Culture, patrimoine et diversité

 Group of Experts on Biodiversity and Climate Change

 

Que faire pour empêcher que la biodiversité ne continue de s’appauvrir?

13 avril 2011, Session de l'Assemblée parlementaire, Strasbourg

 

 

 

 

M. Aleksei Lotman   ©Conseil de l'Europe 

Dans un texte adopté le 13 avril 2011, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a appelé les Etats membres concernés du Conseil de l’Europe et l'UE, à intensifier leurs efforts pour donner effet aux recommandations de la Convention de Berne et de ses groupes d’experts, en s’attachant à accroître la visibilité internationale de cet instrument et à évaluer les progrès réalisés dans cette mise en œuvre. La Convention de Berne, élaborée voici plus de 30 ans, vise à protéger les plantes et les animaux sauvages, et plus particulièrement les espèces menacées dans leur habitat naturel. La définition des priorités en la matière est essentielle, compte tenu de l’incapacité politique au niveau mondial à atteindre les objectifs de biodiversité et à enrayer l’appauvrissement de cette diversité à l’horizon 2010, ainsi qu’il avait été préconisé en 2002. Inverser la tendance et réaliser les objectifs fixés pour la Décennie des Nations Unies pour la Biodiversité 2011-2020, tel est le défi qu’il faut à présent relever.

De l’avis des scientifiques, l’Europe va connaître un réchauffement climatique plus important que le reste du monde. On ne peut prédire l'ampleur des conséquences dommageables que pourrait avoir une modification des écosystèmes européens sur l’humanité – elle risque de bouleverser des droits fondamentaux tels que le droit à la nourriture, à l’utilisation des terres et à l’accès à l’eau. Il faut mettre en place des mesures concrètes pour faciliter l’adaptation des écosystèmes aux phénomènes induits par le changement climatique, ainsi que des mesures d’atténuation axées sur une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le rapporteur, Aleksei Lotman (Estonie, GUE), s’est inscrit dans une démarche constructive pour encourager les parlementaires: "Je ne nommerai ni n’accuserai personne; je tiens simplement à signaler que la Croatie a proposé de désigner 40% de son territoire comme sites Emeraude". Il a également enjoint « la Russie et Saint-Marin à produire leur part d’effort et à signer la Convention », puisqu’il s’agit des deux seuls Etats membres à ne pas encore l’avoir fait.

 

Documents


 

Résolution adoptée (Edition provisoire)

 

Recommandation adoptée (Edition provisoire) 

 

 

 

 

 

 

 


 

2011

Réunions

 

Recherche

Recherche avancée