Organisations non gouvernementales

SESSION D’HIVER

GROUPE TRANSVERSAL SUR L’EUROPE
ET LES ENJEUX MONDIAUX
CONF/TG/GLO (2009) SYN1

Strasbourg, le 11 mars 2009

CARNET DE BORD
DE LA REUNION DU 29 JANVIER 2009

A L’ATTENTION DES MEMBRES DU GROUPE TRANSVERSAL SUR L’EUROPE ET LES ENJEUX MONDIAUX

Le groupe transversal sur l’Europe et les enjeux mondiaux réuni le 29 janvier 2009 à Strasbourg, sous la présidence de Michel Julien :

1. 2. A adopté l’ordre du jour

    3. A adopté le compte rendu de la réunion du groupe du 1er octobre 2008 [CONF/TG/GLO(2008)SYN1] et a noté que l’accès aux documents via le site Web doit être amélioré

4. A désigné Marie-José Schmitt comme rapporteur

5. Avancées des commissions

    A été informé par Anne Sforza de la situation actuelle des « enjeux mondiaux » qui sont :

    - Les conséquences économiques de la crise financière.
    Les différentes instances internationales, OCDE, FMI et autres, soulignent l’importance du phénomène et leurs analyses concluent toutes que le pire est encore à venir notamment en terme d’augmentation du chômage avec toutes les séquelles que l’on peut en attendre pour les deux prochaines années au moins. Les données froidement statistiques nous questionnent sur notre engagement solidaire.

    - la conséquence des problèmes énergétiques sur la santé, la sécurité et l’économie.
    En raison de leur impact fort, la prise en compte de ces problèmes est urgente. La promotion d’une révolution énergétique plus sobre en carbone constitue un défi majeur car c’est aussi un problème de cohésion sociale.

    - la défense des droits de l’homme.
    On peut craindre la mise à l’écart des principes essentiels des droits de l’homme parce qu’il y a des problèmes plus urgents à résoudre. Crainte de réduction des libertés fondamentales.

    A pris note des questions suivantes :

    - Dans ce temps de catastrophes, il nous faut inventer une autre solidarité, mais comment ?

      Le Conseil de l’Europe dispose certes d’un instrument utile avec la Charte Sociale Européenne dotée d’un système de monitoring et d’une procédure unique de réclamations collectives. Mais comment avancer dans une instance qui n’a pas de compétence économique directe et dans une Europe qui ne semble pas avoir pris la mesure de la réalité de la mondialisation ?

    - Peut-on accepter le développement de l’insécurité, de la précarité ? Une vigilance accrue des ONG est indispensable.

    - Les ONG sauront-elles être à l’avant-garde d’une authentique révolution culturelle, voire existentielle ?

    - Dans cette période de catastrophes, quelle place donne-t-on encore au respect et au renforcement des droits de l’homme dont on constate des violations constantes ?

      « Les droits de l’homme ne doivent pas devenir une utopie » a souligné Mme Sforza en conclusion de son exposé.

    A mis en évidence un enjeu supplémentaire :

    - la confrontation des principes universels des droits de l’homme avec les diverses cultures.

    A pris note de la question :

    - Quelle sera l’influence de la mondialisation sur les droits de l’homme ? Les participants ont cité les diverses chartes, conférences suivies de déclarations, chacune apportant un éclairage particulier (Charte africaine, Charte interaméricaine, Charte des Droits de l’Homme des communautés islamiques).

    A évoqué les divergences d’interprétation et d’application que l’on rencontre en Europe.

    A conclu par la question globale :
    - Comment pouvons-nous contribuer à une nouvelle vision de la société dans cette crise ? Comment pouvons-nous lutter contre l’élitisme, l’individualisme qui nous guette ?

    A décidé que les autres sujets du point 5 seront traités lors d’une réunion ultérieure faute de temps.

    6. Divers : l’indispensable méthode de travail

    A pris note de la problématique liée au souci d’efficacité dans un court temps de réunion du groupe ainsi que celle du mode de fonctionnement des sous-groupes.

    L’expérience montre que le travail par e-mail n’est pas suffisant et que lors des sessions, il faut utiliser les temps libres autour des réunions des commissions, le matin, le soir, pendant les repas.

    A décidé que :
    - les sous-groupes traiteront les sujets qui les concernent avant les réunions et apporteront les résultats de leur travail en réunion pour en débattre avec tous les participants ;
    - les réunions du Groupe transversal sur l’Europe et les enjeux mondiaux devraient avoir lieu en tout début de session, avant les réunions des commissions ;
    - Les adresses e-mail de tous les participants devraient être transmises à tous.

Cc : Président de la Conférence des OING

      Membres de la Commission permanente

Secrétaire Général de l’Assemblée parlementaire
Secrétaire Général du Congrès
Secrétaire du Comité des Ministres
Directeurs Généraux
Greffier de la Cour Européenne des Droits de l’Homme
Directrice du Cabinet du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe
Directeur des relations extérieures
Directeur de la planification stratégique
Directrice de la Communication
Directrice du Bureau du Commissaire aux Droits de l’Homme