’on en dise de l’Etat, eh bien ceux-là se mettent en travers de la loi et seront punis pour leurs méfaits et l’outrage exercé à l’encontre du peuple et du pays en général. Le chef du gouvernement a été clair à ce propos : pas question de mettre en équation les libertés individuelles et de faire preuve de laxisme face aux débordements de la violence. Toute violation de la loi sera réprimandée quelle que soit l’identité de ceux qui en sont les auteurs. L’assassinat des gens selon les lubies du « Takfir » et les actions de violence visant les hommes de la sécurité nationale et les militaires ainsi que le trafic d’armes, font partie du répertoire des actions terroristes. Leurs instigateurs, ainsi que leurs complices ne peuvent donc être répertoriés que comme terroristes et leurs crimes ne peuvent être avalisés par aucune religion ni par la morale. Le devoir de ce gouvernement qui a la charge de la sécurité du pays est de mettre un terme à leurs actions et à leurs plans maléfiques. C’est son devoir et les Tunisiens sont  en droit de l’interpeller sur cette question. Le Chef du gouvernement a été clair quand il a mis l’accent avec clarté et sans ambages sur la nécessité de redoubler d’efforts pour faire face à ce fléau et tout cela bien sûr dans le cadre de la loi. Le gouvernement et les institutions se font forts de préserver les valeurs de la Révolution. Il n’y a guère de place au laxisme devant la nécessité impérieuse de protéger les citoyens et leurs biens et l’intégrité territoriale. Son devoir est de contrer tous ceux qui brandissent les armes contre le peuple. C’est comme pour les arbres de mauvaises graines : il faut les éradiquer à leurs racines.

    Nous ne sommes ni contre les Salafistes, ni contre les gens de gauche et encore moins contre les communistes. Sauf qu’ils sont assujettis aux droits et aux devoirs présidant aux rapports au sein de la communauté nationale. Bien plus, il faut les préserver contre les opportunistes et les intrus qui se retournent aussitôt contre eux. Le gouvernement a la charge d’assurer la paix et la citoyenneté. Et celui qui se révolte contre l’Etat pour tuer son prochain et atteindre à ses biens ainsi, qu’aux institutions n’a qu’à assumer les conséquences de ses actes.

    L’exaspération gagne la population tunisienne avec l’éternisation  des événements du Mont Chaâmbi et beaucoup parmi nos concitoyens pensent que notre système sécuritaire n’est pas efficient
    - Nous comprenons ces inquiétudes après ce qui s’est produit au Chaâmbi surtout que les Tunisiens sont profondément pacifistes et n’ont guère l’habitude de ce genre d’actes. Et d’ailleurs je vous informe  que bien de familles d’éléments impliqués sont tout aussi inquiétées. Elles sont surprises parce qu’elles n’ont pas éduqué leurs enfants à la violence et croyaient que le dérivatif religieux pouvait les détourner de la délinquance. Sauf que le petit nombre de ces «  terroristes » et leur isolement, même par rapport aux Salafistes, en font des éléments disparates. Ceux-ci ne sauraient donc être pris pour référence. Je loue à cet effet les efforts de l’armée nationale dans la chasse à ces éléments et la manière de resserrer l’étau autour d’eux. D’ailleurs les régions avoisinantes du Mont Chaâmbi continuent de mener une vie laborieuse et normale. Le peuple refuse ces actes et le courage des forces de sécurité et de l’armée, leur sens du sacrifice et l’amour qu’ils vouent à la partie constituent autant de signes forts pour rasséréner nos concitoyens. L’inquiétude  que connaît le peuple n’est donc que conjoncturelle et nous louons Dieu pour l’immunité et l’intégrité de notre pays contre ce fléau. La Tunisie jouit en effet d’une situation sécuritaire meilleure à celle de bien d’autres pays. Nous comptons par ailleurs  sur l’appui de nos voisins qui savent parfaitement que les événements du Chaâmbi ne représentent qu’une parenthèse. Il n’empêche nous en tirons d’ores et déjà les enseignements nécessaires. Prions Dieu d’accueillir les martyrs en Son Infinie Miséricorde et nous comptons aussi sur le sens de discernement de nos concitoyens pour prêcher la bonne parole et dissuader ceux qui sont tentés par ces dérives.

    L’indexation du dossier des martyrs et blessés et autres blessés de la Révolution, à celui des bénéficiaires de l’Amnistie générale ne risque-t-elle pas de créer des confusions ou plutôt des alourdissements budgétaires. Et où ira-t-on puiser ces fonds?

    - Rendre justice aux martyrs et blessés du régime déchu fait partie des objectifs et des priorités de cette Révolution. Rendre grâce aux familles des martyrs et aux blessés est un minimum de la part du peuple tunisien. C’est une chose naturelle car, de tout temps, les peuples vénèrent leurs martyrs. Les avances-servies en guise de compensation aux familles des martyrs et ce qui doit être alloué aux bénéficiaires de l’amnistie générale n’ont pas de prix. C’est une reconnaissance symbolique des sacrifices consentis et cela tend  à valoriser leur rôle dans la réalisation de cette glorieuse Révolution. Pour eux la Tunisie est au-dessus de tout calcul. Et tous considèrent que, c’est là un devoir et se limitent à ce qui a été établi par les institutions de l’Etat dans les gouvernements successifs depuis la Révolution, et ce, sans abus ni surenchère. Je vous dirais même que bien des familles des martyrs et des blessés ont exprimé le désir de ne pas bénéficier de ces indemnités par amour pour la Tunisie. Ce qui est sûr c’est que les études successives de ce dossier dans son avancement garantissent un seuil minima de vie décente pour tous, sous un angle strictement égalitaire avec des garanties de soins pour les blessés de la Révolution et les bénéficiaires de l’Amnistie générale. On compte alimenter certains comptes personnels grâce aux dons de ceux qui en consentent tout en préservant les équilibres budgétaires. Le mérite du traitement de ces dossiers, complexes revient aux familles et à tous ceux qui se sont consacrés à éplucher ces dossiers dans les moindres détails colmatant les brèches et palliant les insuffisances comme pour ce qui est des martyrs et blessés du Bassin minier. Nous sommes déterminés à restituer leur dignité  et toute la considération dues à ceux qui ont fourni des sacrifices tout en les assurant du soutien de l’actuel gouvernement. Ils méritent même des excuses solennelles pour les outrages subis sous l’ancien régime. Le sang versé pour la lutte contre la dictature aussi bien par les Youssefistes, les syndicalistes, les communistes, les libéraux, les hommes et femmes des médias et hommes et femmes de la culture, mérite tout notre respect et même notre dévotion.

    Nous y tenons parce que la Justice transitionnelle est une priorité pour ce gouvernement. Nous leur assurerons leurs droits tout en poursuivant en justice leurs tortionnaires pour le mal qu’ils leur ont causé. Pour cela il faut assurer une vie décente pour tous. La réussite de cette Révolution dépend de son aptitude à rendre grâce aux victimes. Nous sommes conscients de l’importance de cette question. Et nous ne ménagerons aucun effort pour réaliser cet objectif égalitaire pour la justice et l’équité. Il est en effet impératif de revaloriser les sacrifices pour le peuple et pour le pays. Ce gouvernement qui s’attèle à réalisation des objectifs de la Révolution ne peut se détourner des martyrs et des blessés de la Révolution. Cela n’a strictement rien à voir avec les calculs budgétaires et les pesanteurs conjoncturelles et électorales. C’est une question d’avenir. aucune Révolution ne pourra s’accomplir si elle ignore ceux qui ont versé leur sang pour elle. Aucune dignité n’est possible si l’on fait abstraction des sacrifices consentis pour elle. Car il faut aussi entretenir la flamme du sens du sacrifice et ses principes. Nous espérons de ce fait que tous les partis et toutes les organisations nationales nous soutiendront pour mener à bon port  ce dossier, loin des enjeux électoraux et des considérations partisanes et sectaires, car nous n’avons nulle intention d’instrumentaliser ce dossier.

    •Les nouvelles du Bassin minier ne sont plus aussi catastrophiques qu’elles ne l’étaient ces derniers temps. Il y a une reprise de la production. Que prévoit le gouvernement comme garde-fous pour que les dissensions paralysantes de ces dernières années soient définitivement aplanies?

    -On ne pourra parler du Bassin Minier sans parler de son passé récent. Cette région était marginalisée et la production du phosphate fut victime d’une série de politique malveillantes ayant conduit à des catastrophes environnementales. Il ne faut pas oublier que ces politiques successives lors des années 90, sous prétexte de mise à niveau ont conduit à la déstructuration du Bassin Minier ainsi qu’à celle du Groupe chimique. Il est normal que la situation d’insécurité qu’a vécue le pays ait généré des bouleversements dans ce secteur vital avec son cortège de déséquilibres ( 20.000 chômeurs) et il fallait que la position du gouvernement soit en harmonie avec celles du syndicat et de la société civile. On prend donc acte du danger que fait courir l’arrêt de la production du Bassin Minier  pour des milliers d’employés et pour d’autres entreprises nationales. Ces dernières années (après la Révolution) le pays a perdu 20.000 millions de dinars à cause du manque de production et de transport. La société Sfax-Gafsa, la SNCFT, le Groupe chimique et d’autres entreprises ont été lésées et ont accusé un manque à gagner considérable. Il nous faut donc y remédier et rattraper le temps perdu. Car le retour de la production à Sfax-Gafsa ouvre de nouvelles perspectives de croissance dans les régions limitrophes et  à l’octroi de nouveaux postes d’emploi, car il faut de la création de richesses et de la croissance pour assurer l’emploi.

    Le retour de l’activité au Bassin Minier et à Gabès est un message fort à l’intention des investisseurs étrangers et nationaux. Les projets sont importants et à même de résorber le chômage. Sauf que le capital a besoin de sécurité pour qu’il puisse être fructifié. Les projets de développement prévus dans les budgets 2012-2013 sont inédits : rien que pour 2012, le chiffre alloué pour la première fois de l’Histoire de la Tunisie est de 6400 millions de dinars. Mais ceci nécessite aussi une infrastructure viable : des routes, des puits et le concours des promoteurs pour la construction de logements, d’écoles, d’hôpitaux et, bien sûr, le transport. Les investisseurs étrangers ou nationaux ne s’aventureront pas dans des projets alors que, par ailleurs, l’administration est paralysée et que les responsables régionaux passent leur temps à briser les sit-in et à rouvrir les routes bloquées ainsi que les voies ferrées. Nous disons aux habitants du Bassin minier que leurs revendications sont légitimes. Mais obstruer la production et barrer les routes ne permettront pas la création d’emplois. La sagesse ne tolère pas qu’on détruise son édifice de ses propres mains. Nous sommes convaincus que la lutte contre le chômage et les aspirations à une vie décente sont un droit absolu. Nous partageons les inquiétudes des enfants du Bassin Minier, des Gabès, de Skhira et de Sfax. Et nous ferons tout pour remédier aux situations délétères héritées du régime déchu. Notre ambition est de voir la Tunisie prospérer tout en l’assurant des moyens de sa croissance, de l’infrastructure nécessaire et en revalorisant les PME et les PMI, véritables moteurs de la vie entrepreneuriale. 
       
    Car finalement, pour revenir au tableau sombre de ces derniers temps, peut-on exiger de l’emploi et en même temps détruire l’infrastructure et refuser de nettoyer la plage du phosphogypse et refuser son transfert dans d’autres régions, pourtant selon les critères internationaux ? Nous comprenons le manque de confiance de certains en la crédibilité de l’Etat. Mais nous demeurons optimistes et croyons toujours en leur sens de la mesure et en l’amour pour leur patrie. Notre souci majeur, en définitive reste la transparence pour trouver des solutions à ces problèmes car, il n’existe guère de problème qui ne requiert solution.

    La question que se posent tous les Tunisiens : Y aura-t-il des élections avant la fin de l’année comme vous l’avez-vous-même, affirmé ?

    - Ce choix l’a affirmé le Chef du Gouvernement devant la Constituante le jour du vote de confiance. Notre pays a besoin d’un consensus national qui enfante une constitution pour tous les Tunisiens autour des choix nationaux consensuels et qui nous conduiront vers des élections législative et présidentielle dans un délai n’allant pas au-delà de 2013. Nous devons assurer les réquisits sociaux économiques et logistiques pour que ces élections se déroulent dans les délais et posent le socle d’une démocratie réelle avec des garanties d’alternance pacifique pour le pouvoir. Le Dialogue national a accouché d’accords que je définirais d’historiques. Il s’agissait surtout, avec l’accord sur les structures constitutionnelles et institutionnelles, de refléter l’ambition du peuple tunisien et raffermir sa capacité à transcender les luttes partisanes et l’endoctrinement idéologique. La plate-forme de dialogue avec l’UGTT, les autres organisations et tous les corps sectoriels de métiers, ainsi que l’implication de la société civile  sont à même de favoriser l’ouverture des partis et le droit à la différence. Cela nous rassure quant à l’avenir du pays, un pays représentatif de tous les courants et au-dessus des calculs partisans et sectaires. Nous prônons dès lors une politique participative pour générer un consensus autour des priorités que nous nous sommes assigné : la sécurité, la lutte contre l’inflation, la lutte contre l’évasion des produits, la réalisation des projets programmés et la concrétisation de la Justice transitionnelle pour que chacun recouvre ses droits.

    Il faut donc aplanir toutes ces difficultés et sommes déterminés comme gouvernement (je le dis encore) à mener à bon port ces élections dans les délais impartis, en assurer le succès et à nous conformer à la loi des urnes quel qu’en soit le vainqueur. Nous continuerons donc à travailler selon des normes saines aussi bien politiques qu’éthiques. Nous nous attèlerons à protéger les institutions du pays jusqu'à ce que nous consignions le flambeau à ceux que le peuple aura choisi. Dès lors nous ne tolérons pas qu’on porte atteinte à ce processus. Nous n’alourdirons pas l’administration avec des recrues de dernière minute ou des promotions anarchiques. Nous nous comporterons, même vis-à-vis de nos irréductibles adversaires en toute loyauté et en toute fraternité. Le peuple nous a élus pour assurer cette phase historique de la Tunisie. Nous serons à la hauteur et serons dignes de sa confiance. Et donc en conformité avec les idéaux et les principes de la démocratie les élections se dérouleront avant la fin de l’année 2013 et nous nous plierons au verdict des urnes.