Accueil
Convention du
Conseil de l'Europe
Ratifications et signatures
 
Mécanisme de monitoring
A propos du mécanisme de suivi
GRETA
Comité des Parties
 
Évaluations
Au sujet des évaluations
Monitoring par pays
Profils de pays
 
Publications  
Rapports par pays
Rapports généraux
Dépliants
Bande dessinée
 
Autres activités
Secrétariat
Web Resources
GRETA Accès restreint
Réinitialisation du mot de passe
Comité des Parties
 Accès restreint

Le GRETA publie un rapport sur la Géorgie

Strasbourg, le 7 février 2012 - Le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) du Conseil de l'Europe publie aujourd'hui son premier rapport d'évaluation sur la Géorgie.

Dans son rapport, le GRETA note les progrès réalisés par les autorités géorgiennes dans la lutte contre la traite des êtres humains, parmi lesquels l’adoption d’une loi spécifique anti-traite, la création d'un Conseil de coordination inter-agences pour lutter contre la traite et d’un Fonds étatique destiné à protéger et aider les victimes de la traite, ainsi que l’augmentation des ressources financières allouées à l'assistance des victimes de la traite.

Le GRETA se réjouit des efforts déployés par les autorités géorgiennes pour renforcer la prévention à travers de mesures de sensibilisation, d'éducation et de formation. Cela dit, le GRETA souligne qu’il importe d'intensifier l'action menée pour résoudre le problème de la vulnérabilité socio-économique des personnes déplacées à l'intérieur du pays, des migrants potentiels et des enfants.

En outre, le GRETA considère que les autorités géorgiennes devraient intensifier leurs efforts visant à améliorer la détection proactive et l'identification des victimes de la traite. Dans ce contexte, une attention accrue devrait être portée à la traite des ressortissants étrangers vers ou à travers la Géorgie, ainsi qu’à la détection de la traite ayant lieu en Géorgie.

Les autorités géorgiennes ont mis en place des mesures et des programmes d’aide aux victimes de la traite. Cela dit, en pratique, très peu de victimes ont bénéficié de projets de réadaptation et de réinsertion personnalisés et seul un petit nombre a reçu une indemnisation. Le GRETA constate aussi avec préoccupation que le nombre d’inculpations et de condamnations a beaucoup diminué depuis 2010.

Avant d'élaborer son rapport d’évaluation, le GRETA a tenu des consultations avec les autorités concernées et les organisations non gouvernementales participant à la lutte contre la traite en Géorgie. Un premier projet confidentiel de ce rapport a été envoyé aux autorités géorgiennes et leurs commentaires ont été pris en compte dans le rapport final adopté par le GRETA. Ce rapport est publié avec les commentaires finaux des autorités géorgiennes, comme le prévoit la Convention.

Sur la base du rapport du GRETA, le Comité des Parties à la Convention envisagera l'adoption de recommandations à adresser au Gouvernement de la Géorgie.