Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique

La violence domestique à l'égard des femmes est un phénomène en recrudescence et qui ne connaît ni frontière géographique, ni limite d'âge, ni race, et concerne tout type de relations familiales et tout type de milieu social. En Europe, 12% à 15% des femmes sont quotidiennement victimes de violences domestiques. Elle est l'une des violations les plus répandues des droits de la personne à travers le monde et doit être combattue.

Depuis les années 1990, le Conseil de l'Europe s'emploie à promouvoir activement la protection des femmes contre la violence fondée sur le genre. Pour ce faire, il a notamment adopté la Recommandation Rec (2002) 5 sur la protection des femmes contre la violence et mené une campagne sur la violence à l'égard des femmes y compris la violence domestique, à l'échelon européen, de 2006 à 2008.

La Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique est le traité international le plus avancé pour combattre ces graves violations des droits de l'être humain. Elle vise la tolérance zéro pour ces violences et représente une avancée majeure pour garantir davantage de sécurité aux femmes en Europe et ailleurs.

La prévention de la violence, la protection des victimes et la poursuite des auteurs sont les principes fondamentaux de la Convention. L'objectif est également de faire évoluer les mentalités en incitant tous les membres de la société, en particulier les hommes de tous âges, à changer leur comportement. En substance, la Convention lance un nouvel appel à promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes, car la violence à l'égard des femmes, perpétuée par une culture de tolérance et de déni, est profondément enracinée dans les inégalités entre les femmes et les hommes au sein de la société.

Edition 2017 Edition 2017
Groupes d’experts sur l’action contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO) Strasbourg 24 novembre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Albanie et Danemark : de nouveaux rapports évaluent les politiques de lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique

La veille de la Journée internationale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le Groupes d’experts du Conseil de l’Europe sur l’action contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO) publie ses tous premiers rapports d’évaluation sur l'Albanie et le Danemark.

Pour ce qui est de l’Albanie, le GREVIO se félicite qu’elle soit dotée d’un cadre législatif et de politiques solides, qui reconnaissent de manière générale que la violence envers les femmes est par nature basée sur le genre. Mais les experts critiquent en revanche la perception publique que la violence à l’égard des femmes sévit pour l’essentiel dans les zones du pays frappées par la pauvreté, et que seules les femmes peu instruites en sont victimes. Selon le rapport, cela laisse penser à tort que d’autres femmes sont épargnées.

Dans son rapport sur le Danemark, le GREVIO salue la tradition de lutte contre la violence à l’égard des femmes à l’œuvre de longue date dans le pays, tout en relevant que les décisions relatives à la garde des enfants en cas de violence domestique méritent une évaluation des risques appropriée. Le GREVIO rapporte que non seulement, du fait de la garde partagée des enfants et des droits de visite de l’autre parent, des femmes sont suivies, harcelées et victimes de violences répétées par leur ancien partenaire, mais que l’on connaît aussi des cas avérés d’enfants confiés à des pères abusifs et qui subissent des violences qui auraient pu être évitées.

Interview Interview
 

Johanna Nelles, Conseil de l'Europe, présente la Convention et son fonctionnement.

Vidéo Vidéo