Veuillez sélectionner des recommandations et/ou des pays dans la liste déroulante qui se trouve à droite.

Retour

Descopera – Festival de musique classique en plein air

Descopera – Festival de musique classique en plein air

Localisation de l’initiative :

REPUBLIQUE DE MOLDOVA, Réserve naturelle-culturelle « Orheiul Vechi »


Lien avec les recommandations de la Stratégie 21 :

D1 - Promouvoir le patrimoine culturel comme ressource et faciliter les investissements financiers


Durée de l'initiative:

Date de début : 2016 / Date de fin : en cours


Motivation / Méthodologie

Le festival DescOperă (découvrir l’opéra) est un événement musical spécial, d’une rare beauté, qui se tient au pied des falaises de la réserve Orheiul Vechi. Cet événement fait sortir l’opéra et la musique classique du cadre traditionnel pour les amener au cœur de la nature. Les festivaliers ont l’occasion de profiter d’un temps parfait, d’un air frais, de paysages magnifiques et de morceaux de musique classique joués en direct sur une scène improvisée, en plein milieu de la nature.

Le festival est une manifestation qui a lieu chaque année le troisième week-end de juin et qui est fréquenté par plus de 5.000 touristes locaux et étrangers venus de Suède, Allemagne, Autriche et Roumanie. Les spectateurs peuvent découvrir la beauté de la musique classique dans un paysage rural authentique. L’amphithéâtre naturel offre un son idéal pour l’orchestre et les voix des solistes d’opéra. Les participants ont l’occasion de visiter et d’explorer la réserve, qui englobe le site, le monastère, les ruines chrétiennes, le musée et les localités environnantes.

Le paysage d’Orheiul Vechi est très connu en République de Moldova et parmi les spécialistes internationaux. Comprenant un ensemble de sites archéologiques exceptionnels et situé dans un espace naturel fortifié, il présente des caractéristiques uniques à l’échelle mondiale. Résultat de l’impact millénaire du génie humain sur l’environnement, ce paysage représente un extraordinaire gisement de biens patrimoniaux et un lieu d’une rare beauté et d’une grande attractivité qui impressionne profondément chaque visiteur.

La réserve comprend trois sites archéologiques : Peștera (grotte), Butuceni et Mașcăuți, qui datent d’une période allant d’environ 30.000 ans avant J-C à 1.800 ans après J-C. Le potentiel de défense exceptionnel du paysage et sa connexion au réseau de communication naturel transrégional ont été ingénieusement mis en valeur au début de l’âge du fer et au Moyen Âge par les sociétés dont les principales ressources étaient fournies par la guerre, le commerce et la domination politique.

Les vestiges archéologiques locaux révèlent des interférences démographiques et culturelles très intenses qui ont rassemblé des peuples des peuples et des cultures spécifiques sur des territoires situés entre la Chine et les Carpates, l’Anatolie et la mer Baltique. Les établissements humains ont considérablement transformé le paysage en construisant de grandes structures défensives, en creusant plus de 200 grottes et cavernes, et en procédant à des déboisements spectaculaires. Le paysage d’Orheiul Vechi est donc l’aboutissement du travail conjoint de la nature et de l’homme.

La rareté et les caractéristiques uniques de ce paysage culturel et naturel ont également contribué à l’aménagement et au développement d’espaces sacrés. On sait que les roches et les grottes sont souvent déifiées ou utilisées comme lieux pour accomplir des actes religieux, magiques et rituels.

L’idée d’organiser un concert d’opéra en plein air dans la réserve d’Orheiul Vechi est venue du chef d’orchestre autrichien Friederick Pfeiffer qui avait été invité à l’été 2015 par le Théâtre national d’opéra et de ballet « Maria Biesu » de Chisinau pour diriger une représentation du « Requiem » de Verdi, en hommage à Maria Biesu. Durant son séjour, il logeait à Butuceni où il se promenait tous les matins dans la réserve, profitant de ses paysages pittoresques pour trouver l’inspiration propice aux répétitions de la musique de Verdi. C’est lors d’une de ces promenades qu’il a rencontré Anatol Butnaru, l’hôte de l’écostation de Butuceni et qu’il a eu l’idée d’organiser un événement musical au pied des anciennes falaises, en pleine nature.

L’événement a été suivi par la presse et plusieurs chaînes de télévision, et les résultats du projet sont utilisés afin de promouvoir Orheiul Vechi comme destination touristique et paysage naturel unique.

La première édition du festival DescOperă a eu lieu en juin 2016 avec, au programme, une production traditionnelle de « Rigoletto » et du « Requiem » de Verdi. En juin 2017, lors de la deuxième édition du Festival, le National Philharmonic s’est joint au festival avec une production symphonique et un concert de gala de J. Strauss, tandis que le Théâtre national d’opéra et de ballet « Maria Biesu » a interprété « Carmen » de Bizet. La troisième édition (15 au 17 juin 2018) a présenté des productions d’opéra de Strauss, Verdi et Orff. La quatrième édition se tiendra du 14 au 16 juin 2019.

Les objectifs du projet sont les suivants : 

- Soutenir le développement durable local en diversifiant les attractions touristiques d’Orheiul Vechi.

- Diversifier les possibilités de représentations d’opéra pour le public.

- Vulgariser la culture dans la société, en particulier dans les zones rurales ; ouvrir des régions à la culture pour profiter du tourisme culturel et tirer profit de la rentabilité des événements culturels et touristiques.

- Stimuler le tourisme et positionner la Moldova comme générateur d’événements culturels de qualité dans la région.

- Le Festival en plein air DescOperă est un succès retentissant, qui met en valeur le patrimoine culturel de la Moldova, constitue un puissant stimulant pour le tourisme et soutient les communautés rurales locales.


Obstacles / Barrières

Les principaux risques liés à cet événement peuvent être divisés en plusieurs catégories. Premier obstacle : les aléas climatiques. L’événement ayant lieu en juin, on peut s’attendre à du mauvais temps. En 2016 et 2018, par exemple, les spectacles ont dû être reportés d’une journée en raison de fortes précipitations. Mais le public était très nombreux et les organisateurs ont réussi à mettre en place tous les détails techniques malgré le mauvais temps.

Deuxième obstacle (de taille) : préparer toutes les installations, y compris les équipements, sans endommager le paysage naturel. Un grand nombre de touristes et de visiteurs ont été invités à participer à cet événement, et les organisateurs ont donc reçu l’ordre de réduire au minimum les effets négatifs des activités économiques, touristiques et ludiques. Ces mesures visaient à réduire l’impact négatif de l’activité humaine dans la réserve.

Troisième obstacle : un certain manque d’intérêt de la population de la République de Moldova pour la musique classique. L’histoire de l’opéra est assez brève dans ce pays et n’a vraiment commencé qu’au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Les dernières décennies de la période soviétique ont été une époque florissante pour l’opéra moldave, notamment lorsque l’opéra de Chişinău a été construit. La plus grande soprano moldave, Maria Bieşu, s’est d’ailleurs produite à cette époque dans les opéras les plus célèbres du monde entier. La chute de l’Union soviétique a débouché sur une période de transition où la culture et l’opéra ont été relégués au second plan en raison de problèmes financiers. Certes, l’opéra moldave a continué de faire éclore de nouveaux talents, dont beaucoup se produisent aujourd’hui à Moscou, Vienne ou Milan, mais les perspectives ne sont pas des plus brillantes. A cet égard, il serait bon que l’État prenne des mesures pour mieux faire connaître l’opéra aux citoyens moldaves et aux touristes potentiels, et renforcer les capacités de l’école nationale de l’opéra afin de maintenir son excellence et son prestige.


Changement / Impact

Les éditions successives de DescOperă ont permis de renforcer les partenariats et les investissements dans les infrastructures à long terme pour assurer un avenir durable au festival. Le succès de cet événement est dû à la solidité de ses partenariats public-privé entre la communauté locale, les institutions patrimoniales et culturelles du gouvernement moldave et les professionnels des festivals du secteur privé. L’événement est organisé chaque année avec le soutien de la Suède, de l’USAID et de partenaires stratégiques tels que Wine of Moldova et la Direction du développement et de la coopération suisse. Plus de 5.000 visiteurs venus de Moldavie, d’Autriche, d’Allemagne, d’Italie, de Pologne, de Roumanie, de Suède, d’Ukraine et des États-Unis assistent chaque année à cet événement, qui montre que le festival est un aimant qui attire le tourisme et un moteur pour la croissance économique régionale. Au total, 23.500 USD ont été générés par la vente de billets, en hausse de 30 % par rapport à 2017, ce qui a entraîné une augmentation des revenus des entreprises locales. Ce succès est le résultat de plusieurs facteurs : la réputation croissante du festival, qui est un événement culturel unique de classe mondiale, l’efficacité accrue des stratégies de marketing sur les médias sociaux et la télévision moldave, et l’accès plus facile aux billets pour les festivaliers, notamment via le site en ligne ticket hub iticket.md.

L’événement joue un rôle clé dans l’institutionnalisation et le renforcement de ces partenariats à long terme, dans lesquels chaque partenaire prend des risques mais touche également des bénéfices. Les principaux faits nouveaux dans ce domaine sont, notamment : un accord pour que le festival ait lieu tous les trois week-ends de juin, l’inclusion du festival dans le programme/budget culturel national et le réinvestissement des recettes dans les infrastructures essentielles de la collectivité locale, y compris l’ajout d’un éclairage extérieur ambiant, la construction d’une deuxième passerelle pour piétons au-dessus de la rivière et la mise en valeur de spectacles sur une scène supplémentaire en été. Après les éditions précédentes de DescOperă, l’opéra est devenu plus attractif auprès des consommateurs moldaves, qui ont apprécié sa mise en scène dans un paysage naturel unique. On observe un intérêt de plus en plus vif pour la façon dont les festivals culturels peuvent aider à construire des communautés fortes et cohésives. Le présent projet permet justement d’examiner comment le festival peut contribuer aux objectifs d’inclusion sociale. Les résultats suggèrent que ce type d’événement peut contribuer à l’insertion sociale dans quatre domaines de la société (la consommation, la production, l’engagement politique et l’interaction sociale ou les communautés) en tablant sur des facteurs tels que l’incitation à la participation locale, l’acquisition de nouveaux savoirs et la promotion du tourisme culturel. Dès lors, on peut diviser les visiteurs en 2 catégories principales. Les premiers sont les amateurs d’opéra qui ont la possibilité de participer à des représentations dirigées par des metteurs en scène célèbres dans un paysage naturel unique et exceptionnel dont l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial est proposée. La deuxième catégorie de bénéficiaires sont les habitants d’Orheiul Vechi qui dirigent des entreprises liées au tourisme local, dans la mesure où cet événement valorise la région et en fait une destination touristique importante riche de visites et d’événements culturels uniques. Plus de deux cents personnes participent aux activités touristiques locales.

Le succès de l’édition 2016 a été très satisfaisant et l’Opéra de Chişinău a accru le nombre de ses visiteurs et renforcé ses partenariats internationaux, dont certains ont débuté lors de la première édition de DescOpera. Les questions liées au développement local ont également bénéficié de quelques changements positifs, d’abord parce que l’augmentation du nombre de touristes se traduit par une augmentation de revenus pour la population locale, et ensuite parce que plusieurs partenaires du développement de la République de Moldova sont également partenaires de DescOpera et seraient prêts à investir dans le développement durable d’Orheiul Vechi.

Grâce au festival de musique en plein air DescOpera, l’opéra moldave et la réserve d’Orheiul Vechi deviendront de plus en plus populaires et augmenteront leur potentiel touristique. Cette quatrième édition de DescOpera continuera d’être accueillie à Orheiul Vechi. Elle deviendra ainsi une tradition ainsi qu’un événement culturel important à l’échelle nationale, voire internationale.


Leçons apprises

Les leçons les plus importantes que notre pays a tirées de l’organisation de cet événement sont liées à la promotion du festival au niveau international. La société civile a contribué très activement à valoriser la réserve d’Orheiul Vechi au point d’en faire l’une des destinations touristiques les plus importantes en Moldavie. Les entreprises moldaves de tourisme ont également été incitées à promouvoir l’événement.

Nous avons appris à utiliser les médias sociaux pour analyser l’impact de ce festival sur les visiteurs et interpréter leurs commentaires et suggestions afin d’améliorer les futures éditions. En outre, nous interrogeons en permanence les habitants sur l’impact de l’événement et les moyens d’améliorer ses résultats et sa qualité.

Enfin, l’expérience a montré que DescOperă n’est pas seulement un festival de musique. Grâce à l’interaction avec les acteurs locaux, c’est aussi une occasion d’observer la vie locale et de participer aux activités quotidiennes du peuple moldave. Les hôtes des stations de Trebujeni offrent des cours de chants et de danses traditionnels, tandis que les chefs locaux expérimentés apprennent aux visiteurs à préparer des petits pains et tartes au chou moldave. Pour ceux qui s’intéressent à l’artisanat traditionnel authentique, les organisateurs préparent un atelier de tressage de feuilles maïs, un métier qui a occupé nos ancêtres pendant des siècles.


Ressources en ligne

https://mecc.gov.md/ https://descopera.md/


Contact

Mariana Mischevca
Ministry of Education, Culture and Research
[email protected]
https://mecc.gov.md/


Source de financement

Financement partagé public/privé


FILTRE PAR FILTRE PAR
Composantes
1. LA COMPOSANTE « SOCIALE » (S)
S1
S10
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
S9
2. COMPOSANTE « DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL ET ÉCONOMIQUE » (D)
D1
D10
D11
D2
D3
D4
D5
D6
D7
D8
D9
3. COMPOSANTE « CONNAISSANCE ET ÉDUCATION » (K)
K1
K10
K11
K2
K3
K4
K5
K6
K7
K8
K9
Pays et organisations internationales
Albanie
Andorre
Arménie
Autriche
Azerbaïdjan
Bélarus
Belgique
Bosnie-Herzégovine
Bulgarie
Croatie
Chypre
République tchèque
Danemark
Estonie
Europe
Finlande
France
Géorgie
Allemagne
Grèce
Saint Siège
Hongrie
Islande
Irlande
Italie
Kazakhstan
Lettonie
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Malte
Monaco
Monténégro
Pays-Bas
Macédoine du Nord
Norvège
Pologne
Portugal
République de Moldova
Roumanie
Fédération de Russie
Saint Marin
Serbie
République slovaque
Slovénie
Espagne
Suède
Suisse
Turquie
Ukraine
Unesco
Royaume-Uni
Reset Filter

The golden collection of good practices