Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI)

ECRI/ EUMC Table Ronde conjointe
DES SOLUTIONS LOCALES POUR LUTTER CONTRE LE RACISME

Strasbourg, Vendredi 21 Mars 2003

NOTE EXPLICATIVE

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, le 21 mars 2003, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) et l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC) organisent leur première Table Ronde conjointe à Strasbourg.

Cette manifestation d’une journée, intitulée «Des solutions locales pour lutter contre le racisme» vise à contribuer de manière positive aux débats sur les problèmes liés au racisme, à la discrimination raciale et à l’intolérance aux niveaux local, national et européen et, en même temps, à renforcer encore la coopération fructueuse entre l’ECRI et l’EUMC.

Cette Table Ronde a pour but d’examiner les moyens de réduire autant que possible les conflits potentiels entre les différents groupes d’une communauté donnée, en mettant l’accent sur les initiatives concrètes. Le titre choisi, à savoir «Des solutions locales pour lutter contre le racisme» prend en compte le fait qu’il vaut mieux traiter les problèmes liés au racisme et à la xénophobie au niveau local, au plus près possible des victimes potentielles de la discrimination, là où les membres des groupes minoritaires se heurtent quotidiennement à la discrimination.

Ce thème principal sera approfondi dans le cadre des trois sous-thèmes ci-après: 1. l’application au niveau local de la législation nationale appropriée contre la discrimination raciale, l’incitation à la discrimination et à la violence raciales; 2. la Jeunesse et la lutte contre le racisme et l’intolérance; et 3. les mécanismes du dialogue, de la coopération et du règlement des conflits, et les conditions nécessaires à leur succès.

Par le passé, l’ECRI a souligné, à maintes reprises, que même si le droit seul ne parvenait pas à éliminer les multiples formes du racisme à l’égard de divers groupes, les initiatives de promotion de la justice raciale ne pouvaient pas être couronnées de succès sans le droit. En publiant une étude comparative sur les législations anti-discriminatoires existantes dans les Etats membres de l'Union européenne, L'EUMC a également souligné l'importance de la législation pour lutter contre le racisme et l'intolérance. Prenant, par conséquent, le cadre juridique national et international comme point de départ, cette Table Ronde s’efforcera de donner des informations sur sa mise en œuvre concrète au niveau local. A cette fin, la Table Ronde examinera non seulement la législation anti-discriminatoire en vigueur, mais aussi le cadre juridique nécessaire aux initiatives destinées à promouvoir l’égalité des chances et à celles qui, comme les conseils consultatifs ou le dialogue interreligieux, visent à promouvoir de bonnes relations entre les personnes de différents groupes ethniques ou religieux.

Il ne fait aucun doute que les comportements et les systèmes de valeur sont, en grande partie, façonnés pendant l’enfance et la jeunesse. Les jeunes sont les membres clés de toute société. Cependant, on observe parmi eux un désengagement largement répandu. Comment, par conséquent, peut-on faire participer plus activement les jeunes à la lutte contre le racisme et l’intolérance et à l’édification de sociétés solidaires? Les organisations de jeunesse peuvent jouer un rôle essentiel à cet égard et contribuer à instaurer la confiance et le respect entre les communautés locales.

Enfin, la Table Ronde s’efforcera de trouver des solutions aux situations de conflit locales, qui revêtent souvent un caractère ethnique, culturel ou religieux et sont aggravées par de grandes inégalités, qui renforcent notablement les préjugés et les clivages. Le cercle vicieux du désavantage, qui se traduit par des conditions de logement déplorables, une éducation insuffisante et le manque de possibilités d’emploi, engendre la formation de communautés de personnes qui sont défavorisées et exclues et risquent, par conséquent, d’être la cible du racisme. Dans ces circonstances, il faut instaurer d’urgence des mécanismes efficaces de dialogue, de coopération et de règlement des conflits car, lorsque des individus engagent le dialogue sur leurs préoccupations communes, les stéréotypes sont mis à mal et la diversité devient acceptable.

L’ECRI et l’EUMC espèrent que cette première Table Ronde conjointe favorisera la réflexion dans les milieux gouvernementaux et non gouvernementaux concernés sur les aspects locaux des conflits interculturels, interethniques ou interreligieux et sensibilisera davantage le grand public à ce volet extrêmement important de la lutte contre le racisme.