Retour

Université d'hiver sur les nouvelles technologies à l’usage du vote

Tbilissi, Géorgie 4-8 décembre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Université d'hiver sur les nouvelles technologies à l’usage du vote

Au cours d'une formation prenant la forme d’une université d’hiver de cinq jours, 28 participants des administrations de gestion des élections, de la société civile et du monde académique des pays du Partenariat oriental ont été informés des conditions préalables opérationnelles et politiques pour une mise en œuvre réussie des nouvelles technologies à l’usage du vote dans le processus électoral. Les participants ont notamment appris le fonctionnement technique de trois principales technologies utilisées lors des élections: la biométrie, le vote électronique et la gestion électronique des résultats.

C'était la première formation offerte sur ce sujet à un groupe cible mixte d'experts électoraux, d'experts en informatique, d'observateurs nationaux et de représentants des médias. Grâce à des travaux de groupe, des conférences et des discussions, les quatre experts internationaux sur les aspects juridiques, techniques et opérationnels des nouvelles technologies de vote ont réussi à transférer des connaissances plutôt complexes à un groupe ayant un niveau d'expérience très différent.
Au cours de la formation, il a été précisé qu'il n'y a pas d'outil électronique qui ne puisse être manipulé pendant le processus électoral. Par conséquent, le suivi, la vérification et le contrôle par des intervenants électoraux informés sont essentiels.

Avant tout, les représentants des organisations de la société civile se sont montrés très intéressés à répéter la formation dès que possible, car dans plusieurs pays, l'introduction des nouvelles technologies à l’usage du vote est discutée.

L'université d'hiver a été coorganisée par la Division de l'assistance électorale du Conseil de l'Europe et l'Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale (IDEA International) et a été la dernière d’une série d'activités de renforcement des capacités des acteurs électoraux dans les pays du Partenariat oriental dans le cadre du programme de Partenariat pour la bonne gouvernance financé par l'Union européenne.