Comité d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (MONEYVAL)

 

Fiches des Etats et territoires

 

L’évaluation de MONEYVAL vise actuellement, en vertu de l’article 2 du Statut de MONEYVAL :
 

·  les États  membres du Conseil de l’Europe qui ne sont pas membres du GAFI (article 2.2a du Statut) et les États membres du Conseil de l’Europe qui deviennent membres du GAFI et qui demandent à continuer d’être évalués par MONEYVAL (article 2.2b du Statut), à savoir actuellement : 

-     Albanie

-    Andorre

-     Arménie

-    Azerbaïdjan

-     Bosnie‑Herzégovine

-    Bulgarie

-     Chypre

-    Croatie

-     Estonie

-    République tchèque

-     Géorgie

-    Hongrie

-     Lettonie

-    Liechtenstein

-     Malte

-    Lituanie

-     Monaco

-    République de Moldova

-     Pologne

-    Monténégro

-     Fédération de Russie[1]

-    Roumanie

-     Serbie

-    Saint Marin

-     Slovénie

-    République slovaque

-     « l’ex-République yougoslave de Macédoine »

-    Ukraine

- des États qui ne sont pas membres du Conseil de l’Europe (article 2.2e du Statut), à savoir actuellement : Israël ;
- le Saint‑Siège (y compris l’État de la Cité du Vatican) en vertu de la Résolution CM/Res (2011)5 ;
- les Dépendances de la Couronne britannique de Guernesey, Jersey et de l’île de Man en vertu de la Résolution CM/Res(2012)6.

En outre, deux délégations sont nommés par la présidence du GAFI parmi deux Etats membres du GAFI. Actuellement, ces délégations sont de la France et de l'Italie.