Accueil
Convention du
Conseil de l'Europe
Ratifications & Signatures
 
Mécanisme de monitoring
A propos du mécanisme de suivi
GRETA
Comité des Parties
 
Évaluations
Au sujet des évaluations
Monitoring par pays
 
Publications  
Rapports par pays
Rapports généraux
Dépliants
Bande dessinée
 
Autres activités
Secrétariat
Web Resources
GRETA Accès restreint
Réinitialisation du mot de passe
Comité des Parties
 Accès restreint

Publication du rapport sur Malte par le GRETA

Strasbourg, le 24.01.13 – Le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains du Conseil de l’Europe (GRETA) publie aujourd’hui son premier rapport d’évaluation sur Malte.

Dans son rapport, le GRETA note les progrès accomplis par les autorités maltaises en vue de développer un cadre institutionnel et législatif pour lutter contre la traite des êtres humains, y compris l’adoption d’un premier plan d’action national sur la lutte contre la traite en octobre 2011 et la mise en place de la Commission de suivi de la lutte anti-traite et du Groupe de travail sur la lutte anti-traite.


Le rapport observe que seules 25 personnes ont été considérées comme victimes de la traite à Malte entre 2003 et 2011, toutes étrangères et victimes de traite aux fins d’exploitation sexuelle. Toutefois, en l’absence d’un processus formel d’identification des victimes, le GRETA considère que ce chiffre ne reflète sans doute pas la réalité de la situation. Le rapport salue les efforts déployés par les autorités maltaises en vue de revoir la phase d’identification. Il les exhorte à améliorer la procédure d’identification et également à mettre davantage l’accent sur la détection de la traite aux fins d’exploitation par le travail.

Le rapport note par ailleurs que la plupart des procédures pénales qui ont été lancées depuis 2006 dans des affaires de traite sont toujours en cours. Le GRETA exhorte les autorités maltaises à faire en sorte que les infractions liées à la traite fassent l’objet d’enquêtes et de poursuites diligentes et effectives.

En outre, le GRETA appelle les autorités maltaises à adopter un cadre précis pour le rapatriement et le retour des victimes de la traite et à s’assurer que toutes les victimes ont accès au soutien et aux indemnisations auxquels elles ont droit.