Culture, patrimoine et diversité

Classes européennes du patrimoine

Pendant 5 jours minimum, des élèves de l’enseignement primaire ou secondaire originaires de plusieurs pays, apprennent à découvrir avec des spécialistes les influences interculturelles qui ont marqué les lieux. La dimension européenne s’exprime à travers les échanges, les thèmes, les méthodes, mais surtout dans l’esprit de tolérance, de convivialité qui doit se développer tout au long de ce séjour. Il ne s’agit pas de tourisme culturel pour consommateur passif, mais d’une approche vivante fondée sur l’éducation du regard, la perception par l’esprit et la prise de conscience par le coeur.

Ateliers et chantiers constituent des moments privilégiés où peut s’exprimer la volonté de découvrir, apprendre et créer ensemble. Le savoir savant résulte alors de démarches pédagogiques fondées sur l’apprentissage du savoir être et du savoir faire, le développement de l’esprit critique, d’ouverture et de curiosité. Loin d’être enfermé dans une vision passéiste, nostalgique, le patrimoine apparaît comme un support dynamique et concret où tradition et création sont étroitement liées.

Cette pédagogie favorise l’intégration d’élèves présentant des difficultés à s’adapter au cadre scolaire en leur donnant la possibilité de vivre dans des lieux auxquels ils n’auraient pas eu accès, en les mettant en contact direct avec les témoins d’une culture à laquelle leurs conditions de vie ne les ont pas éveillés. La classe européenne du patrimoine contribue à lutter contre l’échec scolaire, l’exclusion et les inégalités. C’est une école de la solidarité qui n’admet aucune sorte de discrimination.

Le projet ne se limite pas à la transplantation de 5 jours, il nécessite une préparation approfondie durant laquelle élèves, enseignants et responsables culturels du lieu d’accueil élaborent ensemble un projet spécifique tenant compte des objectifs culturels et pédagogiques des partenaires. En aval, l’exploitation rend compte aux parents, collectivités et établissements scolaires, de l’intérêt du projet. Cette exploitation peut susciter de nouvelles initiatives : correspondance, réciprocité d’échanges, chantiers bénévoles internationaux, Services Volontaires Européens … L’itinérance peut être également prise en compte dans ces classes européennes du patrimoine, l’objectif étant alors de découvrir la cohérence d’un espace patrimonial européen (exemple : Rhin sans frontière).

Financement : chaque projet étant un défi et relevant d’initiatives spécifiques, les financements dépendent des dispositifs et ressources de chaque pays. La recommandation adoptée par le Comité des Ministres permet cependant de soutenir ces projets et des organisations internationales comme l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (O.F.A.J) apportent leur soutien dans le cadre d’échanges pouvant concerner trois pays dont l’Allemagne.

Mémento sur les classes européennes du patrimoine
Les Editions du Conseil de l'Europe, 1993