Les coups de projecteur de la Convention de Faro concernent des actions spécifiques correspondant aux priorités politiques de l’Organisation ; ils mettent ces priorités sur le devant de la scène grâce à des projets.

Ces actions visent à étudier activement comment le patrimoine peut contribuer à relever les défis sociétaux. Chaque année, le Secrétariat définit des domaines et pratiques spécifiques afin d’analyser ces initiatives dans les Etats membres et de formuler ultérieurement des recommandations pour les promouvoir. En 2016, le coup de projecteur est mis sur les communautés roms, les communautés d’immigrés, le patrimoine juif ainsi que le populisme.  

Méthodologie Méthodologie

Les récits de la Convention de Faro

Il s’agit de la première étape de la méthodologie visant à reconnaître et comprendre l’existence de récits divers pour un élément patrimonial donné. L’élaboration de récits de la Convention de Faro consiste à mettre en œuvre un processus constructif de dialogue interculturel permettant de comprendre l’importance de nombreux récits et de les articuler grâce à diverses activités. Ce processus peut s’avérer très délicat et exige la participation de l’ensemble des acteurs afin de s’assurer de la prise en compte de tous les points de vue, même s’ils sont controversés ou ne correspondent pas à la position représentative de la culture majoritaire.

 

Une ligne d’action partagée

Une fois que les communautés ont admis l’existence de nombreux récits et sont prêtes à entendre d’autres versions (établissement d’une base commune), le processus s’oriente vers l’identification d’un axe commun lorsqu’il y a un dénominateur commun minimum. Cette étape exige un processus de dialogue bien structuré afin de définir une vision partagée de l’élément patrimonial concerné. Parfois, cette démarche prend beaucoup de temps et il convient de mettre en place des mesures de confiance grâce à un certain nombre d’initiatives. Le partage d’une vision exige, en outre, un certain degré de maturité, d’auto-évaluation, de compréhension mutuelle et de volonté.

 

Eléments d’action communs – projets

L’étape est centrée sur l’élaboration et la concrétisation d’éléments d’action identifiés, sous la forme d’un programme ou d’un projet mettant tout particulièrement l’accent sur l’intégration sociale, l’éducation, le développement économique local ou les mesures de lutte contre la discrimination. Grâce à ces actions, la confiance est rétablie et de nouveaux récits susceptibles de conduire à des changements sociaux positifs peuvent être élaborés.

 

Villes/villages/régions 2017

  • Forli (populisme, propagande et patrimoine)