Retour

Plateforme pour la protection des journalistes : rapport sombre en 2017

Les partenaires soulèvent l'alerte sur le rapport sombre de 2017 et appellent à enquêter sur l'assassinat de Daphné Caruana
Conseil de l'Europe Strasbourg 19 janvier 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Shutterstock.com

Shutterstock.com

Les organisations partenaires de plate-forme du Conseil de l'Europe pour la promotion du journalisme et la protection des journalistes ont publié aujourd'hui leur évaluation annuelle des menaces qui pèsent sur la liberté des médias dans les Etats membres du Conseil de l'Europe en 2017.

Elles ont exhorté les autorités à enquêter de manière adéquate sur l'assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, affirmant que son assassinat est un signe évident du déclin de la liberté de la presse en Europe, et ont demandé à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe de nommer un rapporteur spécial chargé de suivre l'enquête sur cet assassinat.

En 2017, les partenaires ont soumis 130 alertes à la Plate-forme concernant 29 pays. Dans 79 alertes (60%), l'Etat a été la source de la menace. Moins de 30 % des alertes transmises aux États membres en 2017 ont reçu une réponse de l'État respective.

Les alertes concernent principalement des atteintes à la sécurité physique et à l'intégrité des journalistes (23 %), leur harcèlement et l'intimidation (23 %), ainsi que leur détention et l'emprisonnement (21 %). L'impunité demeure l'un des plus grands défis pour la protection des journalistes. Cette catégorie comprend 15 affaires d´assassinats de journalistes et nombreux cas de menaces et autres affaires que n'ont pas fait l'objet d'une enquête par les autorités de l'État, selon le rapport.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter