Retour

Amélie de Montchalin : "Rassembler notre famille européenne autour de valeurs communes"

Session de l'Assemblée parlementaire Strasbourg 30 septembre 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Amélie de Montchalin

Amélie de Montchalin

Amélie de Montchalin, Secrétaire d'Etat française chargée des Affaires européennes s’est exprimée aujourd’hui au nom de la Présidence française du Comité des Ministres devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Après avoir rendu un hommage appuyé au Président Chirac, dans lequel elle a rappelé son engagement pour le Conseil de l’Europe, « dont il était un partisan, un ami et un protecteur », Mme de Montchalin a salué le travail des parlementaires et des Etats membres « pour avancer ensemble vers un retour à la normale du fonctionnement du Conseil de l’Europe, dans l’intérêt des peuples et de la protection de leurs droits ».

Evoquant le retour de la délégation russe en juin dernier, elle a souligné que l’Assemblée avait pris la décision de « préserver la famille européenne » et « de permettre à des millions de citoyens de garder une protection effective de leurs droits au titre de la Convention ».

Estimant que cette crise avait permis d’intensifier le dialogue entre l’Assemblée et le Comité des Ministres, elle a souligné qu’il leur revenait collectivement d’entretenir cette dynamique en mettant en place la nouvelle procédure de réaction conjointe « qui permettra de réagir de manière efficace et coordonnée, lorsqu’un État membre manque à ses engagements ». Elle a souligné les quatre principes essentiels pour sa mise en œuvre : la prévisibilité, la réactivité, la crédibilité et la réversibilité, appelant de ses vœux le fait que cette procédure soit opérationnelle en janvier 2020. « Assemblée, Comité des Ministres et Secrétaire Générale doivent pouvoir décider de manière conjointe et opérationnelle, voire imposer des sanctions s’il le faut ». Suggérant l’établissement de « mesures intermédiaires et progressives » elle a rappelé la logique « incitative et non punitive » de cette procédure.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter