La Conférence des OING du Conseil de l’Europe
CONF/PRES/SPEECH(2011)1

Discours introductif du Président de la Conférence des OING du Conseil de l'Europe, Jean-Marie Heydt, au Forum des ONG « Nouveaux défis multiculturels : quels rôles pour les ONG? », Istanbul, 24-25 mars 2011

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Mesdames et messieurs, chers collègues et chers amis,

Ce n’est pas sans émotion, qu’au nom de la conférence des OING du Conseil de l’Europe, je m’exprime devant vous ce matin ;

· Emotion ; parce que voici des mois que nous préparons ce Forum – et je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui dans l’ombre ont construit ce Forum.

· Emotion ; parce que le choix de notre thème, qui s’inscrit dans une continuité de nos travaux, se trouve aujourd’hui, encore plus qu’hier, au cœur de l’actualité.

Je tiens à remercier tout particulièrement les autorités turques d’avoir apporté un fort soutien et d’avoir largement facilité la tenue de ce Forum à l’occasion de la présidence du Comité des ministres du Conseil de l’Europe par la République de Turquie.

Enfin, je tiens à remercier l’ensemble des intervenants et panelistes d’avoir trouvé le temps et de s’être libéré pour nous faire partager leurs connaissances et leurs conseils du sujet.

La société civile organisée, actrice essentielle du dialogue entre les cultures, dispose d’outils diversifiés et de pratiques avérées pour répondre aux défis inter et multiculturels.

C’est pourquoi, cette rencontre se veut, avant tout, être un Forum de grande ampleur regroupant aussi bien des ONG nationales que des OING internationales pour permettre de créer une nouvelle base d’approche et de partage de bonnes pratiques.

Notre thème est le fruit d’un travail en profondeur ;

Nouveaux défis multiculturels : quels rôles pour les ONG ?

Thème pour lequel nous nous sommes fixés pour objectifs :

1. De donner une dimension « société civile » à la mise en œuvre du Livre blanc sur le dialogue interculturel et les activités du Conseil de l’Europe dans le domaine du dialogue interculturel et des défis multiculturels posés aux sociétés européennes ;

2. De mettre l'accent sur ces nouveaux défis multiculturels posés aux sociétés européennes. Et en ce sens, nous voulons identifier les bonnes pratiques de l'action des ONG dans le domaine du dialogue interculturel afin de créer et lancer le développement d’un outil européen pour la pratique du dialogue interculturel permettant de répondre à ces nouveaux défis.

L’idée de cet outil « pour la pratique du dialogue interculturel » n’est pas un gadget que l’on voudrait ajouter à la panoplie du parfait petit militant associatif, bien au contraire !
Nous avons voulu créer un Outil pour la pratique du dialogue interculturel qui puisse offrir à toutes les ONG qui le souhaiteront un outil pratique et concret facilitant la mise en œuvre du Livre blanc et plus globalement le dialogue interculturel. Il nous faut susciter l’usage de méthodologies de dialogues adaptées pour répondre démocratiquement et de façon humaine aux défis de nos sociétés pluralistes.

Ce livre blanc, dont on développera plus largement sa richesse : « Impulse une dynamique de reconnaissance mutuelle, dans la perspective d’une société inclusive. »

Et, permettez moi, avec une telle affirmation « reconnaissance mutuelle … société inclusive » de ne pas passer sous silence cette période très mouvementée que nous connaissons dans notre proche voisinage, celle où les peuples se soulèvent, au péril de leur vie, pour faire cesser l’intolérable que sont le chômage, la pauvreté, la corruption, l’ignorance des réalités par les dirigeants et l’absence de liberté. Parfois, pire encore, sont les situations où des autorités dictatoriales, qui ont perdu le contact avec la réalité, ont recours à la force qui attise encore plus la formation de groupuscules éphémères, parfois violents, de mouvements de masses populaires qui agissent, réagissent sans concertation puis explosent.

Ces mouvements sont le fait du peuple, d’une société disparate, de groupes de pressions, non organisés, car tout simplement la société civile organisée, celle que nous, nous connaissons, celle que nous avons la chance de pouvoir vivre dans nos pays où la liberté d’expressions et d’actions est reconnues, eh bien cette société civile organisée n’existe pas encore dans plusieurs pays du bassin méditerranéen.

Nous avons aussi cette responsabilité d’intégrer dans nos outils des réponses adaptées et adaptables à la configuration culturelle de ces pays. Notre façon de penser le vivre ensemble n’est pas une idéologie que l’on impose, loin s’en faut ; notre façon du vivre ensemble est un idéal que tout simplement on propose !

Ceci me ramène à l’enjeu de nos sociétés multiculturelles en Europe. En effet, cette dimension du vivre ensemble, dans l’égale dignité, avec le respect de l’autre, avec la compréhension et l’interaction de la symbolique d’une autre culture, cette dimension du vivre ensemble dans nos sociétés multiculturelles va se décliner dans nos travaux d’ateliers, au travers du :

· vivre ensemble en accueillant la liberté d’expression et la liberté de religion de l’autre ;
· vivre ensemble en découvrant l’identité de l’autre grâce à une éducation interculturelle ;
· vivre ensemble en favorisant l’inclusion sociale des jeunes issus de l’immigration.

Alors, vous l’aurez bien compris, c’est un vrai défi que nous avons à relever ; celui de traiter de ce thème avec le regard et la pratique spécifique à la société civile ; celui de créer et proposer des outils pratiques et éprouver qui puissent donner corps, qui puissent donner cœur, au possible vivre ensemble, avec nos diversités, dans nos sociétés multiculturelles.
Je vous souhaite, je nous souhaite, un forum riche et promoteur d’avenir.

Merci.