Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI)


Communiqué de presse – 03.07.2001

La Commission contre le racisme publie de nouveaux rapports sur la Croatie, Chypre, l’Allemagne et la Turquie

STRASBOURG, 03.07.2001 – La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), organe du Conseil de l'Europe spécialisé dans la lutte contre le racisme, a publié aujourd’hui quatre nouveaux rapports détaillés sur le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance concernant la Croatie, Chypre, l’Allemagne et la Turquie.

Ces rapports font partie d’un deuxième cycle de suivi des lois, politiques et pratiques des États membres dans la lutte contre le racisme. Les rapports pays-par-pays de l’ECRI couvrent, sous l’angle de la protection des droits de l’homme, chacun des 43 pays membres de l’Organisation, sur pied d’égalité. Les seconds rapports, qui sont établis après une visite de contact dans les pays en question, étudient la mise en œuvre des propositions faites par l’ECRI dans ses rapports précédents, contiennent des informations générales mises à jour, et offrent une analyse approfondie de certains aspects particulièrement préoccupants dans les pays concernés.

L’ECRI constate une évolution positive dans les quatre pays étudiés. Dans le même temps, les rapports font aussi état d’éléments qui demeurent préoccupants, dont les suivants :

En Croatie, les problèmes de discrimination et d’intolérance persistent dans beaucoup de domaines importants de la vie quotidienne, notamment à l’encontre des serbes et des communautés roms/tsiganes. Les efforts de réconciliation et pour réinstaurer la confiance sont restés insuffisants de la part de toutes les parties concernées. La situation est aggravée par le climat économique général difficile et la nécessité de reconstruire l’infrastructure en ruine des territoires directement touchés par la guerre.

A Chypre, les immigrés semblent être particulièrement exposés aux phénomènes de racisme, de xénophobie et de discrimination. Les cas signalés d’emploi d’une force excessive par la police à l’encontre des étrangers qui entrent ou séjournent à Chypre illégalement sont spécialement préoccupants.

En Allemagne, le cadre juridique et les politiques existants ne se sont pas révélés suffisants pour résoudre les problèmes de racisme, de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance. Parmi les sujets de préoccupation grave, peuvent être cités : des incidents violents à motivation raciste ; l’insuffisance des mesures d’intégration ; la situation des personnes considérées comme « étrangères » et les attitudes à leur égard.

En Turquie, la situation des immigrés sans statut juridique et des demandeurs d’asile est particulièrement préoccupante, notamment en ce qui concerne le traitement de ces personnes par la police et les fonctionnaires chargés du contrôle des frontières. L’ECRI est également préoccupée par les graves restrictions dont fait l’objet le droit des membres de tous les groupes minoritaires à s’exprimer publiquement et à cultiver leur origine ethnique, culturelle, linguistique ou religieuse.