Culture, patrimoine et diversité

 

Stadslab à Melitopol : création d’un parc interculturel

 

Le succès et l’aspect pratique du réseau des cités interculturelles se reflètent dans la collaboration qui s’est instaurée dernièrement entre les deux villes pilotes de Tilburg et Melitopol.

 

La cité ukrainienne de Melitopol souhaite réaménager le principal parc de la ville, le parc Gorky, qui couvre 36 hectares, dans la perspective de la cité interculturelle. Et Tilburg propose pour ce projet l’aide créative et professionnelle de son institut d’architecture et d’urbanisme. Le laboratoire d’urbanisme européen Stadslab, le programme de 3e cycle de l’Académie Fonty d’architecture et d’urbanisme de Tilburg organise donc une "master class" d’une semaine afin d’élaborer de nouvelles idées pour le réaménagement du parc.

 

La "master class" sera animée par deux designers de renommée internationale lauréates de prix prestigieux : Beatriz Ramo, architecte du cabinet STAR (stratégies + architecture) basé à Rotterdam et l’architecte paysagiste néerlando-suisse Anouk Vogel, qui sera garante de la qualité de ce programme.

 

M. Glaudemans, d’où est venue l’idée de ce projet?


J’ai rencontré la délégation de Melitopol l’année dernière à l’occasion d’une conférence internationale à Tilburg. Elle nous a présenté son projet de parc interculturel. A l’époque, leurs idées n’étaient pas très précises, mais le projet pouvait constituer éventuellement une étude de cas pour notre laboratoire d’urbanisme européen Stadslab, au sein duquel nous mobilisons des experts internationaux du design pour des initiatives de ce type. Irena Guidikova, du Conseil de l'Europe, et Olexandr Butsenko, de l’organisation "la Démocratie par la culture" basée à Kiev, ont servi de médiateurs et nous avons préparé une visite à Melitopol pour étudier la viabilité d’un projet commun. A l’occasion de cette visite en septembre 2009, j’ai vu le parc et rencontré le conseil municipal et divers partenaires de la ville et j’ai été agréablement surpris de l’ambition bien exprimée de la municipalité. A partir de ce moment, nous avons décidé que nous pouvions nous engager dans une coopération internationale.

 

Pourquoi un parc interculturel ?


Si nous sommes d’accord sur l’idée d’aménager des cités agréables à vivre et reconnaissons que des cultures différentes au sein d’une collectivité urbaine peuvent utilement contribuer à cet objectif, la prochaine étape consiste à créer des moments (comme des festivals ou des manifestations) et des lieux permettant de mettre en valeur cette richesse interculturelle. Les espaces publics d’une ville, comme les parcs et les squares, sont les lieux naturels pour de tels événements, qui peuvent aller des pratiques quotidiennes très modestes jusqu’aux manifestations annuelles à thème des communautés importantes. Melitopol se considère comme une ville ayant une infrastructure sociale et culturelle intéressante avec une centaine de nationalités présentes dans la communauté urbaine. Si cela est vrai, la création d’un symbole illustrant cet aspect de la cité constitue un projet passionnant, surtout si l’on considère que Melitopol a certainement besoin de moderniser son image.

 

A quoi pourrait ressembler un parc interculturel et en existe-t-il des exemples ?


Nous ne savons pas encore très bien à quoi le parc ressemblera ; ce sera la tâche essentielle des designers de la "master class" ! On connaît quelques exemples internationaux (par exemple le Stadtpark à Dessau) et plusieurs références dans la littérature. Mais les exemples sont si rares et si éloignés géographiquement et culturellement que, de toute façon, le résultat dépendra beaucoup du site. Le contexte du parc, son utilisation courante et les moyens et les ambitions de la ville joueront un rôle déterminant sur les résultats.

 

En quoi sera-t-il différent d’un parc "normal" ?


Je suppose qu’environ 80% du projet sera assimilable à un projet normal de réaménagement d’un parc. Les parcs réussis fonctionnent toujours comme des lieux de rassemblement sociaux et culturels. Il suffit de penser au rôle de Central Park à New York. Le parc Gorky peut être considéré comme un parc très populaire ; il est extrêmement fréquenté par une grande variété de personnes et de groupes de la communauté urbaine et couvre un large éventail d’activités : sports, loisirs, manifestations culturelles, commerces, etc. Pour tenir compte de la composition interculturelle de la société, il faudra compléter l’aménagement par des programmes ou des caractéristiques spécifiques.

 

Par quels moyens garantirez-vous l’intérêt du parc pour les différents usagers ?


Nous effectuerons plusieurs analyses pour définir les forces et les faiblesses, les risques et les potentiels du projet pour la ville et identifier les parties prenantes. Il est déjà évident qu’en plus de l’objectif social et culturel d’un nouveau parc, il y a certainement aussi un objectif économique. Il doit contribuer à accroître l’attrait touristique de Melitopol. Si nous sommes très pragmatiques, en réaménageant le parc selon les méthodes les plus récentes à partir des atouts du parc actuel, nous atteindrons l’objectif des 80 % évoqué dans votre précédente question, permettant d’améliorer visiblement la cité. Au cours de la "master class", nous viserons certainement plus haut afin de traiter la dimension interculturelle qui est difficilement mesurable.

 

Qui peut participer à cette "master class" ?


Les "master classes" de Stadslab sont destinées à des architectes, des urbanistes et des architectes paysagistes professionnels, titulaires d’un diplôme dans leur discipline et possédant plusieurs années d’expérience professionnelle. Nous accueillons aussi avec plaisir des participants ayant une expérience spécifique ne correspondant pas à ce critère. Par exemple des anthropologues urbains, des sociologues et des promoteurs immobiliers pourraient apporter une dimension manquant aux designers.

 

Que faire pour y participer ?


Il suffit de se rendre sur notre site Web (www.stadslab.eu) et de remplir le formulaire d’inscription ou encore de nous envoyer un CV et un dossier pour nous permettre de vérifier que vous répondez aux critères de participation.

 

Propos recueillis par Annasophia Heinze

M. Marc Glaudemans est professeur de "stratégies urbaines" et doyen de l’Académie Fonty d’architecture et d’urbanisme. Il dirige le laboratoire européen d’aménagement urbain Stadslab, où il a élaboré ce projet de "master class".