Retour

Nouveaux rapports sur le racisme et la discrimination au Danemark et en Serbie

Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) Strasbourg 16 mai 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
© Shutterstock

© Shutterstock

La commission du Conseil de l’Europe pour la lutte contre la discrimination, la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), publie aujourd’hui de nouveaux rapports sur le Danemark et la Serbie. Ces deux pays ont connu quelques avancées, mais le respect des recommandations formulées par l’ECRI laisse encore beaucoup à désirer.

Au Danemark, l’ECRI a salué le soutien accordé par les autorités aux organisations de la société civile qui œuvrent en faveur de l’intégration, l’accroissement de la diversité des membres de la police grâce au recrutement d’un plus grand nombre d’agents issus de minorités ethniques et les mesures prises pour remédier à la marginalisation sociale des membres de la communauté groenlandaise.  Mais le non-respect des recommandations antérieures formulées au sujet des réfugiés, du fait du récent durcissement des dispositions applicables au recrutement familial, reste préoccupant. Le discours de haine raciste demeure un problème, tout comme l’absence de mesures prises par les autorités pour lutter contre la ségrégation à l’école.

Pour ce qui est de la Serbie, l’ECRI constate certaines améliorations dans la législation et les pratiques relatives à la lutte contre la haine, dans les initiatives prises pour réconcilier le pays avec l’histoire de la guerre, ainsi que dans la situation des Roms et la politique menée à l’égard des personnes LGBT. L’ECRI se félicite également du fait que la radio et la télévision serbes reconnaissent avoir été un outil de propagande dans les années 90 et que le Parlement et le Président aient demandé pardon pour le massacre de Srebrenica. L’ECRI déplore cependant qu’aucun d’eux n’ait expressément qualifié ces massacres de génocide et regrette profondément les lentes avancées des poursuites engagées et des condamnations prononcées pour crimes de guerre. D’autres évolutions négatives ont été relevées, comme la montée du discours de haine dans les déclarations publiques, la violence à l’égard des Roms et des personnes LGBT, ainsi que le comportement raciste des supporters de football. L’ECRI souligne que les autorités doivent remédier à ce problème et interdire les fan-clubs sportifs racistes.

L’ECRI a par ailleurs publié quatre conclusions sur la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Suisse au sujet de la mise en œuvre par ces pays des recommandations prioritaires formulées dans les précédents cycles de suivi.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter