Retour

Les jeunes Européens demandent l’égalité d’accès aux droits sociaux

Council of Europe Strasbourg 12 July 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les jeunes Européens demandent l’égalité d’accès aux droits sociaux

Plus de 300 jeunes et travailleurs de jeunesse issus de l’ensemble des États membres du Conseil de l’Europe, et même d’autres pays, se sont rassemblés à Strasbourg pour la Semaine de la jeunesse « ENTER! ». Dans un message commun, ils ont appelé les États membres à garantir la protection de leurs droits.

« Tous les jeunes doivent bénéficier de l’égalité d’accès aux droits qui leur sont reconnus dans la Convention européenne des droits de l’homme et dans la Charte sociale européenne, indépendamment de leurs origines ou du lieu où ils vivent. Nous constatons avec préoccupation que, pour beaucoup d’entre nous, c’est loin d’être le cas : de nombreux obstacles s’opposent au plein exercice des droits sociaux par les jeunes, notamment par ceux qui sont issus de quartiers défavorisés », peut-on lire dans la déclaration.

« La participation concrète des jeunes au processus décisionnel démocratique reste exceptionnelle pour la plupart d’entre nous. Nous regrettons d’être rarement pris au sérieux par les autorités de nos pays, que ce soit à l’échelle locale, régionale ou nationale. Nos voix et nos idées sont ignorées et les décisions nous concernant sont prises sans nous. Trop de restrictions sont appliquées à notre liberté de nous organiser, de manifester et de défendre nos droits. »

« Il nous est souvent difficile de trouver un emploi décent. De nombreux jeunes n’obtiennent que des stages non rémunérés ou des emplois précaires et mal payés. »

Les jeunes sont aussi confrontés à d’autres difficultés : l’incertitude économique ; des systèmes d’éducation et des méthodes d’enseignement obsolètes ; les coûts cachés de l’éducation, qui empêchent les jeunes de se consacrer entièrement à leurs études ; une orientation professionnelle insuffisante et influencée par des préjugés ; l’impossibilité, dans de nombreux quartiers, de bénéficier de soins médicaux de qualité, notamment en matière de santé mentale, de procréation et de sexualité.

« Les jeunes souffrent du manque de logements décents et abordables au cours de leur transition vers l’âge adulte. Les loyers du parc locatif privé sont souvent élevés et il y a une pénurie de logements abordables et accessibles. Trop d’entre nous sont, de ce fait, sans-domicile fixe. »

Il n’y a pas suffisamment d’espaces publics ouverts qui se prêtent aux activités artistiques, sportives ou de loisir, au travail de jeunesse et à l’éducation non formelle, particulièrement en zone rurale. En outre, de nombreux jeunes sont privés de services de transport accessibles, abordables et réguliers. Dans leur déclaration, les jeunes ont souligné les effets destructeurs du changement climatique sur leurs moyens de subsistance. Ils ont ajouté que les manifestations pour le climat n’étaient pas prises au sérieux par les autorités, qui refusent de reconnaître les liens entre les droits de l’homme et les problèmes environnementaux.

En outre, les jeunes ont demandé à l’ensemble des autorités nationales, régionales et locales de leurs pays de mettre pleinement en œuvre la Recommandation ENTER! sur l’accès des jeunes aux droits, de revoir sa mise en œuvre à l’échelle locale, d’informer les jeunes de leurs droits, de prévoir des infrastructures et des services publics accessibles à tous, et de garantir la participation des jeunes au processus décisionnel démocratique.

La Semaine de la jeunesse ENTER! s’est déroulée dans le cadre de la présidence française du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, avec le soutien de la ville de Strasbourg, du ministère français de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et du Forum européen de la jeunesse.


Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter