Organisations non gouvernementales

COMMISSION DROITS DE L'HOMME

Déclaration adoptée le 5 octobre 2010
CONF/HR(2010)DEC2

« Avec les Roms, vivre ensemble dans l’égale dignité »

La Commission des Droits de l’Homme de la Conférence des OING du Conseil de l’Europe, réunie le mardi 5 octobre 2010,

    - se félicitant de l’invitation faite par le Secrétaire Général et le Président du Comité des Ministres aux États membres de tenir une Conférence de haut niveau sur la situation des Roms en Europe le 20 octobre 2010 ;
    - rappelant le travail accompli par différentes instances du Conseil de l’Europe préconisant une approche globale des questions concernant les Roms et les gens du voyage en vue de renforcer le respect de leurs droits en Europe, approche dans laquelle les Roms sont eux-mêmes impliqués les premiers ;
    - constatant néanmoins combien les mesures préconisées restent lettre morte dans de nombreux États membres ;
    - Inquiète des violations récurrentes des droits de l’homme à l’égard des Roms vivant en Europe alors qu’ils en sont pourtant citoyens : stigmatisation, discrimination, racisme, actes d’agression, expulsions ;
    - déplorant les conditions de vie inadmissibles qui sont souvent les leurs dans de nombreux endroits ;

    1. appelle les pouvoirs publics de tous les États membres du Conseil de l’Europe et les instances de l’Union européenne à mettre en œuvre dans ce domaine les principes du dialogue interculturel et les mesures concrètes qui rendent un tel dialogue possible, tels que définis dans le Livre Blanc « Vivre ensemble dans l’égale dignité » adopté par les États membres le 7 mai 2008 : c’est seulement en développant un tel dialogue entre les personnes que l’on luttera contre les attitudes d’incompréhension et d’ostracisme. Cela signifie en particulier reconnaître les lettres de noblesse de la culture romani et son rôle au sein de la culture européenne dont elle fait partie ; développer la connaissance de cette culture pour tous ceux, notamment les éducateurs, qui sont en contact avec les Roms ; mettre en place des espaces de rencontre afin de lutter contre l’ignorance et les stéréotypes toujours présents. 

    2. Invite le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux à étudier la possibilité de mettre en place un réseau de villes et de villages s’engageant à offrir des conditions de vie dignes aux Roms et aux gens du voyage, réseau qui permettrait un échange de bonnes pratiques, en concertation avec les Roms eux-mêmes.

    3. Attire particulièrement l’attention des autorités en charge de l’éducation des États membres sur la nécessité de veiller à mettre en place pour les enfants Roms un système éducatif adapté : il s’agit de permettre la scolarisation effective de ces enfants en milieu ordinaire et non en classes séparées, avec la flexibilité que nécessite en particulier la situation des enfants ayant un mode de vie itinérant et en s’inspirant d’expériences positives menées dans différents pays et pour d’autres groupes de population à cet égard.

    4. Invite les différentes instances du Conseil de l’Europe à intensifier les mesures de suivi en vue d’une mise en œuvre effective des droits de l’homme à l’égard des Roms, suivi auquel nos OING sont prêtes à collaborer.

    5. Souhaite apporter sa contribution à la mise en œuvre des mesures qui seront adoptées lors de la Conférence de haut niveau du 20 octobre 2010, en particulier à travers son réseau européen d’organisations non gouvernementales dans les secteurs éducatifs, sociaux et dans celui des droits de l’homme.