La Commission européenne et le Conseil de l'Europe se sont mis d'accord pour promouvoir, par le biais d'un projet conjoint sur deux ans, les principes de la Convention-cadre du Conseil de l'Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (Convention de Faro, 2005).

La Convention de Faro met en avant les aspects importants du patrimoine, dans son rapport aux droits de l’homme et à la démocratie. Elle défend une vision plus large du patrimoine et de ses relations avec les communautés et la société. La convention encourage à prendre conscience que l’importance du patrimoine culturel tient moins aux objets et aux lieux qu’aux significations et aux usages que les gens leur attachent et aux valeurs qu’ils représentent. Le patrimoine culturel apparaît alors comme une ressource à transmettre aux générations futures pour renouveler le consensus autour des valeurs de la société, développer le dialogue, le débat démocratique et l'ouverture entre cultures. La Convention de Faro souligne les bénéfices que le patrimoine génère pour l'économie, la société et l'environnement, mais aussi que, pour cela, sa protection et sa valorisation doivent être partagées et inclusives.

La Convention de Faro encourage particulièrement le rôle de la société civile et des communautés dans la gouvernance du patrimoine comme moyen de promouvoir les droits de l'homme et la démocratie. Des activités ciblées doivent encourager des approches du patrimoine culturel centrées sur les personnes, inclusives, tournées vers l'avenir, plus intégrées, durables et intersectorielles, et promouvoir des modèles novateurs de gouvernance participative et de gestion du patrimoine.

“La voie de Faro : participation accrue dans le patrimoine culturel” est un projet conjoint du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne qui vise à encourager le rôle accru des communautés dans la gouvernance du patrimoine par la promotion des principes de la Convention de Faro.

Le projet joint « La voie de Faro » s'articule autour de trois grands objectifs :

  • S’assurer de l'engagement de toutes les parties prenantes, et en particulier des autorités nationales, en faveur des principes de la Convention de Faro;
  • Présenter des exemples concrets de mise en œuvre des principes susmentionnés à tous les niveaux ;
  • Construire une coopération à long terme avec les parties prenantes pour traduire ces principes dans la pratique.

Trois grands axes d'action sont donc envisagés pour atteindre les objectifs susmentionnés :

Accroître le nombre de signatures et de ratifications de la Convention de Faro

L'engagement des autorités nationales en faveur des principes de la Convention de Faro sera encouragé à travers l'organisation de quatre séminaires et d'une conférence finale pour plaider en faveur d'une plus grande participation de toutes les parties prenantes et une publication sur les orientations politiques sera produite pour soutenir cet effort.

Promouvoir la mise en œuvre de la Convention de Faro

La mise en place d'actions concrètes pour mettre en œuvre les principes de la Convention de Faro sera encouragée par le biais d'un document contenant des exemples concrets de réalisations inspirées de la Convention de Faro et la production de matériel audiovisuel précisant les implications pour les différentes parties prenantes.

S'appuyer sur un réseau paneuropéen dynamique

La viabilité à long terme des principes de la Convention de Faro sera assurée par la promotion d'un réseau d'acteurs du patrimoine (lié au réseau existant de la Convention de Faro) pour continuer à soutenir les actions connexes par l'échange de connaissances et d'expériences.

Ce projet joint vise à être une contribution concrète aux initiatives à long terme de l'Année européenne du patrimoine culturel, et notamment l’initiative 9 “Un patrimoine partagé”.