Retour

Comité anti-torture du Conseil de l'Europe : Publication d'un rapport sur la Slovénie

Dans un rapport publié aujourd’hui, le Comité pour la prévention de la torture (CPT) du Conseil de l'Europe évalue le traitement des personnes détenues dans les postes de police, les prisons, les établissements psychiatriques et les centres pour étrangers illégaux en Slovénie.
18/12/2002
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Ce rapport est rendu public à la demande des autorités slovènes, en même temps que leur réponse. Il concerne la deuxième visite du CPT en Slovénie qui a eu lieu en septembre 2001.

Les personnes privées de leur liberté par la police en Slovénie sont généralement traitées correctement. Néanmoins, le CPT a souligné la nécessité d'exercer une vigilance continue dans ce domaine. Dans leur réponse, les autorités slovènes indiquent que la formation des agents de police a été encore améliorée et que les procédures de plainte contre la police seront rendues plus efficaces à l'avenir. Parmi les autres développements positifs, on peut citer la rénovation continue de tous les postes de police, la fermeture envisagée du centre pour étrangers de Ljubljana et l'ouverture de nouveaux locaux à Postojna.

Depuis la première visite du CPT en Slovénie en 1995, la population carcérale du pays a augmenté de plus de 80 %, ce qui a entraîné un surpeuplement dans certains établissements. Le Comité a proposé des mesures pour freiner cette tendance. A cet égard, les autorités slovènes ont fait des efforts pour faire davantage appel à la probation et à la libération anticipée. Le CPT a également formulé des recommandations visant à améliorer les contacts des prévenus avec leurs familles; par la suite, les autorités slovènes ont pris des mesures à cet effet.

S'agissant d'établissements d'aide sociale et d'hôpitaux psychiatriques, le Comité a souligné que les lits à filets ne constituent pas un moyen de traitement approprié pour les pensionnaires ou patients lorsque ceux-ci se trouvent dans un état d'agitation. Dans leur réponse, les autorités slovènes soulignent que le recours aux lits à filet est progressivement abandonné à travers tout le pays. Les autorités font également référence aux mesures visant à améliorer les conditions de vie dans les deux établissements psychiatriques visités par le CPT, telles que le remplacement des vastes dortoirs par des chambres plus petites.

Le rapport est disponible sur le site http://cpt.coe.int