Retour

Utiliser les nouvelles technologies, accroître la responsabilité et réduire la charge financière concernant la participation des femmes ...

Conférence régionale 2017 "L’argent en politique"
Tbilissi, Géorgie 19-20 juin 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Utiliser les nouvelles technologies, accroître la responsabilité et réduire la charge financière concernant la participation des femmes ...

Beaucoup a été réalisé au cours des vingt dernières années pour réglementer et contrôler qui finance les partis politiques et les campagnes électorales, la transparence a augmenté et la responsabilisation a été renforcée.

Parmi les recommandations émises par le Groupe d'États contre la corruption (GRECO) du Conseil de l'Europe dans le domaine du financement des partis politiques, environ 70% ont été déclarés totalement ou partiellement mis en œuvre. De nombreux pays ont déplacé la responsabilité de surveillance et ont raffiné les règlements sur les finances politiques, créant des modèles complexes combinant des fonds publics et privés. En fait, les règlements sur les finances politiques dans les pays d'Europe de l'Est sont aujourd'hui parmi les plus détaillés au monde.

Cependant, ces règlements sont loin d'être toujours efficaces, et il reste encore beaucoup à faire. Chaque pays est confronté à des défis uniques, mais il existe des similitudes et des leçons à tirer des pays voisins et d'autres régions sur la façon de relever les principaux défis, y compris les abus des ressources de l'État, les obstacles financiers à l'inclusion et l'égalité des sexes dans la participation politique et des liens sombres entre le secteur politique et la criminalité organisée.

Afin de discuter des défis durables, de formuler des recommandations pour d'autres améliorations et de partager les expériences et les meilleures pratiques en matière de finance politique européenne, la Conférence régionale 2017 "L’argent en politique" s'est tenue à Tbilissi (Géorgie) du 19 au 20 juin 2017. L'événement , suite à la conférence réussie de 2016, a été organisé conjointement par le Conseil de l'Europe, International IDEA, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Cour des comptes de Géorgie, l'Institut néerlandais pour la démocratie multipartite (NIMD), la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) et Transparency International Georgia et a rassemblé 120 praticiens, des représentants de la société civile ainsi que des militants de partis politiques et des experts en finances politiques de plus de vingt pays d'Europe de l'Est. L'objectif de la conférence était de réfléchir aux leçons tirées concernant l'application et le suivi effectif des cadres juridiques des mécanismes de financement politique et des mécanismes pour améliorer les réglementations existantes, en mettant particulièrement l'accent sur les développements réglementaires et pratiques dans les pays d'Europe de l'Est au cours de la dernière année. Des rapports nationaux respectifs pour l'Ukraine, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Bélarus, la Géorgie et la République de Moldova ont été préparés et présentés lors de l'événement.

Utiliser les possibilités des nouvelles technologies pour accroître la responsabilité et la transparence, réduire les charges financières pour la participation des femmes et les groupes traditionnellement marginalisés en politique et envisager des événements ciblés pour les institutions de surveillance publique et les partis politiques étaient certaines des 11 recommandations formulées par les participants pour le rapport de synthèse.

La création d'un réseau régional d'institutions publiques ayant pour mandat de surveiller le respect de la réglementation des finances politiques était déjà considérée à la conférence de 2016 comme un outil précieux pour partager les expériences de différents pays, y compris les meilleures pratiques et les obstacles potentiels. À cette fin, les négociations ont commencé lors de la conférence de 2017 entre les représentants des institutions de surveillance de 7 pays d'Europe de l'Est et la création d'un portail en ligne comme première étape pour une communication régulière.