Retour

Pologne : Des améliorations dans l’intégration des Roms, mais une progression de l’intolérance à l’égard des minorités nationales

Comité consultatif de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales (FCNM) Strasbourg 23 janvier 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Pologne : Des améliorations dans l’intégration des Roms, mais une progression de l’intolérance à l’égard des minorités nationales

Un nouveau rapport sur la protection des minorités nationales en Pologne, publié aujourd’hui, salue les améliorations constatées en matière d’intégration des Roms dans l’éducation, mais souligne la persistance d’un climat d’intolérance, de racisme et de xénophobie dans le pays (voir également la version polonaise du rapport).

Parmi les développements positifs, le Comité consultatif de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales (FCNM) a relevé des améliorations tangibles dans l’intégration de la communauté rom au cours de la période 2014-2020, en particulier dans le domaine de l’éducation.

Les activités culturelles et les médias des minorités nationales continuent de bénéficier d’un financement et les autorités soutiennent un large éventail d’institutions et de projets, qui préservent en particulier le patrimoine juif du pays. Il convient de se féliciter vivement du fait que les participants aient pu déclarer deux appartenances ethniques lors du recensement de 2011.

Cependant, le cadre juridique qui protège les droits des minorités nationales a très peu évolué au cours de la période de suivi. Le Comité consultatif constate avec regret qu’aucun progrès n’a été réalisé en ce qui concerne les demandes répétées visant la reconnaissance des Silésiens en tant que minorité ethnique ou du silésien en tant que langue régionale.

Malgré le faible signalement des cas de discours de haine et des incidents motivés par la haine, les statistiques montrent une nette tendance à la hausse de la fréquence de ces comportements, le groupe le plus visé étant les musulmans, ainsi que la minorité juive, les Roms et, de plus en plus, les Ukrainiens. Il est nécessaire de remédier de toute urgence aux problèmes du sous-signalement, de la méfiance envers les autorités ainsi que de l’absence d’enquêtes et de poursuites effectives en cas d’allégations d’infractions motivées par la haine.

Parmi les recommandations pour action immédiate adressées aux autorités polonaises figurent l’adoption et la mise en œuvre d’un programme d’intégration des Roms applicable à partir de 2020, afin de lutter contre l’antitsiganisme, d’étendre le programme des assistants scolaires roms et d’améliorer les conditions de logement des Roms.

Le Comité consultatif recommande en outre aux autorités polonaises de promouvoir la compréhension entre la majorité et les différents groupes minoritaires du pays, en fondant ce processus sur l’acceptation de la complexité de l’histoire de la Pologne.


Agenda Agenda
Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter